leral.net | S'informer en temps réel

Deux policiers condamnés à Dakar à trois ans ferme pour le vol de trois millions

Le tribunal des flagrants délits de Dakar a condamné vendredi deux agents de la police, à trois ans d'emprisonnement ferme pour vol commis en réunion au préjudice d’une ressortissante malienne, a constaté l’APS.


Rédigé par leral.net le Vendredi 17 Août 2012 à 18:00 | | 0 commentaire(s)|

Deux policiers condamnés à Dakar à trois ans ferme pour le vol de trois millions
Tout commence le 20 juillet dernier quand cette dame établie dans la région de Diourbel constate que les 9.750.000 francs Cfa qu’elle a avait gardés dans une chambre avaient été subtilisés.

Ses soupçons se portent alors sur un jeune orphelin qu’elle avait voulu aider et qu’elle avait fait venir à Diourbel pour monter un commerce de fruits.

Après une déposition au commissariat, elle prend le soin de prévenir un compatriote malien pour l’aider à surveiller, à la gare routière de Pompiers, les bus en partance pour la Guinée.

Par chance, ce dernier tombe sur le suspect qu’il interpelle aussitôt. Il appelle ensuite en renfort deux policiers qui étaient dans les parages.

Accompagnés de la plaignante qui avait fini de rappliquer sur les lieux, les deux policiers et deux témoins se rendent alors commissariat de Bel Air, flanqués du suspect.

Les deux limiers laissent la plaignante et le présumé voleur sur les lieux et repartent. Mais quelque temps après, le commissaire leur demande de revenir au poste. Et pour cause, il manque trois millions de francs Cfa sur la somme récupérée sur le suspect.

Cependant, à la barre, les deux agents du Groupement mobile d’intervention (GMI) ont nié tout vol. ‘’Quand on est venu à Pompiers, on a interpellé le voleur et on a attendu que la plaignante arrive pour aller au commissariat de Bel Air’’, a expliqué l’un des prévenus.

‘’On n’a pas compté l’argent devant nous, on a juste pris le numéro de la mention et on est parti’’, a-t-il ajouté.

‘’L’argent a été compté en notre absence, mais je vous jure qu’on n’a pas pris cet argent’’, a clamé l’autre policier poursuivi dans l’affaire.

Mais la victime, elle, a maintenu ses accusations à la barre. ‘’Quand on a compté l’argent au commissariat, il manquait trois millions de francs Cfa’’, a-t-elle déclaré.

Le suspect, un jeune de nationalité guinéenne, a quant à lui clairement accusé les deux hommes de tenue. ‘’Quand les policiers m’ont menotté, ils ont ouvert le sac, avant que l’un deux prenne trois liasses de billets de banque’’, a-t-il témoigné.

‘’Ils ont déposé le voleur et la plaignante, mais ils m’ont dit qu’ils étaient pressés et qu’il me laissait s’occuper du reste. C’est pourquoi on a compté l’argent en leur absence. Ils n’ont pas attendu’’, a de son côté expliqué le brigadier chef du poste de Bel Air.

Pour l’avocat de la partie civile, quand les policiers sont retournés à Pompiers, c’était pour aller prendre l’argent qu’ils y avaient caché. Il a requis trois ans ferme et cinq millions pour causes et préjudices confondus, précisant que les deux agents du GMI avaient dissimulé l’argent sous une machine à coudre.

‘’Le fait qu’ils aient attendu la plaignante qui était à Diourbel, c’était seulement pour pouvoir soustraire l’argent et le cacher’’, a expliqué le représentant du ministère public.

Mais pour les avocats de la défense, il y a beaucoup de zones d’ombre dans cette affaire. ‘’On ne peut pas prendre pour argent comptant les déclarations d’une personne prévenue de vol’’, a estimé Me Barro.

‘’ Il n’y a pas de preuves suffisantes pour les maintenir en prison’’, a-t-il affirmé, demandant la relaxe au bénéfice du doute.

A sa suite, Me Abdou Kane, l’autre avocat de la défense, a plaidé pour la relaxe pure et simple de ses clients.

Il y a un problème d’imputabilité dans cette affaire, a relevé l’avocat, qui ajoute : ‘’Aucun des témoins ne peut dire qu’il a vu les deux policiers prendre de l’argent et le mettre dans leurs poches.’’

Après en avoir délibéré, le tribunal des flagrants délits a reconnu les deux policiers coupables de vol commis en réunion.

Ils ont été condamnés à trois ans de prison et à quatre millions de dommages et intérêts.


Source:SKS/ASG






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image