leral.net | S'informer en temps réel

Discours du politicien Halifa Sallah, Secrétaire Général de PDOIS

LERAL.NET Voici un communiqué de la conférence de presse tenue à Dakar par Halifa Sallah SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE PDOIS de la Gambie.


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Octobre 2012 à 12:46 | | 0 commentaire(s)|

Discours du politicien Halifa Sallah, Secrétaire Général de PDOIS
J’ai tenue cette conférence de presse par hasard. Je suis venu assister à une réunion du comité de sélection, sous les auspices du CODESRIA qui est le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique. J'ai eu un tête-à-tête avec Alioune Tine, le Président de la RHADDO, qui a apprécié mon avis honnête sur la situation en Gambie, en tant que leader politique résidant en Gambie et actif en politique depuis 24 ans et qui en outre m’ont conseillé de tenir une conférence de presse pour aider les gens au Sénégal de bien comprendre la situation politique complexe et les droits de l'homme en Gambie.

Tout d'abord, je voudrais mettre en relief que les peuples africains se sont battus pour l'indépendance afin qu'ils gagnent deux choses, la liberté et la prospérité. Après 17 ans de régime de Yahya Jammeh il n'est ni un secteur viable public ou privé qui est capable de générer de l'emploi pour trois cent mille jeunes qui sortent de notre système scolaire tous les 12 ans. Les plus nombreux employés par secteur sont les enseignants et les infirmières qui sont sous payés et surchargés de travail. Le dalasis continue à glisser en valeur, le coût de la vie continue d'aller en haut et des maladies liées à l'alimentation comme l'hypertension et diabète continuent d'augmenter. La communauté agricole continue de gagner de l'agriculture très peu et beaucoup d'entre eux sont mobilisés pour aller cultiver pour le président. Les entreprises publiques du gouvernement ne paient pas de dividendes. Le gouvernement dépend entièrement de la fiscalité pour gagner la partie significative de son chiffre d'affaires. La taxe est estimée à 4 milliards de dalasis et les recettes non fiscales ne donnent que 571 millions dalasis. Même les gens qui gagnent 650 dalasis par mois sont censés payer la taxe. C'est moins de 1 dollar par jour.

D'où la fiscalité est la cause fondamentale de l’appauvrissement de la population et l'effondrement des petites entreprises. Au lieu de promouvoir la prospérité le gouvernement ne fait qu’aggraver la pauvreté. Puisque l'impôt sur le revenu n'est pas suffisant pour satisfaire les budgets gouvernementaux, le gouvernement s'appuie sur des prêts et des subventions pour construire des infrastructures qui conduit à un lourd endettement et le recours à l'aggravation de la dette. Inutile de dire que de tels prêts, subventions et allègements de dette ne pouvaient être soutenus que dans le respect des droits de l'homme, la démocratie et la bonne gouvernance, des concepts que Président Jammeh prend un empannage à chaque fois que l'occasion lui est offert comme si la Gambie n'appartient pas à la CEDEAO , L'UNION AFRICAINE LE COMMONWEALTH ET L'ONU dont les protocoles plaidant préconisent de telles valeurs. La dette du pays est plus de 16 milliards de dalasis.

PDOIS est convaincu que le gouvernement du Président Jammeh n'a pas la capacité de remédier au déficit de la prospérité dans le pays.

C'est pourquoi nous offrons des alternatives. Aujourd'hui, le gouvernement prétend que le secteur privé le moteur de croissance. Cependant il y a peu de gambiens qui se disent riches et qui osent se lever pour être comptés millionnaires. Les gambiens à l'étranger contribuent approximativement 1,7 milliards de dalasis par an comme remise. Un gouvernement PDOIS mettrait en place un Bureau de placement pour les gambiens dans la diaspora afin qu'ils soient bien guidés sur la façon d'investir leurs revenue pour créer des entreprises en collaboration si besoin est et renforcer la possibilité de construire de maisons en Gambie.

Nous avons dit que le gouvernement ne pouvait compter sur la fiscalité pour couvrir les dépenses récurrentes et construire des infrastructures. Aujourd'hui, les pays arabes dépendent de la richesse nationale souveraine pour répondre aux besoins de la population et non la taxation.

Quelque chose est exploitée a Sanyang. Nous avons essayé de trouver sans aucune réponse officielle jusqu'à aujourd'hui. Un gouvernement PDOIS s'appuierait sur ces minéraux pour augmenter la richesse nationale souveraine afin d’augmenter les investissements du secteur public sur l'infrastructure sans pour autant augmenter la charge fiscale des personnes. Nous gérerions également les entreprises publiques afin qu'ils donnent des dividendes pour renforcer les recettes non fiscales.

Permettez-moi maintenant de traiter la question de la liberté. Chaque mois, le journal Foroyaa qui a été fondée par nous publie la liste de tous les détenus sans procès en vertu de la légende détenus sans jugement ou ont disparu sans laisser de traces. La plupart des gens qui prétendent que l'opposition est morte en Gambie se référent à ce journal pour des informations valables. Il n'y a pas une seule personne qui est absente ou en détention sans jugement qui ne soit pas publié par nos soins. Tout nom qui ne soit pas publie est due au fait que la famille a refusé de coopérer et il n’est pas rare pour les familles de chasser nos journalistes, les accusant de se mêler de leurs affaires. C'est pourquoi nous fonctionnons non seulement comme un parti politique mais aussi comme les défenseurs des droits de l'homme les plus efficaces en Gambie.

Prenez l'incident du 10 Avril 11 au cours de laquelle les enfants ont été abattus par de balles. Sidia et moi étions dans la rue. J'ai contacté les responsables à les mettre en garde sur la gravité de la situation et j'ai écrit une série de lettres et de rapports qui ont donné les détails de témoins oculaires de ce qui s'est passé, qui font maintenant partie de la Commission d'enquête sur l'incident. Prenez le scénario de la sorcellerie ou les pères et les mères des gens, les maris et les épouses, fils et filles qui étaient gardes dans des endroits isolés et en captivité et on les faisait boire des mixtures hallucinogènes. Qui se tenait à l'arrêter quelque soit le danger ou le coût ? Nous n'avons pas seulement critique les violations des droits de l'homme mais nous nous sommes aussi engagés dans la désobéissance civile pour arrêter la pratique néfaste.

Il ya donc déficit en liberté en Gambie. De Maisons de presse ont été fermées et les diverses opérations lancées qui créent un climat de peur. Ce qui est important à noter est que nous sommes opposes activement à toutes ces choses sur le terrain, ce qui mérite d'être reconnu.



La question brûlante pour la plupart d'entre vous est de savoir quelle est la voie à suivre pour la Gambie?

La politique, c'est le pouvoir des idées et de la puissance des masses. La science politique enseigne que le changement pourrait venir par le scrutin, la balle ou la foule. Dans les trois cas, les masses sont le facteur déterminant.

Nous avons dit très clairement que s'engager dans une action militaire sans le soutien des masses finiraient par transformer ses initiateurs en rebelles sans pouvoir. Comme dans tous les mouvements rebelles, lutter pour le pouvoir se fait à travers le canon du parti et le plus ils accèdent au pouvoir la plus forte contestation il y aurait en matière de leadership

Il va sans dire que d'appeler au soulèvement de masse sans le soutien de la population est de placer soi-même dans les mains de l'adversaire comme un évaluateur captif d'un courtier en alimentation.

Maintenant, on peut se demander: Est-ce que le scrutin peut apporter un changement en Gambie?

PDOIS est convaincu que le parti du président Jammeh ne bénéficie pas du soutien populaire. Six partis de l'opposition ont décidé de contester la Commission électorale indépendante de réformer le système électoral afin que les soldats, les policiers, les fonctionnaires civils des chefs traditionnels et les ressources gouvernementales ne seraient pas utilisés pour donner l'avantage de la titularisation du parti au pouvoir avant que nous puissions participer à l’élection à l'Assemblée. Ils ont refusé de réformer et nous avons été exclus.

Les résultats sont très révélateurs.

Ma réponse est simple. La politique, c'est la force des idées et la force du peuple. La démocratie, c'est le pouvoir des idées et la puissance d'un peuple organisé. Les idées permettent aux gens de posséder leur esprit et devenir des décideurs indépendants. Organisation de la majorité absolue de la population à l'appui d'une personne, parti ou faciliter le choix est nécessaire pour eux de faire pencher la balance du pouvoir. L'opposition en Gambie doit être capable de mobiliser la grande majorité des gens sur le côté pour effectuer le changement qui est nécessaire. Sur une liste électorale de 796.992 électeurs inscrits et 48 Circonscriptions seulement 23 circonscriptions ont été contestés. Sur les 308.489 électeurs inscrits dans ces 23 circonscriptions seulement 154920 ont vote. Il y avait beaucoup de candidats indépendants, en l'absence de l'opposition à une exception près, le PNR, celui de Hamat Bah.

Le parti de Jammeh a obtenu 80289 voix, tandis que les candidats indépendants ont obtenu 60055 voix. Si l’on ajoute à cela les 14606 voix du PNR, ceux qui s'opposent à Jammeh seraient moins par une marge de 5628 voix.

Nous sommes donc convaincus que si l'opposition adopte la bonne stratégie, elle pourrait évincer Jammeh par les urnes comme cela s'est produit au Sénégal.

Cela nous amène à la question de la stratégie de l'opposition.

J'étais le chef de l'opposition à l'Assemblée nationale de 2002 à 2007. Quand nous avons réalisé que la Gambie est plus importante que nos parties, nous sommes sacrifiés pour former une alliance appelée NADD. Comme il n'y a pas de second tour de scrutin nous avons convenu sur une primaire qui aura lieu si nous ne pouvions pas obtenir l'unanimité dans le choix d'un candidat. Le candidat n'aurait servi qu'un seul mandat et n'aurait pas a poser sa candidature a nouveau, mais aurait aidé à construire une démocratie véritable. L'Alliance a rompu à l'heure 11 ème. En 20011 nous gagnons a appelé à une primaire pour choisir un candidat de l'opposition comme cela s'est produit dans Venezuela récemment, mais ca ne s’est pas realise également.

Maintenant, nous avons l'intention de transformer les cartes de Jammeh et avons appelé monde pour nous appuyer pour que le second tour de scrutin soit restore et la remise à la réforme électorale soit en place. C'est notre campagne. Nous voulons que tous les partis politiques du pays précisent leurs plateformes de campagne maintenant pour une restauration du second tour de scrutin et renforcer leurs bases de racines d'herbe de sorte que si nous avons le deuxième tour, nous empêcherons Jammeh d’avoir 50 pour cent des voix ainsi permettre à toutes les parties de s'unir et de le vaincre au second tour, même s'il réussit à passer le premier tour.

Sur Relation avec le Sénégal

PDOIS voit le Sénégal et la Gambie comme un seul peuple vivant dans deux Etats Cependant nous sommes pan africanistes. Nkrumah avait identifié la nécessité pour l'Afrique de passer par les étapes de développement d'arbres avant que nous puissions réaliser l'émancipation économique. Premièrement, il doit produire des matières premières, et deuxièmement elle doit être en mesure de les traiter et, troisièmement, elle doit être en mesure de construire des machines pour effectuer le traitement. Ce n'est pas concevable sans l'intégration du continent. Nous sommes convaincus que le Sénégal et la Gambie pourraient avoir une relation modèle si PDOIS était à la barre.

Harmonisation des régimes aurait pu conduire à une stratégie commune dans la construction de routes. Par exemple tandis que la Gambie construit la route de Barra à Hamdallaye, le Sénégal construira la route de Dakar à Karang tout en même temps. La même pourrait aller pour toutes les routes dans la région de Sénégambie.

Prenez la question de pont à Yelitenda. La Gambie n'a pas élaboré une vision sur le pont. PDOIS a une vision que nous pouvons proposer au gouvernement du Sénégal. La navigabilité du fleuve Gambie est ce qui nous a amené à devenir une colonie britannique. Apres l’indépendance la Gambie ne pouvait pas faire usage de la rivière qui pourrait être la meilleure voie pour le transport de matériaux lourds jusqu'à pays et de réduire la destruction des routes. Nous avons l'intention de construire des ponts dans toutes les grandes villes près de la rivière afin de faciliter le transport fluvial et le commerce. Nous aurions négocié pour avoir un pont qui ne serait pas un obstacle au transport fluvial ou de transformer le projet en un projet de pont et des ports pour que les navires pourraient aller jusqu'au port de la fermeture en charge des marchandises destinées à l'autre côté de la Gambie Sénégal Mali et au-delà.

Prenez le commerce informel qui se déroule entre les agriculteurs et les commerçants gambiens et sénégalais et les commerçants dans les marchés hebdomadaires. Quelques fois ils échangent des informations sur de prix d'arachides et de s'entraider à vendre, il est plus lucratif. Nous allons mettre en place une Académie des sciences sociales et naturelles qui mènent des études pour montrer comment ces activités économiques pourraient être améliorées pour le bénéfice des deux peuples. Prendre la Confédération de la Sénégambie, nous avons dit aux deux gouvernements qu'ils perdaient les ressources des deux peuples. Le Sénégal contribuait 56 millions de dalasis et la Gambie 26 millions. La somme versée annuellement était de 72 millions. Tout était dépensé pour maintenir une armée confédérale, la gendarmerie, les ministres et les parlements. Aucun projet pour le peuple. La somme aurait pu être investi dans l'énergie solaire, du biogaz ou autres énergies renouvelables et d’autres sources d'énergie pour les zones rurales. Prenez la frontière Casamance, il est maintenant une zone de conflit. Si PDOIS était au pouvoir nous en transformerions en une zone de commerce et de développement. La Gambie a le port. Les rebelles pourraient être transformés en entrepreneurs qui établissent de sociétés par actions pour exploiter le bois et les traiter et utiliser les ports Gambie pour les transporter de manière légitime. Oui, nous avons des idées. Nous avons besoin de la puissance du peuple pour sauvegarder et tout ira bien avec la Sénégambie.

Enfin, vous ne me pardonnerez si je n'arrive pas à faire face à la peine de mort. Bien avant les exécutions, nous avons bien fait appel à plusieurs reprises à la clémence pour un condamné à mort qui était là depuis 1986 et avait sa peine commuée à la vie avant la peine de mort a été abolie en 1993 et aurait pu s'échapper pendant le coup d'Etat de 1994.

J'ai écrit une lettre à M. Jammeh avant que l'exécution ait eu lieu. J'ai dit très clairement que l'article 18 de la Constitution ne permet pas le Président d'exécuter la peine de mort. L'objectif de l'article 18 est de protéger le droit à la vie dans le chapitre traitant des droits fondamentaux et de libertés. La question de la peine de mort est venue par voie de décision, sauf que si une personne est exécutée à la suite de l'ordre d'une ordonnance de la cour, on ne pouvait pas considérer le droit à la vie de cette personne ont été violés.

La constitution est allée plus loin en affirmant que, dans les dix ans suivant l'entrée en vigueur de la constitution de l'Assemblée nationale devrait examiner l'opportunité de l'abolition de la peine de mort. La Constitution est entrée en vigueur en 1997. D'où l'examen devait avoir lieu avant la fin de l'année 2007.

Comme il n'avait pas eu lieu, il faut dire qu'ils n'ont pas montré le moindre respect pour la Constitution. C'est pourquoi nous avons maintenu que, puisque l'article 18 est une clause enracinée qui ne peut être changé sans référendum Jammeh aurait dû imposer un moratoire sur la peine de mort et appeler un référendum.

En outre, même si le tribunal condamne une personne à mort la peine n'est pas exécutée automatiquement. Le président et le ministre de la Justice doivent recevoir l'ordre de la cour et des recommandations. Le Président est donnée l'une des cinq options par le code de procédure pénale. Il pourrait commuer la peine de mort à la vie, réduire à une peine plus courte, pardonner le prisonnier conditionnelle, le détenu pardonne inconditionnellement ou signer l'arrêt de mort.

Si le président signe, l'arrêt de mort doit indiquer le moment où la personne sera tué et ou la personne doit être enterré. L'exécution est censée être exempt de signification abus que les rites religieux des détenus doivent être respectés et son droit de faire un testament pour le respect des membres de la famille doit aussi être respecté. Il est regrettable que les membres de la famille aient été interrogés par nous et qu'ils ne constatent pas la mort de leurs proches. Ils demandent au gouvernement d'être transparent pour eux. Nous appelons également de permettre la croix rouge ou d'autres organismes pour voir tous les autres prisonniers condamnés à mort pour dissiper tout soupçon et la crainte. C'est ainsi que ce qu'elles sont.



Fait à Dakar le 12 octobre 2012

Halifa Sallah
SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE PDOIS de la Gambie






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image