leral.net | S'informer en temps réel

Défections et positions ambiguës aux Pds : Lamine Bâ tire sur Souleymane Ndéné, écorche Serigne Mbacké Ndiaye et recadre Aida Mbodji

Le départ de Souleymane Ndéné Ndiaye du Parti démocratique sénégalais semble être resté en travers de la gorge des libéraux même s'ils tentent minimiser. Lamine Bâ, dans un entretien accordé à La Tribune, n'a pas du tout raté l'ancien Premier ministre qu'il peint comme un traître. Il n'a pas non plus épargné Serigne Mbacké Ndiaye dont on dit qu'il est dans l'antichambre de l'Alliance pour la République.


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Avril 2015 à 09:35 | | 8 commentaire(s)|

Défections et positions ambiguës aux Pds : Lamine Bâ tire sur Souleymane Ndéné, écorche Serigne Mbacké Ndiaye et recadre Aida Mbodji
"Le Parti démocratique sénégalais est loin d'être au bord de l'implosion. Les défections auxquelles vous faites allusion ne sont pas qu'une d'eau dans l'océan. La situation présente nous est favorable dans la mesure où elle nous permet de séparer le bon grain de l'ivraie", a tenu à préciser ce membre du Comité directeur du Pds. Pour ce qui est de l'ancien PM, M. Bâ confie : "En 1999 avant l'arrivée du Pds au pouvoir, on ne connaissait pas Souleymane Ndéné Ndiaye. Il a été promu à tous les postes de responsabilité : ministre, directeur de Cabinet du président de la République, Premier ministre, directeur de campagne et il nous a fait perdre le pouvoir. Personne n'a jamais levé la voix, personne ne l'a jamais contesté parce que le parti a toujours fonctionné comme tel, et pourtant, il n'était pas le meilleur d'entre nous. Il n'a pas droit à la parole, lui qui fut ancien PM et Dircab n'ayant mieux à faire que de baptiser son cheval en pleine campagne et d'attendre qu'on se retrouve dans l'opposition pour aller apprendre l'anglais et laisser le parti et ses militants à la merci du pouvoir. Certains suspectent même sa connivence avec Macky Sall. Les coïncidences sont troublantes et les arguments avancés manquent de fondement historique et de base pertinente. La seule chose à déplorer par rapport à son départ qui ne surprend personne, c'est cette arrogance qui consiste à considérer le comité directeur comme une instance banale, et à vouloir poser un vrai-faux débat, à savoir une dévolution monarchique qui n'existe que dans sa tête. Si Souleymane Ndéné Ndiaye a des problèmes de personne avec Karim qu'il l'assume, mais vouloir en faire un problème du parti relève d'un manque de courage et de sens des véritables enjeux de l'heure".

Pour ce qui est de l'ancien porte-parole de Me Wade et la présidente du Conseil départemental de Bambey, Lamine Bâ martèle : "Serigne Mbacké Ndiaye est dans le parti, mais il a une attitude paradoxale et incompréhensible. Il avait posé sa candidature lors de primaires du Pds pour la prochaine élection présidentielle avant de se désister pour soutenir celle de Karim Wade. Qu'est-ce qui a changé entre-temps pour qu'il revienne sur ses dispositions de départ ? Là est la question. Quant à Aida Mbodji, elle fait partie des grandes dames du parti. Elle est libre d'émettre ses opinions, mais le débat autour de la candidature du Pds est dépassé. Jamais dans l'histoire politique du Sénégal, nous n'avons connu un processus aussi démocratique. Un tel choix que le Président Wade lui-même n'a jamais connu ne peut faire l'unanimité certes, mais vous conviendrez avec moi qu'il ne peut y avoir meilleure leçon de démocratie interne que ce processus de désignation de Karim ».






Hebergeur d'image