leral.net | S'informer en temps réel

Droits humains, autorisations de marches… : Les défenseurs des droits humains dressent un tableau sombre du magistère de Macky Sall

"Le Sénégal est une démocratie qui se respecte", disait le Président Macky Sall dans une interview accordée au journal Le Monde. C’est tout le contraire de ce que pensent les défenseurs des droits humains.


Rédigé par leral.net le Jeudi 8 Mai 2014 à 15:22 | | 7 commentaire(s)|

Droits humains, autorisations de marches… : Les défenseurs des droits humains dressent un tableau sombre du magistère de Macky Sall
"Le Sénégal montre une pâle image qui ne reflète aucunement ce que les gens pensaient jadis de notre pays. On est profondément attristé par ce qui se passe dans notre si cher Sénégal, au sortir d’une alternance qui avait pourtant suscité énormément d’espoir", commente Me Assane Dioma Ndiaye dans L’As. Le Président de la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) s’insurge aussi contre la liberté de manifester et la détention de l'ancien Conseiller en Ntic de Wade, Thierno Ousmane Sy qui, malgré les trois libertés provisoires qui lui ont été accordées reste en prison. Aussi, selon Me Ndiaye, la Crei doit-elle disparaître car elle n’a pas sa place dans notre démocratie.

"La liberté de manifester est un droit qui est aujourd’hui consacré par toutes les Constitutions dans tous les pays démocratiques mais qui, aujourd’hui, pose problème", fait remarquer Nafi Samba Kâ, présidente de Amnesty international dans les colonnes du journal Le Quotidien avant de dresser une comparaison Macky-Wade : "Abdoulaye Wade était plus réceptif concernant les droits humains. Il collaborait plus avec les défenseurs des droits humains. Donc, c’était un Président, un gouvernement et une Assemblée nationale qui collaboraient avec les défenseurs des droits humains. Mais, avec Macky Sall, on voit que le Président est allergique aux droits humains de même que son gouvernement et l’Assemblée nationale".






Hebergeur d'image