leral.net | S'informer en temps réel

Dossier – Maraboutage et sorcellerie au Sénégal- Mythe ou réalité ? Les terribles révélations de Bill Diakhou


Rédigé par leral.net le Lundi 9 Mars 2015 à 15:09 | | 0 commentaire(s)|

Dossier – Maraboutage et sorcellerie au Sénégal- Mythe ou réalité ? Les terribles révélations de Bill Diakhou

BILL DIAKHOU

iGFM –  Enquête igfm (Dakar) La dernière sortie de l’ancien président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, qualifiant le Président Macky Sall  d’adepte de « sorcellerie » continue d’alimenter les débats au Sénégal.
Un prétexte choisi par la rédaction de Gfm.sn pour poser le débat sur la question et essayer de comprendre quelle est la place qu’occupent ces pratiques (mystique et sorcellerie) dans la société sénégalaise.
Dans ce premier jet du dossier consacré à ces phénomènes, Gfm.sn vous propose la réaction de certains hommes du showbiz sénégalais sur le mystique et la sorcellerie dans leur milieu. Tout en vous proposant le regard du sociologique concernant ces phénomènes.
Si certains ne croient pas au maraboutage dans le milieu de la musique, d’autres, à l’image du rappeur Bill Diakhou, croit fermement à cette pratique. Mieux, il a révélé à Gfm.sn, qu’il a été même victime de maraboutage.
BILL DIAKHOU
Bill Diakhou : « J’ai été victime de maraboutage »
« En tant qu’Africain, je crois au maraboutage parce que j’ai une fois été victime de maraboutage. C’est d’ailleurs quelque chose qui m’a marqué. Et depuis lors, je me suis éloigné un peu du monde du showbiz parce que j’ai eu peur », a expliqué Bill Diakhou.
Le rappeur d’apprendre même qu’il lui est arrivé dans sa carrière un moment où il ne pouvait plus monter sur scène. « Il était difficile pour moi de tenir le micro une fois sur scène. C’est pour cela que je rejetais les invitations des uns et des autres », a-t-il révélé.
Au téléphone d’Igfm, l’homme dit avoir des pressentiments. « J’ai des pressentiments, c’est ce qui m’a beaucoup aidé à surmonter cette épreuve. A chaque fois, je sentais ou voyais les choses venir, je prenais les devants », a-t-il soutenu.
Revenant sur ce qu’il appelle période inoubliable de sa carrière, Bill Diakhou accuse des artistes qui ne voudraient en aucun cas entendre parler de lui. « Je gênais certains pour qui, je suis un frein à leur carrière. Mais je comprends, c’est ça aussi le Sénégalais. Mais en toute franchise, cela a chamboulé ma vie. J’étais découragé à un moment donné. C’est pour ça que j’ai changé de style musical », a-t-il renchéri.
A l’en croire, « seules les personnes qui ne croient pas en Dieu s’adonnent au maraboutage. Certains le font parce qu’ils ne veulent pas que les autres avancent.
Ils veulent chanter, mais ils n’ont ni la voix ni le don. C’est pour cela qu’ils sont jaloux.
Ils vont dans les villages les plus reculés pour détruire la vie des uns et des autres ».
                         Abou Thioubalo : « Je ne crois pas au maraboutage»
marabout
Pour sa part, le chanteur Abou Thioubalo, qui a connu un début de carrière prometteur, avant de chuter de manière vertigineuse, dit ne pas croire au maraboutage. Même dans les salons feutrés du monde du showbiz sénégalais, il nous revient que la chute vertigineuse d’Abou Thioubalo, est liée à des pratiques mystiques dont il serait victime.  « On ne croit pas au maraboutage sauf si on l’a vécu ou pratiqué. » Telle est la conviction d’Abou Thioubalo. L’artiste qui dit ne pas être contre le maraboutage précise qu’il « ne le pratique pas dans le sens de nuire ou de faire du mal à une personne ».
Dans ses propos, Abou Thioubalo dit à qui veut le croire qu’il n’a jamais été victime de maraboutage, même pas une seule fois dans sa vie. « Mais cela n’empêche pas que je consulte les marabouts pour avoir de la chance et réussir dans la vie. Donc, je le fais comme tout bon musulman», a laissé entendre l’artiste.
Au téléphone d’Igfm, il a éclairci la lanterne de plusieurs personnes qui pensent que le chanteur a été marabouté par son entourage. « Beaucoup sont ceux qui pensent que j’ai été marabouté, ce que je ne crois pas personnellement. Je n’y crois pas. »
Comme s’il donnait raison à ces personnes, il ajoute : « Depuis que j’ai sorti mon album (Solution), cela fait presque 5 ans que je n’ai pas sorti un autre album. Mais, je rends grâce à Dieu parce que durant ces cinq ans, j’ai eu une maison, et un visa de 10 ans pour les Etats-Unis. Je voyage quand je veux. J’ai construit une maison pour ma mère. Donc, si j’ai été marabouté, c’est dans le bon sens. »
Abou Thioubalo de rappeler : « Avant, je vivais dans une petite chambre et je n’avais pas de voiture. Aujourd’hui, je rends grâce à Dieu».
Pour finir, l’auteur de « Solution » demande aux gens de penser à l’au-delà ». En tout cas, dit-il, « nous rendons grâce à Dieu et nous avons confiance à notre propre personne. Nous allons tous mourir un jour».
abou-thioubalo
                           « Je possède des pouvoirs mystiques »

« Je possède des pouvoirs mystiques. Je ne fais de mal à personne. Mais, je ne veux pas qu’on me fasse du mal » répondait ainsi, Abou Thioubalou à une question du journaliste de l’Observateur, Harouna Fall dans un entretien qu’il avait accordé à ce journal le 27 juillet 2009.

A la question de savoir s’il ne craignait pas certaines pratiques mystiques qui auraient cours dans le showbiz sénégalais, Abou Thioubalo répondait par la négative : « Je ne pense pas que j’en serai victime. Parce que je n’ai de problème avec personne. J’ai de très bonnes relations avec tous les artistes, aussi les anciens que les nouveaux talents ».

Cependant, disait-il, « celui qui me jette un sort, je ne le lui pardonnerais jamais de la vie. Je suis très jeune. Je viens juste de débuter. Je suis le cadet de ma famille. On n’a pas de gros moyens. Ma famille compte beaucoup sur ma carrière musicale pour s’en sortir. Si on me fait du mal, cela risque de compromettre beaucoup de choses ».
                  Guissé Pène : « Je ne crois pas au maraboutage »
GUISSE PENE
Pour sa part, le secrétaire général de l’Association des musiciens du Sénégal (Ams) Guissé Pène, dit ne pas croire au maraboutage : « en tant qu’Africain, nous avons beaucoup de chose à dire sur le maraboutage. Je n’y crois pas » affirme M. Pène.
Parce que, explique-t-il, « quand on te dit que Dieu t’a créé, cela veut dire qu’il a choisi tout ce que tu dois avoir dans la vie ».
Le frère de Pène d’ajouter : « Dieu a planifié tout ce que l’homme doit faire ou suivre dès sa naissance. Je crois au maraboutage dans le sens positif, c’est-à-dire qu’il peut augmenter tes chances. Mais pas pour nuire quelqu’un ».
Le Secrétaire de l’Association des musiciens du Sénégal (AMS) dit à qui veut le croire qu’il n’a « jamais été victime de maraboutage».
C’est pourquoi, dit-t-il : « les gens te maraboutent, parce que tu as une position sociale ou parce que tu les déranges. En tout cas, le maraboutage, on en parle beaucoup dans le milieu du showbiz mais, je n’y crois pas.»
Mame Fama Guèye et Harouna FALL
 
Le Regard du Sociologue
 
                                                               Mentalité primitive
marabout Le Moyen âge et l’Antiquité grecque avaient connu des choses semblables à cela. L’explication et l’interprétation des malheurs et évènements par le mystique n’est pas une chose spécifique à l’Afrique en général et au Sénégal en particulier. Cependant, force est de constater que dans notre société, le mystique occupe une place de choix dans la vie de tous les jours. Il n’arrive jamais un malheur ou un évènement quelconque sans qu’une explication mystique ne soit avancée.
La défaite d’un lutteur, l’échec scolaire, l’emprisonnement d’un membre de la famille, le décès d’une personne, la défénestration d’un ministre de la République (la liste n’est pas exhaustive) ont toujours une origine mystique. Beaucoup de Sénégalais ont attendu les propos de l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade, à l’encontre de l’actuel Président Macky Sall, l’accusant d’anthropophage et de descendant d’esclaves.
Mais combien de fois a-t-on appris à travers la presse des procès opposant nos concitoyens au Tribunal et portant sur des choses de ce genre ? Combien de familles ont-elles été contraintes à l’exil parce qu’accusées de sorcellerie ?
La réalité est que ces croyances fortement ancrées dans notre société le sont jusqu’au plus haut sommet de l’Etat ! Quel dommage. En Afrique en général et au Sénégal en particulier, c’est notre manière de penser et d’agir qui n’est pas compatible avec une explication logique des évènements.
Et pour paraphraser Lucien Lévi Bruhl dans «La mentalité primitive», je dirais que notre «attitude mentale est indifférente aux liaisons causales les plus simples, et est uniquement préoccupée des forces mystiques et invisibles». Ce qui fait que notre manière de réfléchir et d’agir est la conséquence naturelle, voire nécessaire de cette attitude mentale.
D’autre part, beaucoup de nos concitoyens vous diront qu’ils s’appuient sur leur vécu pour parler de la véracité de ces phénomènes. Chose que nous ne pouvons leur refuser. C’est vrai que personne ne peut dire au Sénégal qu’un phénomène comme le maraboutage n’existe pas. On le vit dans les maisons, les lieux de travail, entre autres. Et on voit très souvent des personnes recourir à ces pratiques pour obtenir la séparation de deux personnes (deudeulé), ou avoir une promotion dans une entreprise… Donc personne ne peut nier que ces pratiques peuvent avoir des conséquences heureuses ou malheureuses (c’est selon).
Claude Lévi-Strauss dans «Race et histoire» avait tenté de défendre des sociétés comme les nôtres. Ce qui l’avait poussé à dire qu’il ne fallait pas concevoir les progrès techniques notés en Occident comme une supériorité culturelle, mais qu’il fallait plutôt les ranger dans le cadre de la diversité des cultures. Et c’est dans ce sens qu’il avait soutenu : «Si les occidentaux ont préféré développer des techniques de domination de la nature, les sociétés primitives, elles, ont préféré développer des techniques visant à mieux vivre en société
Cependant, il faut aussi reconnaître que le mystique ne saurait être considéré comme la règle générale à l’explication de tout ce qui se passe dans la société. Et, c’est là où réside le problème dans notre société. En quoi l’emprisonnement d’un citoyen qui a détourné des milliards peut-il avoir une origine mystique ?
Ici, il serait mieux par exemple de voir l’emprisonnement comme la suite logique du détournement. En quoi l’attitude d’un enfant qui a été élevé dans le mensonge peut-elle surprendre s’il continue de mentir en étant vieux, même s’il a, entre-temps, été formé pour être un éducateur ?
Mais le mensonge, la jalousie et la méchanceté lui étant inculqués dès son enfance, il est presque impossible pour lui de s’en départir ; et ça peut même le pousser à recourir à des pratiques mystiques pour, au besoin, ôter la vie à des gens avec qui il serait en conflit dans son lieu de travail par exemple ou essayer de semer la division partout où il peut. En quoi l’attitude d’un Rédacteur en chef ou Chef de desk dans une Rédaction peut-elle surprendre s’il tombe amoureux d’une de ses reporters et tente de gâcher à tout prix ses éventuelles relations ou de taxer ses prétendants d’hypnotiseurs, entre autres choses que la morale nous empêche de dire dans cette réflexion ?
Il serait plus convenable pour ces exemples-là de voir la logique des choses à travers une succession d’évènements qui ont donné un certain nombre de résultats et de comportements. Ici, par exemple, l’attitude de ce responsable de la Rédaction est due à son amour désespéré pour la journaliste-reporter. Même si cela est devenu un secret de polichinelle dans l’ensemble de l’entreprise et qu’il est devenu le sujet de discussion préféré de l’ensemble des employés, le gars n’en a cure. Il n’a pas honte de se rabaisser à un niveau de bassesse difficilement égalable. Son seul but étant d’empêcher à la fille d’avoir un mari.
Dans notre société, il faut le reconnaître, le mystique et l’extraordinaire sont présents dans la vie de tous les jours. Cependant, ils ne sauraient constituer les seules sources de tentative d’explication des évènements qui nous arrivent, heureux comme malheureux.
Très fréquemment, certains évènements et comportements peuvent avoir une explication très logique parce qu’étant la conséquence d’un certain nombre d’actes posés, le fruit d’une éducation ou de sentiments non avoués.
 Mamadou BADIANE  gfm    
 







Hebergeur d'image