leral.net | S'informer en temps réel

Diop Sy à Tahibou Ndiaye, son ami et «frère» talibé Cheikh : «toi, tu te fous de la gueule des gens…»

Cité comme témoin dans l’affaire Tahibou Ndiaye, Diop Sy a comparu ce matin devant la Cour de répression et de l’enrichissement illicite (Crei). De son vrai nom Demba Diop, il est un député et par ailleurs directeur d’entreprise. Il a expliqué à Henri Grégoire Diop avoir connu Tahibou Ndiaye aux Impôts et Domaines, depuis 2004-2005.


Rédigé par leral.net le Jeudi 11 Juin 2015 à 10:28 | | 12 commentaire(s)|

Diop Sy à Tahibou Ndiaye, son ami et «frère» talibé Cheikh : «toi, tu te fous de la gueule des gens…»
Entre eux deux, le courant est passé vite, surtout qu’ils appartenaient à la même confrérie Tidjane. «On discutait, en principe, de la Tariha Tidjane et c’est ce qui a renforcé nos liens», a dit Diop Sy. Qui a fait savoir au Président d’où lui venait ce non de Diop Sy,. «C’est le défunt khalife général des tidianes, Serigne Mansour Sy, qui m’a donné ce nom », se rappelle-t-il.

“J’ai donné des dizaines de terrains à plusieurs personnes dont je ne citerai pas les noms”

Le député à l’hémicycle a également fait part de ses biens, dont les terrains qu’il a détenus de part et d’autre. «J’ai eu à faire des lotissements dont l’un à Batrains. Je ne traitais pas directement avec Tahibou, lorsque je faisais mes lotissements», a-t-il précisé. Egalement, Diop Sy a révélé avoir eu en sa possession plusieurs terrains en baux, qu’il a obtenus en accord avec l’Eat du Sénégal.

«J’ai eu des terrains en bail. Le terrain de Batrains était mon garage pour mes camions. J’ai fait 10 ans là-bas ; et un jour, l’Etat a voulu faire un lotissement dans ce terrain. Ainsi, on m’a confié le travail, et en contrepartie, on m’a donné des terrains. Cette proposition m’a été faite par Vincent Max Bidi. J’ai eu 20 à 25 terrains qui m’ont été cédés».

“J’ai donné gratuitement un terrain d’une valeur de 100 millions F Cfa à l’épouse de Tahibou Ndiaye”

D’un air déconcentré, Diop Sy, qui a fait rire toute la salle d’audience, continue ses explications. «Les Services de l’Etat m’ont demandé de leur donner des noms pour qu’on puisse mettre le terrain à leur nom. J’ai donné des dizaines de terrains à plusieurs personnes dont je ne citerai pas les noms. Pour d’autres, je leur ai vendu. Mais actuellement, je n’ai aucun terrain qui est à mon nom», dit-il.

Parlant encore de ses relations avec le prévenu Tahibou Ndiaye, le témoin a soutenu avoir fait don d’un de ses terrains à l’épouse de l’ancien Directeur général du Cadastre sur demande de celle-ci. «Je n’ai jamais dit que je connaissais la dame Ndèye Aby Ndiongue avant son mariage. Je l’ai trouvée dans le bureau de Tahibou et elle m’a expliqué qu’elle voulait un terrain sur la façade pour faire du commerce. Je lui ai donné gratuitement un terrain d’une valeur de 100 millions F Cfa”.

Poursuivant, le parlementaire renchérit : “j’ai pris sa carte d’identité, séance tenante, et avec l’attestation, j’ai dit à Vincent de mettre le terrain au nom de l’épouse de Tahibou». Et Diop Sy déclare n’avoir même pas reconnu la femme de son «frère» dans la Salle d’audience.

Tout est acquis d’avance avant que le dossier n’arrive à la Ccod…

Pour le député, il est important de dire les choses telles qu’elles se présentent. Et en s’adressant à Henri Grégoire Diop, le témoin de lancer : «c’est parce que vous êtes des fonctionnaires que vous pensez que tout se passe bien. Mais en réalité, tout est acquis d’avance, avant que le dossier n’arrive à la Commission de contrôle des opérations domaniales (Ccod), parce qu’il y a déjà un accord qui a été arrêté. Je peux le répéter devant tous les inspecteurs des Domaines ».

Mieux selon Diop Sy, «on ne doit pas attendre qu’il y ait un procès pour que les gens disent qu’on ne doit pas faire ceci ou cela. Je suis député et je demanderai à ce qu’on applique les règles, j’ai plus d’une fois interpellé les autorités compétentes, mais on ne me prête pas oreille attentive».

Le témoin du jour a également été interrogé sur les conditions d’attribution des terrains du Domaine national. «Quand l’Etat vous trouve sur un terrain que vous occupez, même si vous n’avez pas un titre, il vous dédommage pour que vous le quittiez. Ça se passe comme ça. Parce que j’ai eu à faire des aménagements ; c’est pourquoi l’Etat m’a donné d’autres terrains après négociation». Et pour le terrain en question, Demba Diop souligne, «je l’avais acheté auprès des Lébous ; et même si ce terrain ne m’appartient pas j’ai ce qu’on appelle le droit de possession».

Ces millions ne représentent rien pour moi

Revenant de ses relations avec Tahibou Ndiaye, le député a révélé l’avoir aidé, sans rien attendre de retour. «Il voulait payer le titre foncier de sa maison et je lui ai fait un chèque de 40 millions F Cfa. Il m’a dit qu’il voulait payer la taxe, mais qu’il n’avait pas d’argent. Je lui ai dit Tahibou tu te f… de la gueule des gens si tu n’as pas d’argent, tu demandes ». Une anecdote qui a réveillé toute la salle d’audience, y compris le Président et ses quatre assesseurs. Et le témoin de souligner : «ces millions ne représentent rien pour moi, parce que j’ai eu à donner plus à des personnes ; et par modestie, cela ne m’a rien fait. Je n’ai jamais eu à travailler pour lui».

Ndèye Awa BEYE (Actusen.com)






Hebergeur d'image