leral.net | S'informer en temps réel

Double nationalité à la tête d’un pays est indécente et inacceptable, par Wally Ndiaye


Rédigé par leral.net le Mercredi 10 Août 2016 à 22:25 | | 3 commentaire(s)|

Double nationalité à la tête d’un  pays est  indécente et inacceptable, par Wally Ndiaye
Contrairement à une certaine opinion opposée à l’obligation de clarification de nationalité pour tout candidat à la magistrature suprême, je trouve indécent et inacceptable qu’un citoyen puisse se jouer de son peuple en surfant entre deux ou plusieurs nationalités. Aussi est-il opportun de soulever le débat et normal de poser des garde-fous pour parer à de possibles situations fâcheuses, dangereuses , voir déshonorantes pour un peuple , un pays, à l’image de Panama avec le Général Noryéga sur qui les Etats unis ont prétexté exercé un pouvoir d’Etat sur son citoyen pour aller le cueillir, le juger et l’embastiller pendant qu’il était encore chef d’ Etat. Il me semble important que tout aspirant au fauteuil de Président de la République d’un quelconque pays, puisse se déterminer avant la compétition et dans ce cadre il me semble que la période de notification doit bien couvrir à la période d’ouverture du mandat présidentiel en cours, pour éviter toute immixtion étrangère ou tentatives de déstabilisation de l’exercice du mandat en cours par la deuxième patrie du candidat binational.

En outre une telle mesure mettrait un terme à un complexe nègre très répandu aujourd’hui sous les tropiques chez une certaine classe de nantis qui on ne sait à quelles fins, procèdent à des incubations de nationalités étrangères, souvent Américaines, pour leurs progénitures. L e procédé est simple, conception et- grossesse au Sénégal et accouchement aux Etas UNIS pour avoir la nationalité de ce pays, alors, pour qui connaît l’attachement du pays de l’oncle Sam à ses enfants, il faut réfléchir et prendre toutes les précautions nécessaires avant de porter un Yankee à la tête de notre pays. Si ce débat de la double nationalité doit déranger que cela dérange ici et maintenant au lieu d’attendre d’avoir un cas concret.

Au demeurant quelque soit la forme d’acquisition de cette deuxième nationalité, de manière opportuniste, accidentelle ou de sang c'est-à-dire d’origine parentale, un choix doit être fait et à temps par le candidat potentiel. Du reste, si cela a créé des difficultés quelque part c’est que la question n’avait pas été traitée à temps. Je souhaite vivement qu’une loi soit prise dans ce sens mais applicable aux prétendants de 2024 avec une disposition dérogatoire fixant un dead line pour les candidats aux élections de 2019 C’ est culturellement révolutionnaire et politiquement correct

Waly Ndiaye Observateur politique
wandiaye @gmail.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image