leral.net | S'informer en temps réel

Détournement à la Fondation Servir le Sénégal : Alioune Fall Sall livre sa part de vérité

Aphone depuis quelque temps, Alioune Fall Sall brise le silence. Dans l'entretien accordé au journal Le Populaire, l'ancien Administrateur de la Fondation Servir le Sénégal livre sa part de vérité sur l'affaire de détournement qui secoue cette boite. Exrait :


Rédigé par leral.net le Jeudi 11 Septembre 2014 à 10:38 | | 36 commentaire(s)|

Détournement à la Fondation Servir le Sénégal : Alioune Fall Sall livre sa part de vérité
"Je l'ai lu cela dans la presse. J'ai essayé de comprendre ce qui s'est passé et je me suis renseigné. Je crois avoir compris que c'est un règlement de comptes entre amis. J'ai parlé à Daouda (Ndlr, Daouda Faye, frère de Mariéme Faye) qui est la principale cible de ces attaques. Il a tenté de m'amener à me souvenir de la personne à la base de ses allégations, une dame. Il m'a cité un nom et m'a fourni des indications sur les activités de la concernée lors de l'opération initiée au Cices par la Fondation en 2012 pour assister les sinistrés des inondations. Mais, j'avoue qu'à l'état actuel des choses, je ne parviens pas à mettre un visage. Toutefois, sur la base des informations financières qui m'ont été fournies par les financiers de la Fondation, je pense que c'est une personne qui parle sans maîtriser ce qu'elle dit, ou bien qui choisit d'entretenir la confusion et l'amalgame. Elle assimile un document financier qu'elle avait élaboré dans le cadre de l'opération au Cices en 2012 portant uniquement sur des dépenses qu'elle avait exécutées là-bas, avec le bilan financier global de la Fondation pour cette année 2012, intégrant donc l'opération au Cices et d'autres actions que la Fondation a eues à mener durant toute cette année.

Évidemment, ces deux documents ne peuvent pas porter sur la même somme. Je sais aussi qu'à l'époque où les financiers établissaient le bilan de la Fondation, ils ont été confrontés à un problème de justificatifs de dépenses réalisées au Cices. Ils m'avaient consulté sur cela. À l'époque de l'opération Cices, la Fondation était en création et n'avait pas ni bureau ni personnel. Le personnel qui intervenait au Cices était composé de bénévoles recrutés par Daouda juste pour les besoins de cette opération que lui-même conduisait. Lorsque nous avons fini de créer la Fondation et qu'on l'a dotée d'un appareil opérationnel, on a décidé de mettre à jour les documents comptables et autres.

Et, pour cette opération Cices, la comptabilité était confrontée à un problème de justificatifs des dépenses. Ils m'en ont parlé. Je leur ai dit de demander à Daouda de les mettre en contact avec la personne qui était responsable de ces dépenses pour qu'elle amène les justificatifs, car il n'était pas souhaitable qu'on ait dans les écrits de la Fondation des opérations financières non justifiées. C'est avec cette récente affaire dans la presse que j'ai reparlé de cette question avec les financiers qui m'ont confirmé que c'est bien la dame à l'origine de cet article qui était responsable des dépenses et, qu'à l'époque, ils avaient reçu à la Fondation, à leur demande, pour cette affaire, des justificatifs. Mais qu'elle n'avait pu justifier les dépenses qu'elle avait répertoriées. En réaction, la comptabilité avait refusé d'intégrer dans ses livres ces dépenses non justifiées. Donc, si on analyse bien les états financiers de la Fondation, on constatera qu'au lieu d'un gonflement, c'est une réduction totale ou partielle des 60 millions que cette dame dit avoir dépensés au Cices sans avoir fourni les justificatifs. Voilà l'information en ma possession".






Hebergeur d'image