leral.net | S'informer en temps réel

Discours du nouvel an : Macky zappe le sport


Rédigé par leral.net le Jeudi 2 Janvier 2014 à 21:34 | | 0 commentaire(s)|

Discours du nouvel an : Macky zappe le sport
«Tout comme la santé et le social, la culture, le sport, l’éducation et la formation restent au cœur de nos préoccupations». Voilà la place du sport dans le discours de nouvel an du président de la République, Macky Sall. Juste le mot et c’est tout !

Le Chef de l’Etat n’a pas jugé nécessaire de dégager une Feuille de route claire pour l’année 2014 sur les différents chantiers sportifs de son gouvernement.

Pourtant, il aurait dû être une priorité parmi tant d’autres. Notamment le social, l’économie et l’énergie.

Surtout quand on jette un coup d’œil sur le rétroviseur, on se rend compte que l’année 2013 n’a pas rose pour le sport sénégalais. Notamment avec la suspension du stade Léopold Sédar Senghor qui a contraint l’équipe nationale de football à l’errance.

Le défi des infrastructures devrait être une préoccupation majeure de l’Etat qui a l’obligation de permettre à chaque Sénégalais où qu’il se trouve de pratiquer la discipline sportive de son choix. Mais, pour l’heure, on se contente de réhabiliter l’existant avec le fameux programme chinois.

Quid de la situation du basketball ? La triche sur l’âge des juniors filles et garçons interpelle l’Etat au plus haut sommet. Le département des Sports a pris des mesures en retirant la délégation du pouvoir à la Fédération, mais, la question de la fiabilité de notre état civil est d’un autre ressort.

Saer Seck confiait à Sud Quotidien que «la fraude sur l’âge est pire que le dopage».

Que dire aussi de la gestion de carrière de nos athlètes et de l’élite ? Sa bonne prise en charge devrait forcément arrêter leur fuite à la recherche des cieux plus cléments.

Seulement, il est difficile de rêver. D’ailleurs, le fait que le département des sports du Sénégal soit moins loti financièrement que la Fédération nigériane de football, à en croire à Papa Massata Diack, est plus révélateur de l’absence de vision des gouvernants, qui n’ont octroyé que 900 millions pour les compétitions internationales alors que le besoin des Fédérations sportives était estimé à 4,500 milliards F Cfa.

Macky Sall avait promis au mouvement associatif et au Comité national olympique et sportif sénégalais (CNOSS) de faire porter le budget du ministère des Sports à 1 % du budget national. Entre temps, on assiste à un léger progrès de 0,3%. L’objectif sera atteint, nous dit-on, à la fin de son mandat en 2017. Aux sportifs de rester vigilants.



Sudonline






Hebergeur d'image