Leral.net | S'informer en temps réel



Des employés apprennent la faillite de leur entreprise par SMS

le 26 Septembre 2012 à 13:27 | Lu 472 fois

L'entreprise métallurgique Sleurs Industries, située à Balen dans la province d'Anvers, a déposé le bilan, a annoncé mardi la Gazet van Antwerpen et ont confirmé les syndicats. Les travailleurs ont été informés de la faillite par SMS.


Des employés apprennent la faillite de leur entreprise par SMS
La société employait 65 ouvriers et 17 employés. Une partie du personnel avait déjà quitté l'entreprise au cours des derniers mois, d'elle-même ou à la suite de licenciements. Lundi soir, les travailleurs ont été informés de la faillite de leur entreprise par SMS. Il ont été prévenus qu'ils recevraient plus tard des explications par téléphone.

Vers 18 heures, les travailleurs ont reçu un texto dont a pu prendre connaissance la RTBF: "A notre grand regret, nous vous signalons que notre firme a demandé la faillite. Jusqu'à plus amples informations, vous ne devez plus venir au travail. Vous recevrez bientôt un appel téléphonique pour confirmer ce texte. Salutations". En effet, quelques minutes plus tard, ceux-ci ont reçu un appel pour vérifier si le SMS était bien arrivé.

Une méthode moderne pour certains, pas humaine pour d'autres
Dirk Van der Eycken du syndicat ACV-Metea (CSC Métal et textile) ne s'est pas offusqué de l'envoi des SMS. "Le SMS n'annonçait pas de licenciement mais la faillite de l'entreprise. Les entreprises peuvent utiliser les moyens modernes de communication, et c'est mieux que d'attendre le lendemain, pour se retrouver devant une porte fermée", a-t-il précisé.

Serge Seret du syndicat BBTK (SETCa) estime quant à lui que cette manière d'agir n'est pas humaine. "On aurait pu par exemple faire venir le personnel et donner une explication sur la procédure à suivre", a-t-il réagi.

Prévenir d'une faillite, et de facto d'une rupture de contrat sans préavis par SMS n'est pas illégal, a précisé à la RTBF Fabienne Kéfer, professeur de droit social à l'ULG.