leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Dernier hommage de la Nation au Général Mountaga Diallo : Rawane Mbaye, Augustin Tine et le Colonel Alioune Diop témoignent


Rédigé par leral.net le Vendredi 8 Septembre 2017 à 22:15 | | 0 commentaire(s)|

Le ministre des Forces armées Augustin Tine a fait part mardi, de son ’’respect’’ et de son admiration pour le défunt général Mountaga Diallo, dont "la carrière exceptionnelle’’ au service du Sénégal, "mérite d’être citée comme un exemple à suivre pour les générations futures".
 
Le général Mountaga Diallo, le premier officier sénégalais à diriger une mission militaire des Nations- Unies, est décédé lundi après-midi, à l’hôpital Principal de Dakar, à l’âge de 75 ans.
 
"J’exprime solennellement mes sentiments de respect et d’admiration pour cet officier général émérite dont la carrière qui s’est étalée sur une quarantaine d’année au service de notre pays, mérite d’être citée en exemple aux générations futures", a-t-il dit.
 
Le ministre des Forces armées présidait la cérémonie d’honneur funèbre rendue au général Mountaga Diallo, en présence notamment de l’actuel ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye.
 
Etaient également présents, l’ancien patron de la diplomatie sénégalaise entre 2000 et 2009, Cheikh Tidiane Gadio, de même que les généraux Mamadou Niang et Mamadou Seck, sans compter de nombreux frères d’armes du défunt, ses parents, amis et voisins.
 
Ces derniers sont venus nombreux rendre un dernier hommage au général Mountaga Diallo, un "grand chef militaire", qui fut le premier officier général sénégalais à diriger une mission militaire des Nations- Unies. Il a ainsi ouvert la voie aux autres officiers généraux sénégalais, dont Babacar Gaye, Balla Keïta, entre autres.
 
L’émotion et le recueillement étaient visibles sur le visage de ses frères d’armes, d’anciens de l’armée avec qui le défunt avait cheminé et d’autres militaires de la jeune génération qu’il a inspirée, formée et commandée.
 
Selon le ministre des Forces armées, "la présence d’une telle assistance (...) démontre à quel point la communauté militaire a été marquée par l’annonce de la disparition de cet homme au parcours exceptionnel, qui donne à lui seul, la pleine mesures de ses qualités".
 
"Un soldat rigoureux"
 
Né à Kolda (sud), en 1942, "le général Mountaga Diallo a suivi un parcours à tout point de vue exceptionnel, depuis son entrée en service en septembre 1963 jusqu’à son départ des armées en janvier 2001", a relevé le ministre des Forces armées.
 
Le général Mountaga Diallo fut selon lui, comme "un soldat exigeant et rigoureux, un officier doté des plus hautes qualités intellectuelles et morales", un profil qui lui a permis de "franchir avec brio, toutes les étapes d’une carrière au cours de laquelle, il aura occupé les fonctions les plus éminentes au sein des armées et de la nation".
 
Parachutiste puis artilleur de formation, le défunt général a dirigé la zone militaire numéro 2 (Saint-Louis).
 
Il fut également chef des opérations à l’état-major général des armées du Sénégal, chef d’état-major de l’armée de terre, sous-chef d’état-major général des armées et inspecteur général des Forces armées.
 
Le général Mountaga Diallo fut le premier officier à diriger une mission militaire des Nations-Unies, en République démocratique du Congo, de 2000 à 2003.
 
Après sa retraite en 2001, à l’âge de 61 ans, il été nommé ambassadeur du Sénégal en Russie.
 
Si l’on en croit le colonel Landing Diop, ami du défunt, le général Diallo était "un homme de rigueur dotée d’une joie de vivre (…)’’ qui faisait qu’il avait "cette capacité à réunir lors d’un conflit, tous les belligérants au tour d’une même table".
 
Parlant au nom de la famille, Ousmane Diallo, son jeune frère, a révélé le défunt avait voulu être instituteur pour soutenir sa mère qui avait en charge lui et ses 5 frères ainé, leur père ayant été très tôt rappelé à Dieu.
 
Visiblement très ému et éprouvé, il a dit que le général Mountaga Diallo avait été "un père et un modèle" pour ses frères et sa famille. "Il nous a assisté jusqu’à ce qu’on puisse voler de nos propres ailes", a-t-il insisté.
 
El Hadj Rawane Mbaye, imam de la grande mosquée de Mermoz, où résidait le défunt, à Dakar, a parlé du général Mountaga Diallo comme d’un "véritable musulman, un véritable croyant qui a su garder la foi même face aux difficultés".
 
Les derniers honneurs militaires ont été ensuite rendus au défunt général, avant son inhumation au cimetière musulman de Yoff, à Dakar.