leral.net | S'informer en temps réel

Dr Dialo Diop, SG RND, "Jamais un septennat ne sera accepté"

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (Rnd), Dialo Diop, met en garde ses amis de l’Alliance pour la République (Apr) concernant le tapage médiatique contre la réduction du mandat du président de la République. Estimant que cet aspect de la réforme des institutions n’est pas plus important que les autres questions de fond prévues pour le prochain référendum, il a fait remarquer que jamais un septennat ne sera accepté dans ce pays encore moins de troisième mandat.


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Avril 2015 à 05:00 | | 2 commentaire(s)|

Dr Dialo Diop, SG RND, "Jamais un septennat ne sera accepté"
La sortie du ministre de la Gouvernance locale et non moins porte-parole du gouvernement, Me Omar Youm contre la réduction du mandat du chef de l’État, le week-end dernier, a donné une nouvelle tournure au débat en question. En effet, jusqu’ici, aucun membre du gouvernement ne s’est prononcé sur la polémique suscitée autour du respect de cet engagement électoral de l’ancien candidat Macky Sall et plusieurs fois renouvelé par celui-ci après son élection à la tête du Sénégal. Interpelé sur la question hier, mardi 7 avril, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (Rnd), Dialo Diop, qualifiant les sorties répétées des responsables «apéristes» de «déclarations plus ou moins intempestives, téléguidées des politiciens professionnels».

Qui plus est, a-t-il dit, les partisans du chef de l’État cherchent tout simplement à «divertir l’opinion avec un faux débat». «Tous les signataires de la charte de gouvernance démocratique des Assises nationales se sont engagés à œuvrer à une refondation de l’État sur des bases républicaines et démocratiques. Et l’un des éléments de cette refondation, c’est la limitation du nombre de mandats à deux, et pour ce qui est du président de la République, à un quinquennat, renouvelable une seule fois. C’est signé, c’est verrouillé et il ne reste qu’à exécuter. Donc, pourquoi ce tapage autour de ce faux problème qui est déjà réglé ? Nous n’accepterons plus de septennat dans ce pays. Nous n’accepterons plus de troisième mandat dans ce pays», a prévenu le leader du Rnd.

Poursuivant son propos, le patron du Rnd a par ailleurs déploré le tapage médiatique autour de la réduction du mandat du Président. Estimant que cet aspect de la réforme des institutions n’est pas plus important que les autres questions de fond qui sont également des engagements de la charte démocratique des Assises nationales dûment signés par tous les partis qui se partagent le pouvoir aujourd’hui, le Dr Dialo Diop a indiqué que la décision du quinquennat émane de la volonté du peuple sénégalais.

«Ce n’est pas nous, c’est la vox populos, le peuple qui l’a dit.Et les peuples africains se donnent de plus en plus les moyens de faire respecter leur volonté. Vous avez vu un petit exemple à Ouagadougou. Et vous allez voir les répliques de ces valeurs républicaines qui vont se multiplier à travers tout le continent», explique l’ancien compagnon du professeur Cheikh Anta Diop.

Et d’ajouter dans la foulée que la réduction du pouvoir du président de la République, le renforcement du pouvoir de l’Assemblée nationale et les garanties à apporter à l’indépendance du troisième pouvoir qui devrait être le pouvoir judiciaire sont bien plus utiles à la démocratisation des institutions du pays que les histoires de quinquennat ou de septennat. «Ils perdent leur temps. Le référendum constitutionnel doit porter sur l’avant-projet de la Constitution soumis par la Commission de réforme des institutions (Crni) au chef de l’Etat. Et quand ce document sera largement discuté dans le cadre du débat constitutionnel pré-référendaire, vous verrez bien que cette histoire de quinquennat et de septennat est encore une fois marginale, à la limite par rapport aux réformes de fond qui sont prévues dans ce référendum», a-t-il assuré pour finir.






Hebergeur d'image