leral.net | S'informer en temps réel

Décryptage : dialogue politique pouvoir-opposition, l’équation Abdoulaye Daouda Diallo à la tête de l’organisation des élections au menu

Le président Macky Sall a retenu mardi prochain, date à laquelle, il recevra les leaders du Front Mànkoo Wàttu Senegal à 16 heures au Palais de la République pour discuter du processus électoral. Mànkoo Wàttu Sénégal qui était en conférence de presse vendredi a déjà donné son accord de principe. Toutefois, le cas du ministre de l'Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo pour l’organisation des échéances électorales prochaines, risquera d’être le point de discorde entre le pouvoir et l’opposition.


Rédigé par leral.net le Samedi 26 Novembre 2016 à 22:24 | | 4 commentaire(s)|

Décryptage : dialogue politique pouvoir-opposition, l’équation Abdoulaye Daouda Diallo à la tête de l’organisation des élections au menu
Décryptage : dialogue politique pouvoir-opposition, l’équation Abdoulaye Daouda Diallo à la tête de l’organisation des élections au menu
En mars 2016 au référendum, l’opposition regroupée dans le camp du ‘’Non’’ a ouvertement recusé le ministre de l'Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo pour organiser les élections et cela, suite aux manquements notés dans l’organisation de cette consultation populaire.

Depuis lors, entre le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo et les partis d’opposition, le divorce est vraiment consommé. Les responsables des partis d’opposition ont, à plusieurs occasions, réitéré leur revendication pour le départ du ministre et responsable ‘’apériste’’ de la tête de l’organisation des élections.

« Monsieur le ministre de l’Intérieur, vous n’êtes ni indiqué, ni apte à organiser une élection au Sénégal. Nous restons toujours sur nos principes. Vous êtes membre de l’Apr, donc, vous n’êtes pas neutre », avait déclaré Déthié Fall, le vice-président de Rewmi, lors de la cérémonie de lancement du dialogue politique autour du processus électoral du 09 juin dernier.

Abondant dans la même veine que le ‘’Rewmiste’’, Mamadou Diop Decroix a estimé, pour sa part, qu’Abdoulaye Daouda Diallo a raté l’occasion de convaincre l’opposition lors du référendum.

“Le référendum nous a montré que le processus n’est pas fiable et crédible. Si le pouvoir continue à nous imposer sa façon de faire, nous continuerons à récuser le ministre de l’Intérieur. Nous proposons une autorité indépendante pour organiser les élections. Cette discussion qui doit se terminer en fin décembre, ne doit pas être modérée par le ministre de l’Intérieur. Il faut une personnalité acceptée par le pouvoir, comme par l’opposition, pour aller à des discussions sérieuses” a martelé Mamadou Diop Decroix.

Quant au Pr. Amsatou Sow Sidibé, présidente du Mouvement ''Caar Leenen'' a déclaré : “Il nous faudrait la personnalité indépendante qui puisse nous assurer des élections transparentes et impartiales. Ce que nous avons vu pendant le référendum avec des bulletins tout à fait clairs pour un camp et tout à fait sombres pour un autre camp, je crois que cela ne relève pas de l’impartialité, encore moins de la transparence. Il faudrait donc qu’on réfléchisse sur qui va organiser ces élections. Et nous optons pour une personnalité indépendante pour organiser les élections qui font partir des droits politiques et citoyens. C’est d’une importance capitale, donc nous devons faire le maximum pour que cela se passe au mieux”.

Cependant l’accusé Abdoulaye Daouda Diallo n’a pas manqué d’apporter la réplique à l’opposition. Selon lui, le mieux que l’on puisse faire, c’est d’avoir confiance en l'administration sénégalaise. Et pour cause : «Il n’y a jamais eu au Sénégal un parti au pouvoir qui n’avait pas un homme de confiance à la tête de ce ministère et pourtant, il y a eu des alternances et il y en aura d’autres. Et c’est arrivé grâce à une administration rigoureuse. Et c’est cette même administration qui avait organisé les élections de 2000 et 2012 qui va organiser les prochaines élections. Ce que l’opposition doit savoir, c’est qu’il ne peut plus y avoir de fraude dans des élections au Sénégal. Et ça le président de la République l’avait dit alors même que nous étions dans l’opposition. Ce qu’ils doivent faire, c’est d’arrêter de crier à tort et à travers et aller travailler, parce que ce n’est que comme ça qu’on peut gagner des élections ».

Sous ce rapport, le dialogue convié le mardi prochain au Palais de la République par le président Macky Sall à l’opposition pour discuter sur le processus électoral, va certainement buter sur le cas du ministre de l’Intérieur quant à son choix d’organiser ou non les prochaines élections à moins que l’une des parties prenantes ne revienne sur sa position.

En tout état de cause, les jours à venir nous en édifieront un peu plus sur le développement des événements que vous pourrez suivre sur votre site d’information préféré Leral.net.

Landing DIEDHIOU, Leral.net






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image