Leral.net | S'informer en temps réel



« Déstabilisation de l’Afrique » : 1.800 ONG vont porter plainte contre Sarkozy !

Rédigé par La rédaction le 30 Novembre 2016 à 23:50 | Lu 1226 fois

Une coalition d’ONG africaines vient d’annoncer son intention de porter plainte contre l’ancien président français Nicholas Sarkozy ainsi que les avocats William Bourdon et Robert Bourgui pour « déstabilisation de l’Afrique ». La coalition qui regroupe quelques 1873 structures milite pour la défense de l’Afrique et comptent également inscrire sur la liste des accusés les ONG internationales Sherpa et Transparency International. Comme principal argument, la coalition s’appuie sur des affaires impliquant la Lybie, le Gabon ainsi que la Guinée équatoriale


« Déstabilisation de l’Afrique » : 1.800 ONG vont porter plainte contre Sarkozy
« Déstabilisation de l’Afrique » : 1.800 ONG vont porter plainte contre Sarkozy
C'est une initiative qui va certainement faire du bruit au sein de l'opinion africaine en attendant de savoir la suite judiciaire qui lui sera donnée. La Coalition pour la défense de l'Afrique, un collectif qui se targue de rassembler 1873 ONGs du continent, envisage de déposer plainte contre plusieurs personnalités françaises ainsi que de puissantes ONGs internationales. L'annonce a été faite à l'issue de la réunion du bureau exécutif de la coalition, qui s'est réunie le weekend dernier à Dakar. Dans le viseur du collectif qui entend également défendre les dirigeants africains, l'ancien président français Nicolas Sarkozy, les avocats William Bourdon et Robert Bourgi ainsi que les ONG Sherpa et Transparency International. Selon le secrétaire général de la coalition, Boubacar Gueye, citée par l'ONG Paix et Stabilité basée au Royaume Uni, la plainte sera déposée pour motifs de « déstabilisation de la Libye, pillage, complicité de déstabilisation, tentative de déstabilisation du Gabon et de la Guinée équatoriale ».

« L'Afrique a changé, l'Afrique ne se laissera plus dicter des lois de l'occident. Nous mettrons fin aux pillages de notre continent par les occidentaux et nous mettrons fin aux pillages des dirigeants africains irresponsables. Les dirigeants qui s'amuseront à vouloir piller leur pays se feront chasser par le peuple et traduits devant la justice de leur pays. La France et ses marionnettes que sont Sherpa et Transparency ont trouvé une nouvelle méthode pour piller les pays dont les chefs d'état refusent de baisser la culotte ». Boubacar Gueye, secrétaire général de la coalition des ONGs pour la défense de l'Afrique.

Tentatives de déstabilisation

Dans un point de presse qu'il a animé et dont les propos ont été rapporté par la même source, Boubacar Gueye, a fait cas de plusieurs dossiers concernant certains pays africains et où les mis en cause par la coalition sont cités. En Libye, par exemple, il a défendu de la thèse de l'implication de la France et « la complicité de ses marionnettes » dans la mort de Kadhafi. « Au Gabon, Ali Bongo a dit non à la France, non aux anciennes pratiques de feu Oumar Bongo qui favorisaient le pillage de la France et aujourd'hui il est dans le viseur de la France » a accusé l'activiste de la société civile qui a également fait cas « des tentatives de déstabilisation de la Guinée équatoriale ». Tressant au passage des lauriers au Président Téodore Obiang Nguema, « un président qui aime son peuple (...) et qui a refusé de plier l'échine face à la France », Boubacar Gueye s'est fendu d'une véritable diatribe contre la France et ses méthodes visant à « manipuler le peuple Africain pour avoir son soutien et de faire comprendre au peuple Africain que nos dirigeants sont à la base de nos malheurs, alors que ce sont eux qui font du chantage à nos dirigeants ». Le secrétaire général de la coalition des ONGs africaines est allé jusqu'à annoncer le dépôt par leur organisation, « d'une plainte contre l'ONU pour avoir cautionné la déstabilisation de la Libye, provocant jusqu'à ce jour, des milliers de morts ».

Campagne de dénonciation

La coalition n'a pas donné d'amples détails sur la procédure qu'elle suivra pour acter sa volonté de saisir les juridictions internationales, annonçant seulement qu'il est envisagé, pour l'heure de déposer une plainte dans un pays africain mais également à la Haye où siège la Cour internationale de justice. Mais pour l'heure, le collectif d'ONGs compte lancer une véritable campagne de dénonciation afin de « mettre fin aux ingérences de la France dans la gestion de nos Etats ».

Du bruit donc en attendant de connaitre la suite de l'affaire car bien des initiatives du genre ont été maintes fois annoncées par le passé et de la part d'autres acteurs sans pour autant qu'elles aboutissent. Cependant, en misant sur une campagne médiatique, la coalition des ONGs pour la défense de l'Afrique est certaine d'actualiser le débat et d'amplifier la polémique ambiante sur le continent sur ces dossiers qui s'invitent régulièrement au-devant de l'actualité africaine et parfois internationale



Plus de Télé
< >