Leral.net | S'informer en temps réel

Dix-neuf interpellations dans les milieux islamistes en France

le 30 Mars 2012 à 10:51 | Lu 735 fois

Dans le cadre d'une enquête visant à démanteler des filières d'islamistes radicaux, 19 personnes ont été arrêtées ce vendredi dans plusieurs villes françaises, notamment à Toulouse et à Nantes. Des interpellations sans lien direct avec Merah.


Dix-neuf interpellations dans les milieux islamistes en France
AFP - La police a saisi des armes et interpellé 19 personnes vendredi à l'aube dans les milieux islamistes radicaux en France, plus d'une semaine après la mort de Mohamed Merah, le tueur au scooter, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.

Parmi les interpellés figure Mohammed Achamlane, leader de Forsane Alizza ("Les Cavaliers de la Fierté"), un groupe salafiste radical dissous en février par le ministre de l'Intérieur Claude Guéant qui l'accusait de préparer à la lutte armée.

Sur Europe 1, Nicolas Sarkozy a expliqué que ce coup de filet n'était pas lié "simplement à Toulouse" et était "en lien avec une forme d'islamisme radical".

Ce type d'opérations "va continuer", a-t-il prévenu au lendemain de l'inhumation de Merah, le "tueur au scooter", qui a assassiné de sang-froid, au nom d'Al-Qaïda, trois parachutistes puis trois enfants et un père juifs, les 11, 15 et 19 mars à Toulouse et Montauban.

Réalisé dans le quartier toulousain du Mirail, dans l'agglomération de Nantes, mais aussi en Ile-de-France, à Marseille, à Lyon, ou à Nice, ce coup de filet n'est "pas directement lié" à l'enquête sur les crimes de Merah, a toutefois confirmé une source policière.

Des armes ont été saisies, notamment des kalachnikov. C'est le cas au domicile d'Achamlane où les enquêteurs ont retrouvé trois de ces fusils automatiques ainsi qu'un pistolet Glock et une grenade, a précisé une source policière tandis que les perquisitions se poursuivaient en début de matinée.

Cette opération a été menée par les enquêteurs de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et de la section antiterroriste (SAT) de la police judiciaire parisienne avec, pour certaines cibles, l'appui de l'unité d'élite de la police nationale, le Raid.

Les forces de l'ordre ont agi sur commission rogatoire de la juge antiterroriste parisienne Nathalie Poux dans le cadre d'une information judiciaire pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme, selon une source proche de l'enquête.

Quand il l'avait dissous, Claude Guéant avait accusé Forsane Alizza de vouloir former ses sympathisants à la lutte armée, de porter "atteinte aux principes républicains" et de vouloir "le règne de l'islam" en France.

Son leader Mohammed Achamlane avait démenti toute dimension violente de son mouvement mais sur son site, depuis fermé, le groupuscule affirmait : "Notre organisation prend de l'ampleur et nous avons besoin de main-d'oeuvre fissabililah (ndlr: "sur le chemin d'Allah"). Nous recherchons toutes sortes de compétences mais surtout des soldats!".

Interrogé par l'AFP au moment de la dissolution de son groupe, Mohammed Achamlane, qui se fait appeler Abou Hamza par ses sympathisants, avait alors prévenu qu'il n'excluait pas la lutte armée à l'avenir: "C'est possible, si l'islamophobie s'intensifie de jour en jour."

Ces interpellations interviennent au lendemain de l'inhumation de Merah au cimetière de Cornebarrieu, en banlieue toulousaine, en présence d'une trentaine de jeunes de son quartier et en l'absence de membres de la famille du tueur au scooter.

Selon Abdallah Zekri, conseiller du recteur de la Grande mosquée de Paris, qui organisait les obsèques, parmi les jeunes participant à la cérémonie, "il y en avait quelques-uns de corrects, d'autres, quatre ou cinq, qui voulaient crier +Allah Akbar+, des salafistes".

Merah avait été tué le 22 mars au terme de 32 heures de siège par le Raid de l'appartement toulousain où il s'était retranché.

Son frère aîné, Abdelkader Merah, 29 ans, figure connue à Toulouse de l'islamisme salafiste radical, a été mis en examen et écroué, soupçonné de complicité dans ces assassinats.

Sans qu'il soit mis en examen, son nom était apparu dans l'enquête qui avait conduit au démantèlement en 2007 d'une filière d'acheminement de jihadistes en Irak.

France24