leral.net | S'informer en temps réel

Différent Amara Traoré - Fsf : Délibéré, le 3 avril

Le verdict de l’affaire opposant Amara Traoré à la Fédération Sénégalaise de football sera connu le 3 avril prochain.Le tribunal départemental de Saint-Louis a décidé de le mettre en délibéré jusqu’à cette date.


Rédigé par leral.net le Mercredi 28 Mars 2012 à 03:45 | | 0 commentaire(s)|

Différent Amara Traoré - Fsf : Délibéré, le 3 avril
(Correspondance) - C’est ce qu’a déclaré, ce mardi, l’avocat du plaignant Me Makhtar Diop, à sa sortie d’audience.L’Etat du Sénégal n’était pas représenté au procès du vendredi dernier. Une situation causée par l’absence de son agent judiciaire. Ce qui a fait qu’il n’a été informé que lundi de la tenue de l’audience, a indiqué Me Betty Ndiaye.‘L’Etat du Sénégal avait également sollicité un renvoi qui n’a pu être accordé’, a déclaré Me Ndiaye, un des conseillers de l’instance en charge de la gestion du football. Bien qu’il n’ait pas comparu, l’Etat du Sénégal a fourni aux juges des référés les justificatifs de payements des sommes dues à Amara Traoré, si on en croit l’avocate.
‘Nous avons demandé l’incompétence des juges des référés en produisant les pièces justificatives que la Fédération sénégalaise de football et l’Etat du Sénégal détiennent par rapport aux règlements des sommes qui sont réglages. Nous estimons qu’il a reçu toutes les sommes qui lui sont dues dans le cadre normal et dans le cadre du contrat qui avait été signé à la fin du mois de décembre’, a soutenu Me Ndiaye.

De son côté, Me Ndiaga Dabo, avocat de la Fsf, justifie la sollicitation d’incompétence du juge par la non-pertinence de l’urgence nécessaire pour un tel jugement. Il a également noté que l’ancien entraîneur national a reçu plus que ce qui lui était dû.

Défendant les intérêts de l’ancien sélectionneur national, Me Makhtar Diop pense que la somme de cinquante millions versée à Amara Traoré par la Fédération ne doit représenter que l’avance sur salaire. ‘Non seulement la loi prévoit que le règlement de salaire doit être prouvé soit par un bulletin de salaire ou par un registre de paiement, mais il y a les circonstances de la cause qui font que cette somme ne peut nullement représenter une avance sur salaire’, a-t-il précisé.

Il dit n’avoir relevé, nulle part dans le contrat qui liait les deux parties, une prédisposition d’un versement de 50 millions qui devront être déduits de 324 millions. ‘Cette somme a été versée le 27 décembre date à laquelle le contrat a été signé. Et nulle part dans le contrat il n’existe une close par laquelle les parties visent la somme de 50 millions. Parce que si c’était une avance de 50 millions sur un salaire global de 324 millions portant sur 36 mois, on aurait dû préciser qu’un acompte de 50 millions a été versé et qu’il ne restait que le reliquat’, a expliqué Me Makhtar Diop.

Aïda Coumba DIOP






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image