leral.net | S'informer en temps réel

Déficit budgétaire au Haut-Commissariat aux droits de l’Homme: Une levée de fonds d’environ 253 millions de dollars lancée

Le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’Homme a lancé hier, mercredi un appel de fonds d’environ 253 millions de dollars, soit 15 milliards de FCFA environ. Dans un document signé à Genève, il a déclaré que son bureau fait face à un déficit de financement grave et chronique.


Rédigé par leral.net le Jeudi 16 Février 2017 à 12:10 | | 0 commentaire(s)|

« Plus que jamais, nous avons besoin de solides partenaires à nôs cotés. Mon bureau accuse un déficit de financement grave et chronique », c’est le cri d’alarme lancé par le Haut-Commissaire des droits de l’Homme.

En effet, cette année, le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’Homme aspire à mobiliser un financement extra-budgétaire, à hauteur de 252,9 millions de dollars américains (près de 15 milliards de FCFA), afin de soutenir son programme de travail 2017, y compris l’assistance dans le pays, l’appui aux experts indépendants des droits de l’homme de l’ONU et au Conseil des droits de l’homme, de même qu’un certain nombre de fonds d’affection spéciale destinés à soutenir les travaux sur des questions telles que la torture, les formes contemporaines de l’esclavage et les droits des peuples indigènes.

« Ce financement extra-budgétaire viendrait compléter le budget ordinaire de 107,56 millions de dollars accordé par l’ONU au Haut-Commissariat », a précisé l’Institution internationale de lutte pour les droits humains.

« Nous devons élargir notre base de soutien financier pour inclure davantage d’Etats membres et encourager la participation d’un éventail plus large de bailleurs de fonds privés », a-t-il déclaré.


« Notre monde est entrain dans une période de profonde incertitude. Dans de nombreux pays, les règles établies sont mises à mal la xénophobie et les appels à la discrimination raciale et religieuse sont aujourd’hui monnaie courante et semblent même chaque jour gagner un peu plus de terrain et s’enraciner davantage », a déclaré le haut-commissaire des nations unies, Zeid Ra’ad Al Hussein.


« Devant l’incapacité collective à ^prévenir, atténuer et résoudre les conflits et les guerres par procuration, les groupes extrémistes trouvent matière à agir et l’humanité est plongée dans une souffrance massive et choquante, comme en témoignent les millions de personnes contraintes à quitter leur foyer et à laisser derrière elles tout ce qui faisait leur vie », dit-il.


Selon ce dernier, la situation est grave et préoccupante mais rien n’est encore perdu. « C’est un cri d’espoir que je lance, un appel à l’action ».


Thierno Malick Ndiaye avec Direct Info










Hebergeur d'image