leral.net | S'informer en temps réel

[Dernière -Minute-AUDIO] ARTP. Pour 1,6 MILLIARD détournés en faveur de la direction et de Karim Wade, Daniel Goumalo Seck en prison

Nous venons de l’apprendre l’information vient d’être donnée par la radio privée dakaroise, la RFM, l’ancien Directeur général de L’agence de régulation des télécommunications et des postes Daniel Goumalo Seck a été placé sous mandat dépot ce mercredi par le juge du trubunal de Dakar. Il lui est reproché de détourner une somme de 1,6 MILLIARD de F cfa.


Rédigé par leral.net le Mercredi 10 Mars 2010 à 15:33 commentaire(s)|

[Dernière -Minute-AUDIO] ARTP. Pour 1,6 MILLIARD détournés en faveur de la direction et de Karim Wade, Daniel Goumalo Seck en prison





Rappel des faits avec lagazette. Commentaire audio (RFM) en bas de l’article RAPPORT 2008 DE L’IGE SUR L’ARTP : 1,6 MILLIARD DETOURNE PAR LA DIRECTION Le partage du butin samedi 19 septembre 2009 Le Directeur général de l’Artp et sept membres du conseil de Régulation sont épinglés par le rapport 2008 de l’IGE, pour détournement d’un montant de 1,6 milliard de francs Cfa. Un véritable festin entre le Directeur général et plusieurs de ses collaborateurs qui se sont partagés le butin. L’agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp) est secouée par une affaire de détournement portant sur la somme de 1 milliard 600 millions de francs Cfa. Le rapport de l’Inspection générale d’Etat (IGE) en date du 30 juin 2008 (N 30/PR/IGE/ 2008) met en cause nommément le Directeur général Daniel Goumalo Seck ainsi que les membres du Conseil de Régulation Abdoulaye Sakho, Issakha Guèye, Cheikh Tidiane Touré, Mamour Niang, Abdoulaye Ndiaye, Babacar Touré et Oumar Diouf pour détournement de deniers publics. Ces derniers sont accusés d’avoir pris, sans base juridique, une « prime exceptionnelle » pour leurs propres comptes. Ces conclusions des investigations de l’IGE révèlent des malversations terrifiantes défiant toutes les règles de bonne gestion. Au point que les inspecteurs ont recommandé au président de la République, commanditaire de cette mission, la traduction des mis en cause devant la chambre de discipline financière de la cour des comptes et le remboursement des sommes indûment perçues. TROUBLANTE CONVERSION DU DOLLAR POUR LE MONTANT DE SUDATEL Les faits remontent à l’attribution de la troisième licence de téléphonie au groupe soudanais Sudatel, le 03 septembre 2007, pour un montant de 80 milliards FCFA. Les autorités de l’Artp se sont adjugées pour leurs comptes personnels, 2% de cette contrepartie financière, soit 1 milliard 600 millions FCFA. En effet, le code des télécommunications dans son chapitre 5 relatif à l’agence de régulation des télécommunications, stipule en son article 50 alinéa 2, que l’Artp dispose « d’un pourcentage sur le produit de la contrepartie due au titre de la licence dont le pourcentage est fixé par décret ». En application de cette loi, le décret n° 2008-222 du 05 mars 2008 fixe le pourcentage à 2% tout en précisant de manière formelle que le « montant est affecté à la réalisation des missions de l’agence et sa répartition est faite dans le budget approuvé par le conseil de la Régulation ». Ce qui veut dire qu’avant l’affectation du pourcentage, le Ministère de l’économie et des finances devrait saisir l’Assemblée nationale par une loi des finances rectificative en vue de prendre en charge cette recette exceptionnelle dans le budget. Et ensuite, définir la part qui revient à l’Artp, puis procéder à son versement dans les comptes de l’Agence. Mais les membres du conseil de régulation ont passé outre les procédures permises par la loi, en convoquant une réunion le 05 mars 2008, sans pour autant consulter le Ministre chargé des Finances. Ainsi, souligne le rapport « le montant de 80 milliards payés par la Sudatel ainsi que le prélèvement de 1 milliard 600 millions de francs représentant 2% ont été retenus par le conseil de la Régulation sur la base d’une hypothèse et non de documents fiables et justifiés ». Pour anticiper sur des sommes non encaissées par le trésor public, le Directeur général de l’Artp a soustrait la somme de 1 milliard 600 millions de francs des avoirs bancaires de l’Artp pour « régler à des non-ayants droits une prime exceptionnelle non fondée ». Le rapport poursuit en déclarant qu’il s’agit là « d’un abus de biens sociaux, aggravé par un détournement de deniers publics commis à partir de documents non applicables ». La conséquence directe de cette décision unilatérale est que le trésor, jusqu’à présent, n’a effectué aucun virement au profit de l’Artp au titre de sa quote-part provenant de la contrepartie financière, suite à l’attribution de la licence globale de Sudatel. Les enquêteurs montrent qu’à la date du 5 mars 2008, quand le Conseil de régulation statuait sur le montant à affecter à l’Agence, il ne maîtrisait pas certains paramètres relatifs au montant en dollars et son cours. Car, cette recette exceptionnelle devait faire l’objet d’une répartition dans le budget. Ce qui n’est pas le cas. Les membres du conseil ont évalué le dollar à 400 FCFA, ce qui fait que les 200 millions de dollars correspondent à 80 milliards de FCFA et non à 100 milliards, comme annoncé en premier lieu par les autorités en charge de cette affaire. La différence de 20 milliards est assez grande pour une simple erreur de conversion. 96 MILLIONS OFFERTS A L’ANOCI Dans ce partage illégal aux allures d’un détournement de biens sociaux, le conseil de Régulation s’est approprié 96% du prélèvement qui devrait revenir de droit à l’Artp dans la cadre de l’accomplissement de ses missions. Le président du conseil a reçu 60 160 000 F et les six autres membres 52 millions de FCFA chacun à titre de « prime exceptionnelle ». Quant au Directeur général, Daniel Goumalo Seck, il s’est taillé la part du lion en s’octroyant ant 135 360 000 F. Pour faire taire d’éventuelles protestations des autres agents de l’institution, la somme 180 480 000 FCFA est versée à la mutuelle de l’Agence. Dans la répartition des « primes exceptionnelles », l’Artp a octroyé 6% (soit 96 000 000) à l’Anoci. A quel titre ? Personne ne sait, car l’Anoci dans sa mission, n’intervient pas dans le secteur des télécommunications et en aucun cas ne peut bénéficier d’une indemnité. En plus, le rapport souligne que les autorités de l’Anoci n’ont pas formulé de demande d’assistance financière auprès de l’Artp, néanmoins le conseil de Régulation leur a attribué 96 000 000 de francs. Devant cette démarche dénuée de toute logique, les inspecteurs ont fait remarquer que si les personnels des Impôts, des Douanes et du Trésor utilisaient de tels procédés, l’Etat n’aurait pas les moyens de financer ses charges. L’IGE RECOMMANDE LE RENVOI DE DANIEL G. SECK Dans cette affaire de détournement, la responsabilité du Directeur général de l’Artp est entière. En vertu des dispositions des articles 18 et 20 du décret n° 2003-63 du 17 février 2003 fixant les règles d’organisation et de fonctionnement de l’Artp, le Dg, dispose de tous les pouvoirs et attributions pour assurer ses fonctions dans la limite des missions organiques ou statuaires de l’agence. A ce titre, il engage, liquide et ordonne les dépenses. Ce qui fait de lui le principal responsable pour « avoir ordonnancé des dépenses irrégulières et créé les conditions d’un détournement de deniers publics dont il est partie prenante », comme le souligne le rapport. A la lumière de tous les faits constatés, le rapport a recommandé au chef de l’Etat de mettre fin aux fonctions de Daniel G. Seck en conformité à l’article 47 du code des télécommunications. Cet article qui s’intéresse au mandat des membres du conseil stipule « qu’il ne peut être mis fin à leurs fonctions avant expiration de leur mandat, qu’en cas d’empêchement constaté par le conseil d’Etat ou de manquements graves sur décision du président de la République ». Or les actes de malversations constatés sont des cas de manquements graves susceptibles de mettre fin aux mandats des membres du conseil ainsi que du directeur général. Baye Makébé SARR lagzette.sn/Xalimasn.com

daniel_seck_prison.mp3 daniel_seck_prison.mp3  (1015.41 Ko)





1.Posté par ANCIEN SOLDAT le 10/03/2010 16:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ONT DIRER L'AGNEAU DU SACRIFICE...?

2.Posté par Dég dëg le 10/03/2010 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tous des voleurs à commencer par RIMKA

3.Posté par SUNUGAL le 10/03/2010 18:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam à tous

Merci la gazette
Bravo Latif COULIBALY.

Bouleen diawalé sen poche ak possou ARTP (Agence de l'Etat)

Il faut poursuivre les investigations RFM avec la gazette

Nous attendons cette emission sur les licences et d'autres themes qui interessent le sunugalien.

Salam

4.Posté par SUNUGAL le 10/03/2010 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam à tous

Merci la gazette
Bravo Latif COULIBALY.

Bouleen diawalé sen poche ak possou ARTP (Agence de l'Etat)

Il faut poursuivre les investigations RFM avec la gazette

Nous attendons cette emission sur les licences et d'autres themes qui interessent le sunugalien.

Salam

5.Posté par stat le 10/03/2010 22:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci les juges. Courage seul DIEU est Eternel

6.Posté par Salam le 11/03/2010 10:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je crois qu'il y a des non dits. je comprend pourquoi attendre 2 ans (Mars 2008 - Mars 2010) pour reagir?.... N'est il pas un ami transforme en ennemi - comme on a l'habitude chez les Wade.....

7.Posté par NDIAYE KHADY le 11/03/2010 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tous les voleurs vont etre identifiés bravo la gazette et bonne continuation .Toutes mes priéres pour tonton Abdou Latif Coulibaly .

8.Posté par le solitaire le 11/03/2010 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est louche. depuis que wade est au popuvoir, personne n'a jamais été en prison pour le vol d'un petit milliard. souvenez vous l'avion présidentiel qui ne devrait pas coûté le moindre francs au peuple sénégalais. souvenez vous des 5 valises de 1,5 milliards chacune. souvenez vous des 7 milliards de taïwan. on va en prison à partir de 40 milliards. donc je crois que ce seck a driblé Karim. il a encaissé 40 milliards et a déclaré 1,6 milliards. donc, il a intéret à sortir le fric de karim que l'on va totaliser en 2012 pour les mettre tous en prison.

9.Posté par le banlieusard le 11/03/2010 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bravo les controleurs, il faut fouiller dans tous les ministères , agences et directions generales; il faut aller fouiller AU TRESOR CAR ON A DONNE A SERIGNE MBOUP DE CCBM LA PREMIERE TRANCHE CAD LES 1MILLIARD 100 MILLIONS DES BOUTIQUES DE REFERENCE A LUI SEUL AU DETRIMENT DES DEUX AUTRES PROMOTEURS ET IL PARAIT SUR ORDRE DES WADES , L ETAT L A FAIT SCIEMMENT IL A FAIT VOTER LE BUDGET DES BOUTIQUES DE REFERENCES POUR DONNER DES ORDRES ENSUITES AU TRESOR POUR QU IL LE DONNE A LEUR PROTEGER C EST SUR QUE IL SE SONT PARTAGEZ L ARGENT? PIRE MEME QUAND LA DEUXIEME TRANCHE EST SORTIT A SAVOIR LES 800 MILLIONS LE TRESOR L A DONNER ENCORE A SERIGNE MBOUP LUI SEUL ET AU DETRIMENT DES AUTRES PROMOTEURS DONC MONSIEUR LES CONTROLEURS IL FAUT CONTINUER DE FOUILLER VOUS ALLER FAIRE TOMBER BEAUCOUP DE PERSONNES ET NE CRAIGNEZ QUE DIEU

10.Posté par Collectif des opprinés du Crédit Mutuel du Sénégal le 11/03/2010 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Monsieur le juge Sémou DIOUF mais il reste beaucoup de choses à éclaircir dans ce pays surtout le cas du Crédit Mutuel du sénégal ooù les différentes parties en conflit attendent depuis plus d'année le rapport définitif de la mission conjointe BCEAO/ Ex Cellule ATCPEC suite aux différentes sorties des contrôleurs internes qui ont été licenciés pour avoir fait leur tarvail conformément aux recommandations du plan stratégique et approuvées par des réunions de coordination et par le Conseil d'administration
que ce pays soit un pays de justice, de transparence, d'équité et de légalité
Veuillez publier le rapport défintif pour que les sociétaires propriétaires exclusifs de cette entreprise savent toute la vérité sur ce dossier et que le fautifs soient punis par la loi. Tôt ou tard la vérifté jaillera . Osons dire la vérité et pensons au jugement dernier et personne n'échappera à ce jour.

11.Posté par zeus2 le 11/03/2010 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Daniel G Seck est qelq1 que je connaissais pour son serieux ,sa discipline et son sens elevé du travail et du devoir,je le crois pa capable dune telle chose;soit on lui a forcé la main;soit il sest trompé de bonne foi.On a plusieurs fois partagé le p10 ensemble dans les annees 90.Puisse Dieu vous sortir de ce pétrin

12.Posté par eva le 11/03/2010 19:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Déonciation publique des sabar porno au sénégal : vIdéo ici: http://doiop.com/af8hqk

La danse du « Sabar » sénégalais fait bien partie de notre culture et a toujours rempli des fonctions sociales très précises dans notre société. Sans être exhaustif, on peut citer quelques fonctions qui sont reconnues à travers les manifestations de « Sabar » :
- Cette danse et les manifestations qui l’accompagnent (« le taneber » et « le Sabar Takoussan » peu importe) , a toujours été utilisée comme un moyen de communication très efficace. La raison en est que, le « Sabar » se fait avec un matériel musical très ancien dénommé le « tam tam » (percussion faite de peau de chèvre ou d’agneau en général).

Du point de vue des spécialistes, le « tam tam » est incontestablement l’une des premières formes de télécommunications à l’époque où n’existaient ni téléphone, ni faxe, ni télégraphe et même ni le courrier postal. Les « tam tam » ont toujours servi à communiquer des informations précises selon la nature des évènements. Ainsi ils pouvaient alerter contre l’invasion des empires par l’ennemi ou simplement informer sur la visite officielle d’un dignitaire ( Roi, prince …..)
- Cette fonction de communication, historique, n’a jamais disparu et a été modernisée à des usages plus complexes. Les « taneber » (« Sabar » nocturnes) et les simples « Sabar Takoussan », quand ces évènements sont encore organisés normalement et sans dérive, sont toujours une occasion pour vendre une idée, un produit ou même faire de la politique. En quelque sorte on reste dans le registre de l’information et ou du marketing.

- L’autre fonction très spéciale et excitante du « Sabar », c’est aussi qu’il a le don d’effervescence en matière de sexualité. Oui le « Sabar », en tant que outil de communication, permet aussi aux femmes de vendre leur personnalité devant un public composé d’hommes et de femmes. Le « Sabar » a toujours été une forme d’intégration sociale et une femme qui ne savait pas danser le « Sabar » était considérée comme une ringarde, lui disait on « Yaw sèr nga rek », en langue Wolof.
- La magie du « Sabar », est que certaines femmes biens danseuses et aux formes généreuses, étaient vite repérées par les hommes en recherche d’une compagne.


- Les « Sabar » que faisaient nos ancêtres ne sont jamais éloignées de ces fonctions y compris la fonction sexuelle. Cependant, Voila la modernité transforme les choses, parfois positivement ou négativement. Dans les temps de nos ancêtres, les danseuses étaient habillées normalement. On raconta que nos grands-mamans portaient jusqu’à 07 pagnes (en wolof « SEUROU DUNK »). Ces pagnes étaient loin d’être légers et transparents mais bien lourds et bien tissés par des artisans doués. Dans ces « sabar » antiques, nos grand-mamans pouvaient s’adonner à des sortes de concours du meilleur pagne, en relevant délicatement pagne par pagne sauf le dernier.


De nos jours, les « sabar » frisent le porno à la sénégalaise. De nombreux « sabar » se tiennent dans des boites privées où des politiciens, et des personnalités riches ont le droit d’être servis généreusement à une démonstration de la chatte la mieux rasée ou celle qui aura le meilleur « thiouraye Gongo».
Pire ces « sabar » privés sont devenus un vrai Business puisque les vidéos qui en découlent sont compilées et vendues dans un réseau compris par des gens riches et aussi surtout à l’étranger par le biais de la Diaspora.
Les vidéos ne manquent sur Youtube et d’ailleurs nous vous proposons de diffuser à la fin de cet article une vidéo scandaleuse de « SABAR PORNO KAY KODAL ». Comprenez bien « sabar pour venir bien bander ».



Vigilance : le problème est que l’argent qui est en jeu pour ce nouveau marché du « PORNO LITE MADE IN SENEGAL », peut malheureusement tuer l’esprit du SABAR qu’il faut encore protéger. A l’image de du Doyen Doudou Ndiaye Rose et aussi celle des autres artistes talentueux du Sabar, il est temps de dire non à la déperdition d’une culture qui est la notre.

13.Posté par x78 le 17/03/2010 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr modibo diop DG de l aser vous avez le profil pour être le ministre de l énergie du Sénégal et à samuel sarr l incompétent qui en 2010 ne pas nous garantir l électricité d aller faire autre chose





Hebergeur d'image



Hebergeur d'image