leral.net | S'informer en temps réel

Démolition d’habitations situées à 200m du mur de l'aéroport, les occupants des lieux disposés à y être enterrés : danger, on flirte avec le péril humain !

Si l’on n’y prend garde, on pourrait assister à un péril humain, et pour cause. Actusen.com a appris de sources dignes de foi que le ministre du Tourisme et des Transports aériens et le gouverneur de Dakar Mohamed Fall vont continuer l’opération de démolition des habitations nichées autour de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor, entamée depuis bientôt dix jours.


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Juin 2015 à 01:32 | | 12 commentaire(s)|

Mais fait saisissant qui mérite d’être relevé : cette seconde phase de démolition concerne des maisons construites et déjà habitées par des populations, qui, au moment où ces lignes sont en train d’être construites, vont y passer la nuit. Et promettent d’y laisser leurs vies plutôt que d’être déguerpies.

D’ailleurs, selon toujours les sources de Actusen.com, les forces de l’ordre, qui vont encadrer cette opération de démolition, vont, d’un instant à l’autre, encercler, cette nuit, les locaux de la Mairie de Yoff que certains habitants furieux menaçaient, il y a quelques jours, d’incendier.

va-t-on vers des affrontements entre propriétaires et forces de l’ordre, en cas d’énième démolition ? Rien n’est moins sûr. Dans tous les cas, si le ministre Abdoulaye Diouf Sarr n’est pas prêt à lâcher du lest, avant de reconquérir le site en question, les populations sont aussi déterminées à se battre. A quel prix ? Seules elles savent.

On annonce de hautes personnalités comme faisant partie soit des bénéficiaires de ces terrains de la controverse, soit des vendeurs de ces parcelles. “Certains de ces terrains ont été donnés par l’Etat au Khalife général des Layènes qui les aurait partagés entre la communauté layène via Dial Thiaw Laye et les familles léboues”, d’après Leral.

Dans tous les cas, il faut surveiller de très prés ce qui se passera, tôt le matin de ce mardi, sur le théâtre des opérations. Où, sauf revirement de dernière minute, les bulldozers vont tout raser. Et où les populations promettent de se sacrifier. Alors, la sonnette d’alarme est tirée.

Daouda THIAM (Actusen.com)

Mais fait saisissant qui mérite d’être relevé : cette seconde phase de démolition concerne des maisons construites et déjà habitées par des populations, qui, au moment où ces lignes sont en train d’être construites, vont y passer la nuit. Et promettent d’y laisser leurs vies plutôt que d’être déguerpies.
Mais fait saisissant qui mérite d’être relevé : cette seconde phase de démolition concerne des maisons construites et déjà habitées par des populations, qui, au moment où ces lignes sont en train d’être construites, vont y passer la nuit. Et promettent d’y laisser leurs vies plutôt que d’être déguerpies.

A noter que ces constructions dites « sauvages » sont habités raccordés au réseau électrique et à la SDE pour l’eau.
A noter que ces constructions dites « sauvages » sont habités raccordés au réseau électrique et à la SDE pour l’eau.

A noter que ces constructions dites « sauvages » sont habités raccordés au réseau électrique et à la SDE pour l’eau.
A noter que ces constructions dites « sauvages » sont habités raccordés au réseau électrique et à la SDE pour l’eau.

Démolition d’habitations situées à 200m du mur de l'aéroport, les occupants des lieux disposés à y être enterrés : danger, on flirte avec le péril humain !

A noter que ces constructions dites « sauvages » sont habités raccordés au réseau électrique et à la SDE pour l’eau.
A noter que ces constructions dites « sauvages » sont habités raccordés au réseau électrique et à la SDE pour l’eau.

Démolition d’habitations situées à 200m du mur de l'aéroport, les occupants des lieux disposés à y être enterrés : danger, on flirte avec le péril humain !






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image