leral.net | S'informer en temps réel

Dépénalisation du délit de presse : Vers une énième reculade ou " wax waxeet " du Président Macky Sall ?


Rédigé par leral.net le Mercredi 13 Mai 2015 à 20:57 | | 12 commentaire(s)|

Dépénalisation du délit de presse : Vers une énième reculade ou " wax waxeet " du Président Macky Sall ?
Hier, au palais de la République, le Président Macky Sall recevait Babacar Touré, le président du Comité national de Régulation de l'Audiovisuel venu lui présenter le rapport annuel de la structure. A cette occasion, le président de la République est revenu, à demi-mots, sur le débat de la dépénalisation de la presse, comme stipulé dans le nouveau Code de la Presse toujours en souffrance à l'Assemblée nationale. Pour dire que " la dépénalisation du délit de presse est un vrai problème ". Avant d'enfoncer le clou par cette formule rebattue par nos honorables pour refuser d'adopter le nouveau Code de la Presse : « On ne peut pas punir une certaine catégorie de personnes et privilégier d'autres ». Une manière ampoulée de manifester son " opposition " à la dépénalisation du délit de presse, même s'il ne dit pas expressément. Seulement, on se souvient qu'en 2012, le Président Sall, fraîchement élu. ''Je suis pour la dépénalisation des délits de presse. Mais, il faut une contrepartie civile du journaliste. Si le journaliste commet un délit, une diffamation, il doit répondre de ses actes'', avait affirmé M. Sall à la clôture du cinquième Forum des leaders des médias d’Afrique. Il est vrai que ces propos étaient tenus devant le Dr Mo Ibrahim dont la fondation décerne annuellement le très prisé Indice de bonne Gouvernance et que la table-ronde avait pour thème : " "Médias, gouvernance et citoyenneté ". La circonstance justifiait-elle que notre président de la République, nouvellement élu et ayant à cœur de donner une bonne opinion de lui, se payât de mots par pure convenance ? Ce jour-là, Macky Sall avait même pris à témoin son ancien ministre de la Communication, Abdou Latif Coulibaly, à témoin. '' L'un de mes ministres est parvenu à me convaincre et je suis un partisan de la dépénalisation des délits de presse '', avait ajouté le Président Sall, en présence de M. Coulibaly.
Ainsi, notre Président, qui commence à nous devenir si cher, comme on disait ironiquement de l'autre, se montre prêt à une énième reculade, ou " wax waxeet ", pour rester dans l'air du temps. Après le clair-obscur entretenu sur la réforme des institutions dont la commission a déposé son rapport depuis belle lurette et même sur la réduction du mandat présidentiel promis par le candidat Macky Sall durant la campagne électorale, après l'apologie de la transhumance que le même candidat abhorrait avec véhémence, il faudra ici aussi s'en remettre à la casuistique docte et trouble de nos éminents juristes, la volonté politique s'étant ramollie entre-temps, pour décider de la dépénalisation du délit de presse. Cela rappelle un vaste conclave tenu au Méridien Président sur la constitutionnalité d'un troisième mandat pour l'ancien président de la République, conclave qui avait réuni des juristes des quatre coins du monde pour n'accoucher que d'une souris après d'innombrables conciliabules et n'avait pas pu arriver à bout de la réprobation populaire...






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image