leral.net | S'informer en temps réel

Divergence sur le référendum : Le parti va arbitrer le duel Khalifa-Tanor

Le bureau politique du Ps se réunit ce week-end pour donner la position du parti sur les réformes constitutionnelles et le référendum. Cette instance va, ainsi, départager les deux hommes forts du parti, rapporte Walf Quotidien.


Rédigé par leral.net le Jeudi 3 Mars 2016 à 14:33 | | 13 commentaire(s)|

Le bureau politique du Ps, qui se réunit après-demain, samedi, va trancher le débat sur le soutien ou non du parti aux réformes constitutionnelles proposées par le président de la République. Selon une source socialiste, le bureau politique, l’instance dirigeante du parti, va se réunir pour « examiner point par point » les quinze réformes avant de donner son avis. « Il va, en quelque sorte, départager le secrétaire général et le secrétaire national à la vie politique du parti sur la question du référendum », poursuit notre interlocuteur. C’est dire donc que tous les regards seront tournés à Colobane, à la Maison du Parti socialiste. C’est là que se joueront l’avenir et l’unité du parti. Car, quelle que soit la décision prise par le bureau politique, le parti sortira encore plus divisé.

Ousmane Tanor Dieng, le secrétaire général du parti, a pris faits et causes pour le chef de l’Etat et appelle les socialistes à voter « Oui » au référendum du 20 mars prochain. « Le Conseil constitutionnel est le plus apte à dire si la volonté du Président se conforme à la Constitution. C’est la raison pour laquelle je suis en phase avec sa décision », a dit Ousmane Tanor Dieng. « J’estime que le Président a adopté une bonne démarche et j’estime également qu’il a bien fait de passer par la voie qu’il a choisie en assistant le Conseil constitutionnel », a-t-il ajouté. Une prise de position « personnelle » qui n’engage pas le parti, précise-t-on du côté socialiste même si Abdoulaye Wilane, lui aussi, soutient le Président Sall.

D’ailleurs, le maire socialiste de Podor, Aïssata Tall Sall, qui n’a jamais fait mystère de ses ambitions présidentielles et le maire de Dakar, Khalifa Sall, très probable candidat du parti à la prochaine élection présidentielle, avaient désavoué leur secrétaire général et condamné le revirement du Président Macky Sall.








Hebergeur d'image