leral.net | S'informer en temps réel

Dernières volontés de Doudou Ndiaye Rose : Imam Aboubacar Diankhé lève l'équivoque entre le recommandé et le prestige

"Personne ne m'a rendu hommage de mon vivant. Alors que personne ne me donne le nom d'une rue, d'une école ou encore d'un édifice après ma mort". Telle a été la dernière volonté du défunt Doudou Ndiaye Rose, le célèbre "Tambour-major", décédé mercredi dernier, à Dakar. Selon l'imam Aboubacar Diankhé de la grande mosquée de "Jet d'eau", à Dieuppeul, "les dernières volontés du défunt sont sacrées. Néanmoins, il est parfois difficile de déterminer précisément ce qu' a voulu le défunt et la question de l'interprétation de ses dernières volontés ne doit pas sortir du cadre de la législation islamique".


Rédigé par leral.net le Samedi 22 Août 2015 à 11:31 | | 15 commentaire(s)|

Dernières volontés de Doudou Ndiaye Rose : Imam Aboubacar Diankhé lève l'équivoque entre le recommandé et le prestige
"Lorsqu'un décès survient, la famille se doit d'organiser les funérailles. Si le défunt avait prévu de son vivant le déroulement de ses obsèques, ses enfants, sa famille sont tenus, légalement, de se conformer à ses dernières volontés", a indiqué le religieux dans les colonnes du Populaire. Se voulant plus explicite, l'imam souligne : "Le défunt, avant sa mort, a le droit de se contenter d'exprimer ses préférences générales. Il s'agit du domicile mortuaire, du déroulement de ses obsèques, la personne choisie pour le lavage mortuaire de son corps, celle de la prière mortuaire et les contours globaux du partage de son héritage". "Cela relève strictement de la législation islamique tiré du Coran et de la Charia. Personne n'a le droit de désobéir à ces volontés du défunt. Elles sont sacrées et recommandées. Je tiens à le préciser parce que le défunt ne peut plus s'exprimer alors que les intérêts se trouvent souvent opposés. Il est très fréquent que les dernières volontés du défunt soient contraires aux convictions des héritiers", a dit l'imam Diankhé.

Il précise, toutefois, que le respect des dernières volontés du défunt peut parfois être limité, notamment par des considérations d'ordre éthique qui n'ont rien à voir avec les recommandations de l'islam. Et, s'agissant du cas spécifique du tambour-major sénégalais, arraché à notre affection mercredi dernier, l'imam Aboubacar Diankhé confie : "Peut-être que le gouvernement a l'intention de l'immortaliser. Ce n'est pas aussi grave qu'on le pense. Donc, ce n'est pas la peine d'en faire une polémique. Parce que ces considérations ne relèvent nullement de la religion musulmanes. Elles ne font pas partie de ce que l'islam sacralise après la mort d'une personne. Ce sont de simples prestiges".






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image