leral.net | S'informer en temps réel

Djibo Ka, l’homme à abattre


Rédigé par leral.net le Lundi 31 Août 2015 à 09:09 | | 3 commentaire(s)|

Djibo Ka, l’homme à abattre
Il est vrai que Djibo Ka m’a appris que la vie dans la communauté humaine est faite de complexité, « où se côtoient quotidiennement jalousie et admiration, envie et sympathie, sans que d’ailleurs personne n’arrive, par une démarche intellectuelle rationnelle, à en comprendre les fondements et la finalité ». Mais, je ne peux m’empêcher de poser la question suivante: Pourquoi tant de haine et de méchanceté contre un homme qui a tout donné à son pays, dont le patriotisme, la loyauté et la compétence sont reconnus par tous, y compris par ses propres ennemis ?

Il est vrai aussi qu'il m'arrive très rarement de crier avec les loups ou de rentrer dans des débats de caniveaux car on m'a appris à être élégant dans le maniement du verbe, mesuré dans le jugement et à relativiser toute chose. Cependant il est parfois important et même nécessaire de remettre les uns et les autres à leur place, dans la poubelle de l'histoire dont ils n'auraient jamais dû quitter.

Depuis plus trois semaines, des propos particulièrement violents sont portés à l'endroit de Djibo Ka. Je suis profondément consterné quand je lis ou entends des choses contre mon Camarade et Secrétaire Général de mon Parti dont je sais qu’elles sont profondément fausses et je suis en même temps rassuré. Faisant un rapide survol des profils des hommes qui s'attaquent à DLK, je retiens essentiellement que nous avons des pédophiles, des transhumants, des populistes et des pseudo- analystes politiques. Tous ont en commun une haine viscérale contre un homme dont ils sont en réalité des admirateurs secrets. En vérité, ils masquent mal leurs jalousies, leurs propres échecs. Qui parmi ces
moins que rien cracheraient sur le cursus ou la carrière politique de Djibo Ka?

J'ai lu M. Pape Samba Mboup tenir des propos malheureux contre Djibo Ka. Je ne suis point surpris car ces propos viennent d'un pédophile notoire, exclu de la fonction publique pour la même raison, un homme porté à la bouteille, un simulateur de morsure de chien à 3 heures du matin en vue de vérifier si sa victime est mourante ou vivante. Je n'ai pas de mots pour qualifier la perversité de l'homme, dans un pays normal, il raserait les murs.

M. Babacar Gaye s'est engagé dans le dénigrement contre Djibo Ka. Faut-il rappeler que l'homme a la transhumance dans le sang et le reniement à ses convictions comme nourriture qu'il apprécie en termes de survie ? L'homme a milité au Rassemblement National Démocratique de Cheikh Anta Diop, puis à la Ligue Démocratique, ensuite au Parti Démocratique Sénégalais qu'il quitta pour rejoindre le Parti Libéral Sénégalais qui soutenait le candidat Abdou Diouf en 2000 et il lâcha Ousmane Ngom pour retourner au PDS, C'est cet homme d'une crédibilité douteuse qui nous qualifie de transhumants. Faut-il en rire ou en pleurer?

J'ai suivi avec beaucoup d'amusement d'ailleurs les réactions-hésitations de Mamadou Diop Decroix et Cheikh Bamba Dièye car faites avec des insinuations nauséabondes qu'ils n'ont pas osées clarifier malgré l'insistance des journalistes. Dois-je préciser que l'un est usurpateur de Parti grâce aux millions reçus, convoyeur de fonds, un vulgaire corrompu et l'autre fait « du biologisme politique » en s’enchaînant sur un simulacre de Congrès pour une pathétique légitimité. Ces deux personnalités constituent un vecteur populiste dont la direction est le mensonge et la manipulation.

Sans doute pour pourvoir exister et se rappeler au beau souvenir du Président Macky Sall, Mr Jean Paul Diaz s'attaque à Djibo Ka. Ce géniteur de meurtrier, tailleur de poste pour lui-même, de salaire pour lui-même sur le dos de pauvres retraités, doit se taire à jamais car il est d'un égoïsme caractérisé. Géniteur de meurtrier, je crois savoir que les lecteurs savent à quoi je fais allusion, tailleur de poste renvoie à l' émission Farram Facce de Pape Ngagne Ndiaye dans laquelle il suggère honteusement un « Poste honorifique » qu'il veut occuper après avoir vu les postes du Président de l’Assemblée et de Président du Conseil Economique et Social et Environnement lui filer sous les yeux, tailleur de salaire rappelle son passage éphémère à la Direction de l’IPRES (Institution de Prévoyance Retraite du Sénégal). Son intention de pilier l’Institution était manifeste, tenez-vous bien, l’homme s’est permis de prendre une avance sur salaire de 1 million, le premier jour même de sa prise de fonction et de surcroit à la caisse en « billetage ».

Ces hommes sont disqualifiés pour porter des critiques contre le Secrétaire Général de l'URD. Mais les plus pathétiques restent nos pseudo-analystes politiques, ils sont d'une simplicité déconcertante. Ces pigistes d'une qualité hypothétique sont des spécialistes du placage. Le placage est cette volonté qui se résume à superposer des situations et des contextes totalement différents pour en tirer une analyse. Il est malheureux de constater la volonté manifeste de confondre une alliance politique entre deux Partis politiques, une dissolution d'un Parti dans un autre Parti et la défection d'un membre d'un Parti X vers un Parti Y. Oui, si on a le désir de camoufler la réalité, de faire du mal, on peut se permettre de verser dans la simplicité. J'invite nos pseudo-analystes à renouer avec la complexité car celle-ci nous permet de ne pas nager à la surface des choses mais de plonger dans le cœur des questions posées.

Tous ces hommes qui sont sclérosés dans la pensée et désuètes dans les actions ne cherchent qu'à porter un coup contre l’honorabilité de l'homme Djibo Ka. Une honorabilité que ni les épreuves, ni le temps n'ont remis en cause. Et bien ! "Mentez, Mentez mais il en restera toujours quelque chose."

Hady Wane
Ancien Secrétaire Général du Mouvement des Elèves et Etudiants du Renouveau.







Hebergeur d'image



Hebergeur d'image