Leral.net | S'informer en temps réel



Demande d'asile d'Assange: réponse imminente de l'Équateur

le 13 Août 2012 à 18:43 | Lu 373 fois

Le gouvernement équatorien devrait bientôt répondre à la demande d'asile de Julian Assange, réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres depuis près de deux mois afin d'échapper à son extradition en Suède pour une affaire de viol présumé.


Demande d'asile d'Assange: réponse imminente de l'Équateur
Quito avait annoncé le 25 juillet qu'il répondrait à la demande d'asile du fondateur de WikiLeaks après les Jeux olympiques de Londres, qui se sont achevés dimanche.

Le président équatorien Rafael Correa doit accorder lundi soir (21h00 locales, 22h00 heure de l'Est) une interview à la télévision nationale, mais aucune des sources proches du gouvernement contactées par l'AFP n'a pu confirmer s'il y annoncerait son arbitrage.

Julian Assange, un Australien de 41 ans, est accusé par la justice suédoise de viol et d'agression sexuelle. Depuis le 19 juin, il est réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres, où il a déposé une demande d'asile politique.

Le fondateur de WikiLeaks redoute surtout d'être transféré dans un second temps aux États-Unis et d'y être condamné à la peine capitale pour espionnage après la divulgation par son site de 250.000 télégrammes diplomatiques américains.

M. Correa, dirigeant de gauche au ton très critique envers Washington, a manifesté de la sympathie pour la démarche de WikiLeaks. Il a affirmé à plusieurs reprises que «s'il s'avérait que la vie d'Assange était en danger, c'était une raison qui justifiait l'octroi de l'asile», soulignant que «la peine de mort pour des délits politiques existe aux États-Unis».

L'ancien juge espagnol Baltasar Garzon, qui coordonne la défense du fondateur de Wikileaks, et la mère de Julian Assange, Christine, se sont récemment rendus en Équateur pour plaider la cause de l'Australien auprès des autorités équatoriennes.

Dans le cas où Quito déciderait d'accorder l'asile politique à M. Assange, rien ne garantit toutefois que les autorités britanniques le laisseraient quitter le territoire. Faute d'accord entre Quito et Londres pour un sauf-conduit, M. Assange pourrait demeurer dans les locaux de l'ambassade pendant des années.


SOURCE:lapresse.ca