leral.net | S'informer en temps réel

Dette de 5 milliards FCfa aux structures de santé, le Plan Sésame plombé

La dette de 5 milliards contractée par des structures de santé ralentit l'allure du Plan Sésame qui a été initié pour prendre en charge les personnes du troisième âge. Selon le quotidien EnQuête, le régime actuel peine à trouver la solution.


Rédigé par leral.net le Mercredi 24 Décembre 2014 à 12:39 | | 0 commentaire(s)|

Dette de 5 milliards FCfa aux structures de santé, le Plan Sésame plombé
C'est l'ancien Président Abdoulaye Wade qui avait initié ce plan pour permettre aux personnes âgées d'accéder à la gratuité des médicaments et une prise en charge à hauteur de 70% dans les structures de santé. L'acte devrait traduire l'idéal de solidarité intergénérationnelle si caractéristique de notre peuple. Cependant, la dette colossale que l'Etat doit aux différentes structures ne facilitent pas les choses surtout que le gouvernement de l'époque et les structures sanitaires se sont renvoyé la balle.

Selon Dr Mamadou Koumé, médecin-chef du centre médico-social de l'IPRES, qui a eu à travailler dans le cadre du Plan Sésame, pendant plusieurs années, ce plan n'atteint sa vitesse de croisière qu'au niveau de l'IPRES. Il salue le partenariat du ministère de la Sante ce qui permet d'avoir une tarification préférentielle dans les structures de santé. En effet, ce professeur de l'université Cheikh Anta Diop estime que les affiliées de l'IPRES sont à 100%. Cette dette de 5 milliards du Plan Sésame ne permet pas son application de manière uniforme au niveau des structures hospitalières.
« Il y a des hôpitaux qui ont des bons élevés du plan Sésame au moment où d'autres refusent et n'appliquent pas correctement le plan du fait de la dette », soutient le professeur agrégé en Gériatrie. Le plan Sésame est une volonté de l'Etat. Selon lui, les autorités doivent, d'une part, négocier la dette pour trouver un échelonnement et solder ses dettes et, d'autre part, négocier des paquets de prestations qui seraient éligibles au plan.

Même si, dans le cadre de la Couverture maladie universelle, l'Etat doit renforcer l'enveloppe pour qu'elle puisse passer les 859 millions à 1,7 milliard. Dr Koumé préconise que l'Etat doit mettre en place des procédures et des cellules de gestion qui pourraient être des interlocutrices entre les personnes âgées et les structures de santé pour leur favoriser la gratuité des soins. Il y ajoute que le plan Sésame est en train d'être restructuré et des paquets de prestations éligibles sont en train d'être négocié avec les structures hospitalières. Ces derniers devraient manifester une volonté pour permettre aux personnes âgées l'accès aux soins dans leur structure.

Tété Diatta






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image