leral.net | S'informer en temps réel

Dialogue Pouvoir-Opposition : Souleymane Ndéné Ndiaye fait la leçon à Macky Sall


Rédigé par leral.net le Jeudi 7 Avril 2016 à 15:44 | | 59 commentaire(s)|

Dialogue Pouvoir-Opposition : Souleymane Ndéné Ndiaye fait la leçon à Macky Sall
Le dernier Premier ministre sous l’ère Wade a déploré l’attitude du Chef de l’Etat Macky Sall qui n’a pas daigné associer l’opposition aux festivités marquant l’anniveraire de notre indépendance nationale. Par le passé, rappelle-t-il, «depuis Senghor, Diouf, Wade et jusqu'au Président Macky Sall, le 3 Avril a toujours été l'occasion pour le Chef de l'Etat, Chef des Armées et Père de la Nation, de s'adresser à ses compatriotes pour magnifier l'événement qui commémore un jour important pour le pays… D'habitude, le Président en profite à travers des mots et des phrases rassembleurs, fédérateurs, unificateurs pour ressouder, j'allais dire rafistoler le tissu social qui a pu subir ici et là quelques fissures voire quelques déchirures», a fait remarquer l’ancien PM qui ajoute : «Le Sénégal a besoin de cela pour traverser le temps en ces moments de tempête où tout divise la classe politique, en ces moments où les clivages pouvoir et opposition sont si intenses et si exacerbés par les contradictions découlant de la dernière consultation référendaire que chaque fois que l'un des camps parle de l'autre, c'est pour l'invectiver ou le caricaturer pour ne pas dire plus». Souleymane Ndéné se désole de n’avoir pas trouvé dans le message du chef de l’Etat ce 3 avril «ces mots qui rassemblent, qui fédèrent, qui unissent et qui décloisonnent. Le Président Macky Sall doit savoir que c'est à lui à aller vers son opposition pour asseoir un climat de dialogue sain de nature à apaiser le champ politique». Pour Jules Ndéné, il faut oublier le référendum qui est maintenant derrière nous et penser aux prochaines échéances qui «ont plus d’enjeux» à ses yeux que le scrutin référendaire. Car il s’agira «d'élire des députés en 2017, de renouveler les mandats locaux en 2019 et en 2019 toujours d'élire un président de la République. Et si d'ici là le Pouvoir et l'Opposition continuent de se regarder en chiens de faïence, il est à craindre que la tension qui se perçoit dans toutes les sphères de la vie nationale vire en une bataille ouverte comme dans certains open- presse entre lutteurs d'écuries rivales» prédit-il, rappelant qu’«au plus fort de leur adversité politique, le Président Diouf avait toujours tendu la main à l’opposant Wade qui l’a toujours accepté au nom de l’intérêt supérieur de la Nation».






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image