leral.net | S'informer en temps réel

Deux projets à < Mackyer >

Le Sénégal est connu comme un pays de paix, un pays de teranga, un pays d’accueil où règne la paix. Cependant depuis quelques décennies, le Sénégal se distingue hélas par son indiscipline. Ce qui est triste. Oui, l’indiscipline de tout un peuple. Ces temps ci, les impertinentes grèves ont augmenté, les agressions ont augmenté, les accidents ont augmenté, les morts ont augmenté, les malheurs ont augmenté, même dans la religion, l’indiscipline des sénégalais est manifeste : un Sénégal, une lune, trois korités. Tout ceci est dû qu’à l’indiscipline.


Rédigé par leral.net le Lundi 27 Août 2012 à 20:25 | | 0 commentaire(s)|

Deux projets  à  < Mackyer >
Il nous faudra donc nous disciplinés si l’on ne veut pas courir à notre faillite. Tout problème a une solution. Chacun de nous doit se remettre en cause pour sortir de ce Sénégal indiscipliné. Ayant fait le service militaire, et connaissant la discipline et le sens élevé du patriotisme d’un soldat, je pense que l’on devrait militariser nos jeunes frères et sœurs. Pour tuer rapidement et efficacement un arbre, il faut attaquer à la racine. C’est pourquoi, je préconise que l’on commence par nos jeunes frères et sœurs collégiens.

Je suggère que l’état fasse un programme que l’on appellera < service militaire initial> pour tous les jeunes du pays en classe de seconde (filles et garçons). Ce projet consistera à mettre tous les élèves en classe de seconde juste après l’année scolaire, début juillet dans un programme de service militaire initial. Ce programme durera 3 mois de juillet à fin septembre. Vu le nombre important des élèves en seconde, l’armée nationale du Sénégal et la gendarmerie nationale vont mobiliser toutes les zones militaires, toutes les légions, toutes les compagnies, les brigades et postes de gendarmerie pour la formation de ces jeunes élèves au civisme, à l’amour de la patrie, aux respects des institutions. Chaque zone militaire peut recevoir les écoliers de sa région. Par exemple, la région de Kaolack compte la zone militaire numéro 3 avec un grand camp militaire Sémou Djimmite, une légion centre de gendarmerie, un escadron de terre de gendarmerie, et plusieurs brigades : brigade de Kaolack, de Nioro du rip, de Keur ayib, de guiguineo, de gandiaye, birkilane, de karangue, etc. On pourra ventiler tous les élèves en seconde de la région de Kaolack sans aucun problème. Et ainsi de suite pour toutes les régions. On ventilera tous les élèves de seconde aptes au service militaire initial dans tous les garnissons de l’armée. Chaque année on refait la même chose. Et d’ici quelques années, on aura que des jeunes disciplinés et patriotiques. Au terme du service militaire initial, le jeune < militaire de trois mois> se verra délivrer une attestation de bonne conduite. Pour forcer les élèves récalcitrants, l’attestation de bonne conduite militaire devrait être ajoutée au dossier d’admission à l’université et pour tout concours administratif. Ceci est bien possible. Certes, cela nécessitera des moyens considérables. Mais, la discipline n’a pas de prix. Un peuple bien éduqué peut soulever des montagnes voire l’exemple du japon ou de la Corée du sud.

Apres ceci, je conseille à l’état du Sénégal de résoudre le problème des détenus à rebeuss. Le nombre de détenus au Sénégal est de plus en plus considérable. Rien que Rebeuss fait plus de mille détenus, y ajouté celui du camp pénale de Liberté 6 et des autres régions, on obtient un nombre considérable de détenus au Sénégal. La plus part d’entre eux ne font que dormir. Un détenu, c’est quelqu’un qui a une dette en vers sa communauté. Il devra payer mais non pas en lui privant sa liberté, mais en lui faisant contribuer au développement de son pays.

Ainsi, je conseille au gouvernement du Sénégal de construire une grande maison de correction moderne et spacieuse dans la région de Matam sur la vallée du fleuve Sénégal. Dans cette maison, les détenus pourront y vivre humainement. L’état y aménagera des grands champs de riz, de canne à sucre, de maïs, mil, etc.

Ainsi par exemple, un détenu de deux ans, qui travaille dans les champs, durant toute la durée de sa peine, contribue à l’autosuffisance alimentaire de son pays, et en même temps, paye sa dette en vers sa communauté. Il aura une prime que l’on appellera <sopekouna>, qui lui aidera, une fois libéré de pouvoir se financer et de travailler pour une réinsertion plus rapide et plus efficace. L’état du Sénégal y gagnera dans l’autosuffisance alimentaire du pays. Le senegal ne va plus importer du riz ou autres céréales. Mieux le senegal pourra enfin exporter. Dans cette même lancée, les condamnés à perpétuité seront sanctionnés à travailler durant toutes leurs vies dans les champs. Ceci découragera certains malfaiteurs tapis dans l’ombre.

Concernant les < détenus de luxe> comme les hautes personnalités, elles seront incarcérées dans des maisons de corrections des régions où il y aura des universités régionales. Elles y seront condamnées à enseigner aux étudiants durant toute la durée de leurs peines. Eux aussi contribueront au développement intellectuel du pays. A quoi ça sert d’emprisonner une haute personnalité, si elle est dans une chambre bien spacieuse à rebeuss, où elle ne fera que dormir et lire, en témoigne un récent pensionnaire de luxe de rebeuss. Il faudra qu’elle paye sa dette envers sa communauté en enseignant dans une université régionale par la force. Elle pourra enseigner à l’université et après rentrer dans sa cellule. De cette façon, un détenu sera un élément de développement pour son pays et non un dormeur professionnel.

Ceci est une réflexion d’un sénégalais, patriote, soucieux du devenir de son pays. Alors Monsieur le président de la république Macky Sall, ces deux projets sont à mackyer.



Babacar HANE,
Email : hanebabs@gmail.com
kassaville kaolack






Hebergeur d'image