leral.net | S'informer en temps réel

Dévaluer progressivement le CFA peut être un bon levier économique.

Dans le sillage de la crise de la dette qui est entrain de mener le monde dans une décadence économique sans précédent entrainant un fort ralentissement des échanges commerciaux, moteur développement. Toutes les grandes économies s’affrontent à coups de dévaluations pour pouvoir rester compétitifs dans une économie mondialisée et redynamiser leur économie nationale.


Rédigé par leral.net le Jeudi 29 Décembre 2011 à 15:19 | | 3 commentaire(s)|

Dévaluer progressivement le CFA peut être un bon levier économique.
La zone CFA , avec sa situation économique déjà désastreusement plombée par une décennie de crise Ivoirienne ,devrait négocier avec ses partenaires(Banque Centrale Européenne et Banque de France) à un système pouvant aboutir sur une parité flottante entre le CFA et l’EURO et pouvant mener à la mise en place de politiques de dévaluations progressives sur plusieurs années (dévaluer en moyenne 5 à 10% par année).

Elle pourra par ce processus aboutir à une monnaie faible et compétitive dans les 10 prochaines années sans plonger les pays membres dans une récession et une inflation démesurée comme fut la conséquence de la dévaluation brutale (de plus 50%) de 1994.Contrairement à ce qu’on peut penser, la dévaluation d’une monnaie peut être un levier considérable pour l’économie d’un pays, si les fondamentaux de son économie l’exigent.

L’Espagne avait dévalué régulièrement sa peseta dans les années 70/80 pendant plusieurs années pour se hisser dans le TOP 10 des puissances économiques.La Chine est en train d’aspirer des milliards de dollars des Etats-Unis et du monde entier en laissant sa devise sous-évaluée. La Réserve Fédérale Américaine (La FED) depuis quelques années a déversé d’énormes liquidités avec ses politiques dites de « Quantitative Easing » permettant de maintenir le dollar à un niveau faible et de supporter les exportations Américaines.L’Afrique et la Zone CFA en particulier, avec ou sans la crise, pour devenir compétitifs dans cette mondialisation, pourraient dévaluer PROGRESSIVEMENT, et sur les dix prochaines années, leurs monnaies pour plusieurs raisons :
Attirer les capitaux et les délocalisations occidentales

La mondialisation est en train d’obliger les industries européennes et Américaines à délocaliser leur centre de production. L’Afrique, (le Sénégal en exemple) peut devenir imbattable, de par sa position géographique, l’abondance de sa main d’œuvre.Avec un CFA plus bas et de savoir que sur les prochaines années il le sera davantage, les investisseurs étrangers s’installeront dans le pays et s’endetteront avec plaisir en CFA. Leur crédit local perdra en valeur (par rapport à leur devise étrangère de base) chaque année de même que la masse salariale qu’ils doivent verser à leurs employés.

Des usines entières pourront débarquer dans le pays, relançant fortement l’emploi dans tous les secteurs.

Dynamiser la production industrielle et les exportations

Il est de plus en plus devenu difficile de rester compétitif à l’export, que ce soit dans le textile, l’agroalimentaire, l’agriculture ou même la pêche. Pour pouvoir investir dans la qualité, il faut de la visibilité sur au moins plusieurs années ( 5ans minimum). Annonçons que nous allons dévaluer progressivement sur plusieurs années le CFA et nos exportateurs investiront dans leur outil de production sans hésiter.
Limiter les importations

C’est d’une absurdité aberrante que des pays comme le notre plongent dans l’engrenage de la consommation des produits importés alors que le fossé entre les riches et les pauvres s’approfondit de plus en plus.

Avons-nous réellement besoin de toutes ces marques et franchises alors que la plupart des besoins vitaux de nos enfants (enseignement, soins, nourriture, logement) sont encore chancelants ?

Dévaluer le CFA nous fera produire davantage sur place de matières premières, produits finis et semi-finis et de nous pousser à prendre conscience que notre salut se trouve dans : Produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons !

Un processus qui haussera le niveau social et économique de la population défavorisée avec un rythme beaucoup plus rapide qu’il ne baissera la richesse des nantis.
Freiner les sorties illégales de devises

Un sujet souvent tabou et rarement traité de manière publique. Et pourtant, il s’agit d’un point crucial dans le développement d’un pays. Il n’est plus un secret pour personne de cette corruption alarmante qui s’est s’installée au cœur de nos républiques, de l’enrichissement illicite de nos dirigeants politiques avec des détournements massifs des deniers publiques. Des sommes colossales de CFA se retrouvent dans des filières informelles pour être converties en devise étrangère et placées dans des paradis fiscaux. Les capitaux détournés et placés dans les paradis fiscaux seraient supérieurs aux montants de la dette extérieure. C’est une triste réalité qu’une dévaluation ne saura arrêter, mais ceux qui voudront sortir des CFA auront de moins en moins de devises, et cette simple règle du marché jouera son rôle de « régulateur moral et patriotique ». Ces corrompus ne craignant pas la loi, il faut les toucher là où il fait mal : La valeur de leur portefeuille exporté.
Encourager nos « immigrés » à investir davantage dans le pays

Un immigré Sénégalais en Europe ou aux US qui comprendra que ses économies en euros/dollars valent de plus en plus de CFA pensera de plus en plus à acheter de la pierre ou à investir d’avantage dans son pays. Le rapatriement des devises de nos compatriotes travailleurs à l’étranger gonflera d’années en années. C’est une loi d’Airain du marché de change.
Une embellie pour le tourisme

Un CFA de plus en plus faible augmentera le pouvoir d’achat des touristes. Et les tour-operators (dont la majorité négocie son contrat en CFA) auront beaucoup plus de facilité à vendre la destination « Sénégal » par exemple.

Tous ces points évoqués ne peuvent présenter comme avantages d’une politique monétaire accommodante que si celle-ci est accompagnée d’une politique budgétaire rigoureuse et d’une d’aide accrue au monde rural et aux entreprises pour faire face aux inéluctables inconvénients d’une dévaluation :
L’explosion de la facture énergétique, le remboursement de la dette extérieure

Nos importations de pétrole vont subir un coup, la facture énergétique pourrait devenir insupportable par nos PMEs et les consommateurs. De plus, le poids de la facture pétrolière dans les importations va s’alourdir structurellement, D’autre part, parmi les dépenses en devises, il faut compter le remboursement de la dette extérieure.

Ces problèmes pourront trouver solutions dans des politiques de protection et de couverture à travers les marchés financiers.L’Afrique et le Sénégal en particulier regorgent d’imminents talents et de compétences en ingénierie financière éparpillés dans les quatre coins du globe. Il faudra attirer et valoriser ces compétences spécialistes des couvertures sur les marchés à terme qui pourront nous aider à nous protéger contre les mouvements des matières premières et des devises, de maîtriser les aléas des marchés internationaux, permettant ainsi une dévaluation avec une gestion sous contrôle des inéluctables inconvénients liés à ce type de décision.



En conclusion La Zone CFA peut envisager de dévaluer progressivement sa monnaie. Cette arme est de bonne guerre par ces temps modernes. Elle encourage la production nationale et donc la consommation de produits locaux tout en aidant à mieux exporter.



1.Posté par Abdoul Aziz SAM le 30/12/2011 01:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai rédigé et publié cet article sur mon Blogue Seneweb. Je decouvre à ma grande surprise qu'il a été repris ici sous un autre auteur. Usurpation ?

2.Posté par DIELA le 31/12/2011 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dévaluer une monnaie c'est le réviser à la baise. Cette action à pour effet direct l'augmentation des prix sur le marché intérieur de la zone dans laquelle la monnaie serait dévaluée.

Pour qu'une dévaluation soit efficace, il faut, suite à son application, augmenter les salaires au pour que la population dispose d'un meilleur pouvoir d'achat et de la latitude nécessaire devant lui permettre de combler le fausser et réinjecter les capitaux dans différents secteurs d'activités.

L' Afrique n'étant presque absente sur le marché international, une dévaluation de la monnaie usuel voudrait dire qu'elle baisse le prix de ses matières premières. En quoi est-ce profitable.

Je rappelle par ailleurs que la course au matière première en Afrique est l'origine des guerres incessantes, de l'instabilité économique et financière, de la famine, etc.

A l'heure actuelle, ce qu'il faut pour l'Afrique c'est d'augmenter son PIB, se faire une place considérable sur le commerce international et l'industrie. On ne peut pas comparer l'Afrique à l'Espagne d'antan pour ces raisons là.

Toute tentative d'orienter l'Afrique vers d'autres moyens à pour but de la maintenir son économie subsidiaire à l'économie des grandes puissance, du fait que l'Afrique demeure jusqu'à lors la principale perfusions de ses ex-colonies et des USA.

Par exemple si 1 euro = 65,5957 Franc des Colonies Françaises d'Afrique (appellation d'origine du FCFA) cela augmenterait le pouvoir d'achat vers l'extérieur et faciliterai les importations, exportations, réduirait le fossé du niveau de vie de vie entre les pays riches et ceux de la zone francs.

NB: Le Franc n'existe plus en France. En réalité le FCFA n'est rattaché directement à une monnaie fantôme. De cette manière le FCFA reste la devise particulière du monopoly français.

3.Posté par Rodrigue Douala le 31/12/2011 20:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous
Voilà qu'on nous sert de nouveaux les blabla. Chaque fois qu'il ya une crise, directement on s'attaque aux pays faibles donc à l'Afrique.
Ce n'est pas quand même nous qui allons payer. A la dernière dévaluation, nous n'avons rien vu débarquer. Au contraire nous avons brader nos matières premières et ça continue......
C'est n'importe quoi! Il ne faut pas faire sciences PO pour le comprendre!
Comme les prix sont fixés par des mécanismes complexes influencés par "les marchés" et dont l'Afrique n'a pas droit au chapitre. Je laisse imaginer les conséquences.....
Pourquoi la question ne se pose pas pour le Yen?
Bah c'est pas très équitable

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image