leral.net | S'informer en temps réel

Déthié Fall sur les Législatives de 2017 : ««C’est une première qu’à 7 mois d’une élection, on ne connaisse pas la date exacte de la tenue du scrutin»


Rédigé par leral.net le Lundi 28 Novembre 2016 à 18:22 | | 1 commentaire(s)|

Pour Déthié Fall, le Sénégal est dans une situation inédite. «C’est une première dans ce pays qu’à 7 mois d’une élection (les Législatives), on ne connaisse pas la date exacte de la tenue du scrutin».
Pour Déthié Fall, le Sénégal est dans une situation inédite. «C’est une première dans ce pays qu’à 7 mois d’une élection (les Législatives), on ne connaisse pas la date exacte de la tenue du scrutin».

 
Pour le vice-président de Rewmi, seuls Macky Sall et son ministre de l’Intérieur connaissent la date des Législatives. Déthié Fall invite le gouvernement à admettre les couacs notés dans les nouvelles inscriptions et à revenir sur l’ancien fichier.
 
Pour Déthié Fall, le Sénégal est dans une situation inédite. «C’est une première dans ce pays qu’à 7 mois d’une élection (les Législatives), on ne connaisse pas la date exacte de la tenue du scrutin», a fustigé le vice-président du parti Rewmi, samedi lors d’une rencontre de la section locale du parti de Idrissa Seck.
 
«C’est un amateurisme extraordinaire. Les Sénégalais doivent être assez sensibilisés sur cette question. J’espère que le président de la République apportera très rapidement des réponses  à ces interrogations légitimes des populations et des formations politiques», a-t-il dit. Le numéro 2 de Rewmi trouve «inadmissible que Macky Sall et son ministre de l’Intérieur soient les seuls à connaître la date du scrutin, cela est inadmissible».
 
Déthié Fall justifie ses craintes par des «informations assez inquiétantes» à propos de la confection de la carte d’identité biométrique de la Cedeao et de la carte d’électeur. «Des personnes restent 72 heures dans ces centres sans pour autant accomplir leur devoir citoyen. C’était prévisible et nous avions alerté le président de la République, le ministre de l’Intérieur et le directeur de l’Automatisation du fichier lors de la revue du Code électoral en juin 2016. Nous leur avions clairement dit qu’il était impossible d’ici juin 2017 d’avoir un fichier correct à partir duquel on pourra tenir des élections législatives», rappelle-t-il.
 
Le Rewmiste souligne d’ailleurs qu’il y a «7 millions 400 mille» citoyens concernés par ces opérations et que le rythme d’enrôlement dans les centres d’inscription «prendra entre 2 ans et demi et 3 ans» pour que tous soient inscrits. M. Fall d’ajouter : «Lors de son passage à l’Assemblée nationale sur la refonte partielle du fichier, le ministre de l’Intérieur nous disait qu’il y avait un stock mort de 1 million 500 électeurs. Ce qui veut dire dans leur entendement qu’un fichier correct est un fichier de 4 millions d’électeurs». Il y voit, par conséquent, «une tentative de confectionner un fichier taillé sur mesure par le pouvoir pour s’assurer une victoire légale aux élections». Pour lui, le gouvernement doit se rendre compte de ces faits et revenir véritablement sur l’ancien fichier s’il le faut pour garantir la transparence des élections législatives en 2017.
 
Source lequotidien.sn






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image