leral.net | S'informer en temps réel

Destin d’Idrissa Seck : La preuve par 19 - Par Chérif Ben Amar Ndiaye


Rédigé par leral.net le Mercredi 10 Février 2016 à 14:24 | | 53 commentaire(s)|

Nous savons depuis longtemps que le Saint Coran est d’une constitution révélée et basée sur un système numérique scientifiquement élaboré prouvant à suffisance son essence divine. Sa révélation au Prophète Mohamed (psl) par Allah notre Créateur, est accompagnée d’un code secret miraculeux tendant à le rendre inimitable : Les lettres du Coran, le nombre de ses versets, le nombre de ses sourates ainsi que les chiffres qui y sont énumérés sont tous liés au chiffre ou au nombre 19. Chiffre lui-même cité dans le Coran dans la sourate Couverture : « Ils sont dix-neuf à y veiller » (74;30). En exemple : Le Coran est composé de 114 sourates (19x6) – La première sourate révélée est le N°96 qui occupe le rang 19 à partir de la fin. Les cinq premiers versets de cette sourate ont un nombre total de lettres égal à 19- La première sourate (Al Alaq) est composée de 19 versets et de 285(19x5) lettres. La sourate an-Nasr, la dernière sourate révélée comprend 19 mots. Il en est ainsi tout le long du Coran à travers ses sourates, ses versets et ses lettres.

Le 19 est un chiffre ou un nombre extraordinairement mystique et même béni de Dieu. La science astrologique nous enseigne que le soleil, la lune et la terre s’alignent sur la même position tous les 19 ans. C’est le chiffre qui se rapporte au temps (12 mois de l’année et 7jours de la semaine-12+7=19). Le 19 est composé des chiffres 1 et 9 ou du 10 et du 19, c’est-à-dire du premier et du dernier de la numération décimale. Les exégètes de l’Islam disent que le 19 exprime l’innombrable, l’infini et l’absolu : « C’est lui le premier et le dernier, l’Apparent et la Caché et il est Omniscient » (57;3) nous signale le Livre. Ces observations et démonstrations m’ont inspiré pour faire le rapprochement avec la vie et le parcours politique d’Idrissa Seck, le politicien le plus énigmatique mais que je considère comme le plus talentueux et le plus combattu dans l’espace sénégalais. Mon analyse numérologique ne procède pas de la rigueur scientifique, mais plutôt du mysticisme qui englobe toute science et toute œuvre humaine qui sont sous l’emprise divine.

Idrissa Seck est né le 9/08/1959. Le déroulé du chiffre 9 dans sa vie ne fait que commencer là. C’est pourquoi les années 19… lui ont été plus favorables, parce que composées du 1 et du 9. Deux chiffres qui marquent un peu sa destinée dans laquelle le Coran et ses enseignements ont toujours occupé une valeur prépondérante. Sa propre maman l’appelait « marabout ». La place de N° 1 est la seule qui mérite d’être convoitée. C’est sa conviction profonde que beaucoup considèrent comme immodeste. Pourtant, ce n’est pas chez lui une forfanterie mais une ligne de conduite et un moteur dans sa vie. Il parcourait au quotidien 9 km/jour pour rejoindre son collège où on ne lui disputait que rarement la 1ère place. Dans le nombre 19, il y a 10 et 9, deux multiples de 5 et de 3. Deux autres chiffres dérivés du 19 qui l’accompagneront comme son ombre. Il réussit son Dfem en 1973 (19 et 7+3=10), réussit le bac en 1981 (19 et 8+1=9) et non en 1980 où il l’a raté comme un coup du sort, parce que 80 ne correspondant pas aux signes de son destin. Il s’inscrit à Sciences po en 1983 (19 et 8+3=11) et en sort diplômé 3 ans plus tard. Toujours le 3 ou son multiple. Rappelons que d’après un aveu d’Idy : « Ma mère a fait la queue pendant 3 nuits pour que j’obtienne une place à l’école primaire ».

Son parcours politique illustre plus que jamais que ses empreintes « digitales » sont marquées par le 19 (1 et 9 ou 10 et 19). Les années où ne figurent pas ses marqueurs dans les dates, ne lui sont pas favorables même si paradoxalement il réussit des faits marquants. C’est le cas en 1988 où il est choisi comme Directeur de campagne d’Abdoulaye Wade pour les élections de cette année. C’est également l’année de son mariage. Mais si on calcule son âge dans cette année (29 ans). Le 9 réapparait qui peut expliquer la réussite de son mariage d’amour. Mais l’échec de Wade s’explique par sa posture de N°2. Qui ne lui réussit pas. Sa fidélité et sa loyauté le conduiront à rester N° 2 jusqu’à le porter au pouvoir en 2000. Remarquons que là aussi c’est à la 3e tentative qu’il réussira à en faire le Président de la République. Posons la question : Sans Mara Wade serait-il devenu Président ? L’histoire jugera. De 2002 à 2004 il devient son Premier Ministre (9e PM du Sénégal) avec les déboires que l’on sait et qui viennent me conforter dans l’idée que N°2 de Wade n’était pas son destin. Il n’a que trop tarder à se forger la place de N°1 qui est dans son ADN mystique, le premier et le dernier(19) comme le garçon unique de sa maman qu’il est. Sa séparation d’avec Wade fut salutaire même si la rupture a été difficile et dramatique. Sa traversée du désert fut longue parce qu’il commet l’erreur de chercher à retrouver la place de 2e auprès de Wade, ce qui n’est pas sa place naturelle. Les circonstances atténuantes lui seront concédées, car il considérait Wade comme son père et en « Ndongo daara » il a un grand respect des chefs religieux qui l’ont conduit à cet impair. Mais c’est son destin que de subir des épreuves avant la récompense, il a très certainement médité sur ce verset « Très certainement nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants (…). Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur ainsi que la miséricorde. Et ceux-là sont les-bien-guidés.

Son séjour douloureux en prison a été comme une bénédiction, il en sort après 199 jours (1+9+9=19), un autre signe qui enfin l’oblige à créer son parti et à se présenter en 2007 (2+0+0+7=9) aux élections présidentielles. Enfin libéré de Wade pour devenir son propre N+1. Son compagnonnage aura duré 19 ans (1988-2007). Il arrive 2e dans les élections à cause de la grosse imprudence commise en allant répondre au piège tendu par Wade. Il ne pouvait en être autrement, c’était inscrit au ciel que ni la 1ère fois (2007) ni la 2ème fois 2012 (2+0+1+2=5) où il arrive en 5ème position, il ne deviendrait Président. Voilà on y est, avec le départ de Wade, Idy peut maintenant commencer l’an zéro de sa vie politique en tant que N°1 et en adéquation avec ses empreintes numérologiques. Abdoulaye Wade a été la digue qui devait l’empêcher de déferler sur le rivage du pouvoir. Macky Sall pourrait être le défricheur du chemin qui le mènera au pouvoir. Une main invisible l’aura poussé à réduire son mandat pour faire correspondre la venue d’Idrissa Seck aux chiffres et nombres de son destin : 2017 (2+0+17=19 ou 2+0+1+7=10). En 2017, Idrissa Seck se présentera pour la 3éme fois (nombre favorable) à une présidentielle, 10 ans (n.f) après sa première candidature, pour un mandat de 5 ans (n.f). La périodicité de 10 ans ou de 19 ans lui est toujours favorable. Il avait accompagné Wade pour que celui-ci accède au pouvoir 19 ans après Senghor (1981-2000). Si les élections se passent en 2019, ce serait encore plus favorable pour lui puisque de 2000 à 2019 le tampon du 19 est toujours présent. Macky serait donc bien celui qui lui passera le témoin dans tous les cas. C’est peut-être pourquoi il a beaucoup tergiversé et tremblé avant de devoir respecter sa parole. Devenu 9e Premier Ministre du Sénégal, il pourrait donc devenir 5e Président (encore les chiffres ou les nombres 9 et 5). En outre, malgré qu’il ait émis l’idée d’arrêter sa vie politique à 63 ans (6+3=9) c’est-à-dire en 2022 (2+0+2+2=6 ; 6=3+3), les chiffres de cette date lui commanderaient de renouveler alors dans ce cas, son mandat pour faire les 10 ans (5x2), pour aller jusqu’à 2027 (2+0+27=29 ou 2+0+2+7 =11), ce qui signifie qu’il aura été 2 fois N°1 du pays.

La concordance des dates et la vraisemblance des faits ainsi observés sont plus que troublantes. Dans cette analyse, nous ne prenons pas les vessies pour des lanternes, nous dévoilons simplement nos observations qui découlent des études et recherches que nous faisons sur Idrissa Seck. Chacun peut y trouver à faire ou à défaire des commentaires. D’aucuns y verront que du rêve et de la fantaisie. Mais Allah est le plus savant. C’est devant Lui que je m’incline pour implorer son pardon si Ses signes sont mal interprétés.

Chérif Ben Amar Ndiaye






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image