leral.net | S'informer en temps réel

Deux ans après le naufrage du navire Pds: Quand les derniers rats quittent la coque… bleue

2 avril 2012 - 2 avril 2014, il y a deux ans, le président Macky Sall prêtait serment pour devenir le quatrième président de la République du Sénégal indépendant. Une installation à la magistrature suprême à la suite du passage d’un ouragan électoral ayant coulé le navire du Parti démocratique sénégalais (Pds). Un paquebot majestueux, pourtant, dont tous les météorologues et autres prévisionnistes politiques avaient juré qu’il allait résister pendant « 50 ans » à tous les vents, marées, ouragans et cyclones. Un bateau insubmersible, en somme. Autrement dit, ces devins avaient prédit que le régime du président Abdoulaye Wade allait battre le record du Parti socialiste (Ps) de Senghor et de Diouf en matière de longévité au pouvoir.


Rédigé par leral.net le Samedi 12 Avril 2014 à 11:12 | | 5 commentaire(s)|

Deux ans après le naufrage du navire Pds: Quand les derniers rats quittent la coque… bleue
Grâce à ces prédictions de longévité politique, les vastes priairies bleues wadiennes avaient attiré tout ce que le Sénégal compte comme leaders politiques, khalifes généraux, transhumants, marabouts de rang intermédiaire, hommes d’affaires et autres forces vives de la Nation. Cette thèse de la longévité, bien qu’absurde, avait fini par convaincre l’univers sénégalais. Car dans les vastes pâturages libéraux où broutaient tous les politiques affamés de la République, on trouvait toutes sortes de variétés d’herbes, en espèces et en nature : fonds politiques, passeports diplomatiques, lettres de recommandation, terrains nus, postes à « promouvoir », « diakhal », impunité judiciaire, marchés de gré à gré etc…

A côté des transhumants officiels, il y avait aussi des truands à col blanc qui se refugiaient dans les étables de la présidence de la République pour se protéger des foudres de sa Majesté Wade 1er. Pendant ce temps, le peuple debout à l’image de 12 millions de riverains armés de gourdins et pagaies était prêt à détruire tout navire battant pavillon « Pds » tentant d’accoster sur les rivages de la présidentielle de 2012. Surtout quand il s’agissait d’un navire « Probo Koala » c’est-à-dire chargé de déchets politiques, et en plus, ayant à son bord toute une cargaison de militants libéraux au ventre infecté et ballonné de deniers publics. Ce navire-là, les Sénégalais n’en voulaient plus !

Cette fois-ci, pas sur nos cotes, quitte à user de tous les voies et moyens électoraux pour le couler en haute mer ! À preuve, au soir du 25 mars 2012, les Sénégalais ont élu Macky Sall avec 65,80 % des voix, contre 34,20 % pour celui qui fut son « maître » ès politique, le roublard Me Abdoulaye Wade. Malheureusement ce dernier, tel un capitaine presbyte, n’a pas pu voir devant lui l’iceberg sur lequel allait se fracasser son navire tel le « Titanic ». Un naufrage collectif ! Seulement, les plongeurs secouristes qui croyaient que les libéraux avaient sombré corps et âme n’allaient pas tarder à déchanter. En effet, s’ils avaient coulé avec corps et deniers publics, ils avaient tout de même réussi à sauver leurs âmes ! Sauf s’il s’agissait de drôles d’âmes qui, en toutes circonstances, déterminent pour leur maître la conduite alimentaire à tenir !

Donc, tout portait à croire que ces anciens dignitaires libéraux allaient transhumer par opportunisme et par gourmandise politique en quittant un navire en détresse sur le pont duquel le capitaine Wade s’activait pour sauver son fils et quelques proches coincés dans la coque… judiciaire. Et ce en leur lançant des bouées de sauvetage. Seulement voilà, personne n’aurait imaginé à ce moment-là que, pendant cette périlleuse opération visant à desserrer l’étau d’un Titanic politique, des « rats » à l’instinct de survie politique aiguisé, avaient réussi à aménager des trous d’air dans la coque pour sauver leur vie d’abord, avant de se transborder ensuite dans un autre navire battant pavillon « cheval » (emblème de l’Apr). Un navire appartenant à l’armateur Macky Sall et qui venait d’appareiller. Comme la plupart des races de « rats » détestent l'eau, il fallait s’attendre à des fuites honteusement spectaculaires et autres bonds acrobatiques dont l’on ne voyait les numéros que dans les cirques politiques du Sénégal.

Pourtant, au lendemain de la prestation de serment du président Macky Sall, certains proches de l’Apr s’étaient autoproclamés « faucons » pour dresser une liste rouge anti-transhumance. Mieux, ils avaient dit haut et fort que tout le monde pouvait immigrer chez eux sauf ces gens-là qui, durant toute la traversée de la caravane de Macky Sall, s’étaient transformés en « chiens » pour aboyer avec lâcheté, méchanceté et arrogance : Farba Senghor, Serigne Mbacké Ndiaye, Serigne Mboup « Pétrosen », Awa Ndiaye « koudu », Ousmane Ngom, Doudou Wade, Cheikh Tidiane Sy, Iba Der Thiam, Mamadou Massaly, Alioune Diop, Adama Sall, Kalidou Diallo, Samuel Sarr etc.
Aujourd’hui, deux ans après le naufrage du bateau Pds, parmi ces gens-là, nombreux sont ceux ont quitté l’épave, franchi la ligne ou la baie rouge jusqu’à s’inviter dans le banquet de l’Apr pour « continuation d’Etat », pardon continuation gastronomique !

Au-delà de ce transbordement massif, se pose la question de la crédibilité et de l’honorabilité de certains passagers libéraux qui n’apportent rien au bateau Apr, sauf à l’alourdir avec corps et déchets politiques ! En effet, la promptitude et la facilité avec lesquelles l’on peut passer dans notre pays d’un navire coulé à un autre en pleine croisière sont déconcertantes et embrassantes. On ne peut imaginer que dès que les pluies s’arrêtent et que les champs de manioc se sèchent annonçant les signes d’une probable famine, certains de nos hommes politiques, sans scrupule ni dignité, se reconvertissent en mendiants devant les mosquées et églises. Ce qui est le plus écoeurant, ils traînent une double sacoche comme si demain il n’y aura pas à manger et à boire ! Certes, il existe une nouvelle forme de mendicité politique aux allures de transhumance sublime ou diplomatique dont seuls les acteurs connaissent les bons coins du vendredi : N’est-ce Me Mbaye Jacques Diop, Khouraïchy Thiam, Adama Sall, Iba Der Thiam, Ndèye Khady Diop, Innocence Ntap etc. ?

Une chose est visible, le bateau de l’Apr ressemble à un ferry trop surchargé pour arriver à bon port. Un bateau alourdi par le fait que le capitaine Macky Sall veut embarquer sous la bannière du dépassement tous les « rongeurs » libéraux dont certains prévisionnistes de la météo ont juré qu’ils risquent de trouer la coque du navire durant la traversée vers 2017.

PAPE NDIAYE

Article paru dans « Le Témoin » N° 1160 –Hebdomadaire Sénégalais (AVRIL 2014)









1.Posté par Yass le 12/04/2014 13:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est une honte ces pratiques de prostitution politique.
Que Dieu nous aide a garder notre dignité saine et notre conscience trankil

2.Posté par temoindusengal le 12/04/2014 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'idée est bonne mais a métaphore et le francais laborieux. Quelques rares editorialistes manipulent se style franchement.

3.Posté par Dr HUCHARD Nicolas le 12/04/2014 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yérim Seck dans ses excrétions langagières! Quels facteurs motivationnels ?

Tout quidam qui se prend de façon présomptueuse pour un embryon d’intellectuel doit apprendre à défendre des thèses et pas des conjectures non étayées.

Tout cet embrouillamini mélangeant des problèmes de sécurité intérieure, des faits sociétaux, et des éléments crypto personnels. Tu cela me semble avoir été boucanié dans un cerveau qui a été oisif dans un contexte morbide..

Au demeurant, dans l’espace public sénégalais la verve et les capacités narratives ne sont pas un gage de légitimité.
J’ose espérer que tout cela n’est pas que logorrhée fétide symptomatique d’une incontinence des convenances aggravée récemment chez ce personnage.

Yarim SEck est -il (devenu ) névropathe ?

Voilà un goulot que les ethno psychiatres du Ndiambour nous devrons lever.

J’attends que Yarim énonce des thèses, des propositions salutaires pour faire sauter les goulots qui ont favorisé son accès aux expédients.
Il a certes beaucoup ingurgité d'argent durant cette dernière décennie, parfois avec des postures fielleuses vis à vis de personnes qui lui avaient donné la becquée.

Qui oublié les attaques de Yarim Seck contre Daddis Camara dont il se susurre que le Yarim a bénéficié de largesses.
Il faut qu'il arrête à nous sériner des noms.
Yarim aime trop personnaliser des débats et cela est un grave handicap pour un quadragénaire qui espère devenir intellectuel avant la sénescence.

Vive le Sénégal.

4.Posté par PAPEDOMHARAMNDIAYE le 13/04/2014 01:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ANNE PAPE NDIAYE FII YOUMMA, SOLDE BAMMA. ANNE DEDAANDO MBI DEEDANDO. ANNE RAWADOU BONNDOU MBI HALDOU HAMANNASSEROU. TOI PSEUSODO DOULNALISTE CORROMPU JUSQU'A LA MOELLE EPINIERE, COMME TES ABOYEURS SEMBLABLES, MENTEURS ET CALOMNIATEURS NOUS SAVONS QUE TU ECRIT PAR PROCURATION POUR QUELQUES MAIGRES BILLETS DE CFA DELAVES. HONTE A VOUS LES DOULNALISTES QUI ETES LA PLAIE BEANTE DU SENEGAL. KOTAL YOUMMA E BAAME. LIGNE MO MBINDOUNDA FOF E MBOURMBEMA DIBINANNDE ANDOU KOY FASKO YOUMA MBINDOU NDA!!!!!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image