leral.net | S'informer en temps réel

Diamniadio ou l'équation de Macky Sall (Pr. Malick Ndiaye)


Rédigé par leral.net le Lundi 26 Mai 2014 à 15:36 | | 0 commentaire(s)|

Diamniadio ou l'équation de Macky Sall (Pr. Malick Ndiaye)
Devant la seconde étape
La recomposition politique à l’épreuve des Municipales 29 juin 2014

C’est avec la pose de la première pierre du Pôle de Diamniadio que s’ouvre un chapitre nouveau de la Seconde Alternance, avec ses forces et ses faiblesses, ses hésitations et ses acquis, ses incompréhensions et ses non-dits, mais aussi ses exigences de ruptures – plus que jamais – dans les discours et les actes. Et avec ceci, l’entame de la seconde étape qui appelle des bilans circonstanciés de la première, de manière positive et offensive, non de façon nihiliste ou déprimante. Car, le Sénégal des mutations sociales et citoyennes, économiques et institutionnelles est un processus inégal et combiné à la fois, dont nul ne saurait avoir la science infuse, à moins de fanfaronner de manière abusive dans les médias ou de surfer toute honte bue sur la vague de l’impatience populaire, avec l’intention de saboter outrageusement les réalisations irréfutables du régime nouveau en un temps record. Partant, Diamniadio, que d’aucuns donnaient pour un éléphant blanc est bien sorti de terre, qui annonce l’entrée du Sénégal dans la Seconde étape de la révolution citoyenne du 25 mars 2012. « Weddi gis bokku ci ! » ! Sans aucun doute ; mais en tout état de cause : « Ku ndobin ray sa maam, soo gisee lu ñuul… Qoddiku… » ! il ne s’agit donc pas de se gargariser ni s’auto flageller, mais d’analyser lucidement les données de la nouvelle étape afin de créer les conditions morales, politiques et organisationnelles indispensables à l’optimisme intellectuel et à la révolution des mentalités qu’appelle cette Seconde étape de rupture et de dépassement de l’ancien régime économique et social. Si l’absurdité des listes multiples dans la mouvance n'est plus à démontrer, la remobilisation des forces et des ressources du 25 mars 2012, et au-delà, est la condition même de tout pas en avant. Au-delà des discours de déconstruction active de la Seconde Alternance, il s’agit donc de réhabiliter la théorie et l’action pour le changement et les ruptures promises, dont le premier acte devrait être la réconciliation de la Seconde Alternance avec elle-même, c’est-à-dire la conformité à l’idéal de transformation en profondeur d’une société sénégalaise qui allait droit dans le mur. De fait, quelques fautes et erreurs que les citoyennetés militantes, actives et populaires du 25 mars 2012 aient commises – et elles sont nombreuses – il s’agit de savoir si la volonté de changement et l’éthique de la rupture est encore présente dans les cœurs et les esprits, pour faire faire à notre Révolution des pas décisifs vers l’émergence entre 2014 et 2018. Saurons-nous trouver la ou les méthodes, de même que l’énergie morale et sociale nécessaire pour faire émerger un mécanisme politique nouveau capable de fédérer nos actions et ambitions en direction de 2017, en partant de la pose de la première pierre du Pôle de Diamniadio ? Telle est la question que nous nous proposons de traiter, et ce, afin de faire mentir les oiseaux de mauvaise augure et les lecteurs de boule de cristal qui misent sur une démobilisation des forces citoyennes du 25 mars 2012 et sur une désagrégation des rangs des partis, mouvements, syndicats et sociétés civiles urbaines, rurales ou entrepreneuriales qui soutiennent le Macky Sall du Plan Yoonu Yokkuté classique au PSE qui en est la formule enfin trouvée. En somme, Diamniadio est à bien des égards, le second souffle de la Seconde Alternance, sous l’angle économique, entrepreneurial et social, dès lors qu’il décline les gigantesques mobilisations de l’Obélisque, comme les événements des 22 et 23 juin 2011, en termes de développement et de croissance, mais est-ce bien suffisant, en l’absence d’une révolution des mentalités et des pratiques, des attitudes et des comportements dans le domaine politique, pas plus tard qu’à ces élections municipales de Juin 2014 ?


1. Diamniadio ou l’équation de Macky Sall

Nul doute que Diamniadio atteste une Vision constante et décline de manière concrète une pratique soutenue. Mais que sont précisément ces deux données majeures sans les cadres et les relais, les supports et les outils, ou encore sans l’organisation, la communication et la pédagogie indispensables à la mise en œuvre de la Vision dans un contexte démocratique multipartisan dominé par les Municipales de Juin 2014 ? Nous disons bien « contexte démocratique multipartisan ;, et l’expression est loin d’être innocente, par où nous entendons que les actes et les options du Président Macky Sall, évoluent dans un univers moral et politique structuré par des jeux de forces et de puissances, d’orientation et de trajectoires conflictuelles, opposées, voire antagonistes, qui plus est, de vertu, d’éthique et de licéité inégales. Pour dire qu’il ne suffit pas de décliner une Vision porteuse et de la pratiquer, mais il faut encore la communiquer et la présenter aux électeurs, qui sont en définitive seuls juges, dans un espace de compétition où tous les coups sont probables, à l’expérience, même s’ils sont loin d’être permis par les lois ni la morale ou l’éthique.
Et pour cause ! Les puissances d’argent et de l’irréligion, les lobbys de la race, de l’ethnie et de la caste, de la finance ainsi que les projets alternatifs de toutes obédiences et de toutes origines sont aussi de la partie ; ne feignons pas de l’oublier, qui déconstruisent et déboussolent, dénigrent toute réalisation et saccagent toute innovation, sans avoir l’air d’y toucher.
Dès lors, il ne suffit point d’avoir raison sur le plan stratégique comme Macky et son Equipe, encore faudrait-il se donner les moyens de la mise en œuvre et de l’opérationnalisation du PSE, selon les paramètres de notre époque et de notre pays: le jeu démocratique obéit à des règles qui instituent l’électorat comme lieu et instance de validation des options. Moyennant quoi, l’information et la formation, la communication et la pédagogie deviennent les éléments centraux des porteurs de vision, en l’absence desquels les liens avec les masses et l’opinion risquent d’être altérés et perturbés, sinon pervertis, par les forces adverses ; singulièrement lorsqu’on a en face de soi une « opposition milliardaire », d’une part, et d’autre part, des sociétés civiles et des mouvements citoyens qui sont généralement prêts à toutes les aventures ( à certaines conditions), eu égard à leurs conditions de vie et d’existence !

Si donc Macky Sall ne saurait, à la façon de Senghor et de Dia, de Wade et de Diouf, s’exercer, toutes proportions gardées et jusqu’à une certaine limite, à un certain dirigisme monocratique et autoritaire ou despotique (éclairé ou non), que les circonstances ne permettent plus du tout, à la suite de deux alternances pacifiques inscrites dans le registre citoyen de notre République, alors le choix de Macky Sall est plus ou moins univoque : il est condamné à l’option de mise en œuvre démocratique et consensuelle à la fois de sa Vision et de ses Contraintes et Astreintes (pour la mise en œuvre du PSE), qui nécessitent une appropriation circonstanciée par les bénéficiaires et les acteurs de même que les partisans déclarés.
Faut-il encore le rappeler ? le PSE n’est ni Macky Sall ni APR, ni Benno, ni Partisan ni Cliquart : c’est du Sénégal qu’il s’agit, et non des partis ou des appareils de partis, encore moins des nomenklatura des régimes ancien et nouveau.

2. Le PSE-post-Diamniadio et la dislocation de la mouvance présidentielle de la première étape

Le PSE appelle un relais municipal, mais c’est tout le contraire qu’il nous est donné de constater. L’incohésion de l’APR, l’éclatement de Macky2012 et le caractère aléatoire (fictionnel ?) de BBY sont donnés par les listes ultra nombreuses, anarchiques et éclatées, dont l’absurdité n’a d’égale que les prétentions infondées des partis politiques et des mouvements citoyens autour du Président Macky Sall, à constituer des centres autoproclamés de pouvoir de fait, des groupes de pression égoïstes et velléitaires, autistes et schizophréniques, misonéistes, dont le seul élément de cohésion demeure cependant – jusqu’à plus ample informé - le PSE et l’application du PSE, dont la pose de la première pierre du Pôle urbain de Diamniadio donne la mesure.

La contradiction est donc, à tout le moins, explosive entre cette continuité et cette cohérence fournies par l’action du Président et de son équipe sur le PSE et la débâcle, voire la débandade organisée des cadres politiques et organisationnels de la mouvance présidentielle. Comment résoudre cette contrariété qui freine et dénigre la mise en œuvre du PSE et contrarie les perspectives de développement, de même que les réponses relatives à l’emploi des jeunes, à la lutte contre les inondations, l’accaparement du foncier urbain et rural, contre le chômage urbain, le règlement du désenclavement des régions périphériques, le développement de l’agriculture, l’industrialisation, la construction de la Paix en Casamance, le règlement des crises scolaires et universitaires ; les soudures paysannes ; la CMU, l’Assurance maladie, le Pacte Social pour l’Emergence, etc. ?

C’est un fait, les cadres formels n’ont pas résisté à l’épreuve des listes, la mouvance présidentielle a besoin d’un nouveau lien pour soutenir le PSE, au risque de ruiner les espoirs placés dans la seconde Alternance et de compromettre toute perspective de second mandat pour Macky Sall.
Si en effet, le PSE est lancé, ou, bien relancé par Diamniadio, et s’il s’agit là indiscutablement, du « début de la phase active du PSE », selon les propres termes du Président, la question est de savoir quelle est la contextualisation qui correspond au PSE dans une situation dominée par les Municipales. Doit-on faire les Municipales, et ensuite s’occuper du PSE ou bien traduire le PSE en termes intelligibles et perceptibles au cours même des Municipales et au-delà ? En un mot, à défaut de passer pour de la littérature, le PSE aurait grand besoin d’une expression en termes de présence dans les Municipales du 29 juin. Si la masse est convoquée et invitée à se prononcer sur la désignation des équipes et de la conduite des affaires municipales, il est inconcevable d’extirper le PSE et l’Acte III de la décentralisation, de ces mêmes Municipales et de prétendre faire élire des équipes et des leaders sans égard à cette Vision, à ses objectifs, à ses finalités et à ses expressions dans chaque localité et commune, dans chaque région et département. Expressions et finalités qui dans leur ensemble constituent la Révolution communale et territoriale dénommée « Acte III de la Décentralisation », en ce qu’elle transfère les pouvoirs jusqu’ici gérés par les bureaucraties des ministères et des partis politiques ou des syndicats et sociétés civiles, aux mains des collectivités organisées sur la base du suffrage universel direct, égal et secret.

3-L’Actualité du Front Patriotique Elargi (FPE) pour le PSE articulé à l’Acte III de la Décentralisation

Est-il meilleur tremplin pour le FPE que cette étape cruciale de la pose de la première pierre du Pôle de Diamniadio ? La question est posée. En effet, ce que le Président de la république a demandé au Gouvernement, aux Ministres et à ses partisans, n’est-ce pas précisément ce qu'il faudrait traduire en termes de programme sur le terrain municipal, en l’occurrence la cohésion (négociée) de toutes les listes qui déclinent le PSE, dans le respect de leurs physionomies et de leurs sensibilités, dont la cohérence est donnée par le Second Mandat et l'horizon 2017- 22 ! Le PSE n’est pas une option sans expression opérationnelle ou éthique, ni politique au sens noble du terme, et ne saurait planer au-dessus des conflits politiques dont l’électorat arbitre les divergences et les sanctionne. Un PSE post-Diamniadio avec des listes municipales sans l’esprit ni les enjeux du PSE et de l’Acte III, qu’est-ce à dire sinon l’isolement politique du Président et du Projet Sénégal PSE par les appétits et les ambitions des classes politiques et des privilégiés qui prennent en otage les citoyens et l’opinion avec leurs agendas de Contre-réforme ? Tel ne serait-il pas la première défaite de la Seconde Alternance et du Président que cette Municipale sans l’accent et le curseur sur le PSE ? A l’inverse quel crédit pourrait être accordé à une Mouvance présidentielle qui choisirait d’elle-même d’exclure le PSE, et la mise en œuvre de ce dernier des Municipales, sous prétexte que les ambitions de chaque groupe de pression prime sur la stratégie globale mise en œuvre par le Président Macky Sall et son Equipe ? Et qui plus est, jusqu’où les partisans du PSE dans les Municipalités ont-ils la possibilité sans se dédire et se faire sanctionner par les électeurs, de se tirer une balle dans le pied, en déclarant le PSE et l’Acte III accessoires et non plus essentiels, à la Révolution citoyenne qui a commencé le 25 mars 2012, ainsi qu’à la Révolution communale qui se profile après le 29 juin prochain ?
En un mot, ce n’est pas au Président seul et à son Gouvernement de porter à bout de bras le PSE et sa mise en œuvre, mais à la citoyenneté active et globale, y compris les partis et les syndicats, les mouvements sociaux et civils de prendre leur part de responsabilité dans la transformation positive du pays. Mais, à l’inverse, comment tous ces groupements et ces segments pourraient-ils seulement acquitter leurs devoirs vis-à-vis d’eux-mêmes et à l’égard des collectivités locales, en l’absence d’une véritable Ethique du PSE ? Là est en effet la question, et nulle part ailleurs. De fait, quelle que soit la manière dont on retourne le problème, il y a un retard des pratiques, des comportements et des mentalités, à commencer par la mouvance dite présidentielle, par rapport aux ruptures inscrites dans et pratiquées par le PSE. Comment résoudre ce gag ! Ou …. ce gap ?
Conclusion : L’éthique du PSE articulé à l’Acte III de la Décentralisation dans les Municipales de Juin 2014, se confond à la construction la cohésion la plus élémentaire entre les listes autorisées de la Mouvance et les autres qui attendent de s’adjoindre ou de se fédérer, sans aucunement gêner la compétition légitime entre les prétendants déclarés. C’est là qu’est l’urgence et que la lucidité est de rigueur. Auquel cas, des désistements pourraient même avoir lieu - de manière volontaire et négociée, afin de donner le maximum de chances aux listes les mieux placées pour empêcher les adversaires du Second Mandat de parvenir à leurs fins : Gagner les Municipales pour mettre un terme à la dynamique victorieuse de la Seconde alternance sur tous les registres dont le Pôle de Diamniadio donne la mesure, sans parler de la lutte contre l’Impunité des hommes politiques de haut vol et des dames patronnesses, des cols blancs ou des marchands de drogue ou des maîtres chanteurs des médias et de la presse, de l’Islamo-business, des syndicats alimentaires, des récidivistes etc., bref de toute la Contre-réforme compacte et massive que le pseudo-retour de l’ex-Président Wade a eu l’effet de ranimer, et de lui promettre un retour rapide au pouvoir, y compris en marchant sur des cadavres ! Au demeurant,
… Une telle pédagogie d’information, d’éducation et de communication semble bien plus appropriée que des ukases ou des ultimatums à se retirer mécaniquement sous peine de rétorsion ou de damnation, de merr, boykot, ñangal ou de xolóo !
En un mot, le respect des engagements à l’égard des bailleurs et de nous –même implique d’appliquer la révolution des mentalités et des comportements au domaine électoral, à commencer par les Municipales.
Le PSE implique une éthique comportementale continue et n’admet pas de rupture ni de pause de nature électorale ou municipale
En d’autres termes, mettre entre parenthèses le PSE et l’Ethique comportementale qui lui correspond durant les Municipales reviendrait, dans les faits, à déclarer une vacance programmatique similaire à une suspension de l’application du PSE et de l’esprit du PSE pendant près de 3 mois !

Conclusion

En disant : « Tout Sauf Macky », quitte à s'allier avec le diable ! Wade a jaugé en stratège la désunion et la cacophonie du camp présidentiel et jugé ce dernier prenable du fait de ses divisions et de sa dispersion morale et politique, avec ses dix-mille listes ! Là est la faiblesse à corriger, et vite, en termes d’action, d’organisation, de programme, de formation et d’éthique. Et, comment donc, nous dira-t-on ? Quid des difficultés, des résistances, des couacs et des impairs ? Des contradictions internes et des crocs-en-jambes entre supposés alliés ? Etc. Qui n’en a pas vu d’autres à la veille du premier tour de la présidentielle de 2012 ? Il n’est pas anormal ni aberrant que la machine grince forcément quelque part de devoir se parler alors que nos propres partisans et alliés présentent des listes opposées en vue de la quête du pouvoir municipal, plaçant ainsi leurs ambitions de conquête municipale (légitime) bien au-dessus du PSE et du 2ème mandat de Macky Sall. « Mbëggé du mat ngor mat », se dit-on, mais combien d’accidentés et de naufragés des Municipales ramasserons-nous au soir du 29 juin 2014, avec cette absurdité et cette cécité inqualifiables de miser sur la conquête des communes en sectionnant volontairement et aveuglément le lien vital entre la Seconde alternance, la SNDS, la Déclaration de PO GE de Mimi Touré, le PSE, l’Acte III et le second Mandat du Président Macky Sall en 2017 !!!
Aussi notre stratégie de cohésion des listes PSE articulé à l’Acte III de la décentralisation, est-elle, de toute autorité, la ressource non exploitée, sinon la botte secrète qui fera s’écrouler les rêveries à haute voix de la Contre-réforme et des amateurs de deniers publics et/ou de caisses noires, dont le peuple aura fait l’expérience amère, sanctionnée comme telle. Une telle dynamique peut permettre de configurer, de manière politique et programmatique, et non plus sentimentale et émotive, la base citoyenne dont bénéficie d’ores et déjà le PSE dans le pays, base qui dépasse de très loin les alliances politiques et organisationnelles recensées jusqu’ici, au profit d’un Front d’Unité Citoyenne et Patriotique pour le PSE articulé à l’Acte III de la décentralisation…
Ce qui donc manque à la Seconde Alternance c’est, outre la poursuite de la Recomposition entamée par la déclaration historique du Président Niasse de ne pas se présenter en 2017 au profit de Macky Sall, une âme susceptible de leur fournir la cohésion qui lui manque et de fonder une éthique altruiste et vertueuse d’implication, d’engagement et de victoire. Il nous faut une Autorité Morale et Politique Supérieure, c’est-à-dire l’Ethique même du FPE pour le PSE articulé à l’Acte III ! Autrement dit, il s’agit bien gagner les Municipales de Juin 2014 avec la pédagogie de masse et d’unité qui lui correspond, comme propédeutique politique concrète afin d’assurer dès maintenant le 2ème mandat du Président de la Coalition Macky 2012 – 22.



Pr. Malick NDIAYE, Coordonnateur de l’Alliance des Citoyens pour la République - ACR
Président de la Commission Orientation et Stratégies
Coalition Macky 2012-22

Fait à Dakar, le 25 mai 2014









Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image