leral.net | S'informer en temps réel

Du kidnapping des douze démineurs de Mechem, survenu le 3 mai 2013 en Casamance…


Rédigé par leral.net le Mardi 7 Mai 2013 à 20:44 | | 1 commentaire(s)|

Du kidnapping des douze démineurs de Mechem, survenu le 3 mai 2013 en Casamance…
Si ma mémoire est bonne, – et je crains qu’elle ne le soit plus tout à fait –, Tocqueville disait ce qui suit, à l’intention de ses contemporains, je cite : « Le passé n’éclairant plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres ».

Or, le passé immédiat nous apprenait, précisément pour nous éclairer, que Handicap International avait rempli avec brio sa mission de dépollution en Casamance jusqu’en septembre 2012. Les prévisions les plus sérieuses attestaient, cependant, en l’occurrence, que la dite activité de dépollution avait encore de « beaux » jours devant elle ; et ce, au mieux, jusqu’en 2016. Qu’est-ce qui avait donc pu amener le gouvernement à renoncer, de manière soudaine, aux services de cette ONG (organisation non-gouvernementale), reconnue pourtant pour son sérieux, son professionnalisme et son engagement hautement humanitaire et désintéressé, au profit de Mechem, une société privée sud-africaine ? Allez donc savoir !

Quoi qu’il en soit, une crise de confiance était alors née, à la faveur de laquelle le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) a cru devoir se mettre sur ses gardes.

Entendons-nous bien, ce bref rappel historique ne peut ni ne saurait, sous aucun prétexte, constituer quelque tentative de justification que ce soit de l’injustifiable. Il n’en a pas moins le mérite de rappeler, ici, notamment à l’intention des autorités qui participent du pouvoir et du gouvernement dans notre pays, que, s’il avait pu sembler aisé, un temps soit peu, de chasser Handicap International au profit de Mechem ; et quelles que fussent les raisons ou motivations y relatives, cette décision scélérate n’avait été que fugitive, voire frustrante, sinon désespérante ; alors que l’activité de dépollution, elle, avait et a encore de « beaux » jours devant elle. Qui plus est, pour qu’elle soit menée, et bien menée, cette dernière nécessite – nécessairement donc ! – au moins l’adhésion avérée, franche, volontaire et déterminée de toutes les parties concernées.

Au demeurant, la « ligne rouge », telle qu’elle est « tracée » par le MFDC, quant à la limite, selon lui, à ne pas franchir dans le cadre d’opérations de dépollution, n’est pas quelque chose d’imaginaire. Elle est une réalité objective, même si l’Etat peut ou plutôt croit devoir la contester. Mais a-t-il jamais les moyens de la déplacer d’autorité ?

Et puis, le MFDC n’avait-il pas fait état de l’existence de ce qu’il considère comme une « ligne rouge à ne pas franchir », lors d’un conclave prévu à cet effet et qui avait eu lieu récemment à Sao Domingo, en Guinée-Bissau ? Auraient alors pris part à ce conclave, outre la faction concernée du MFDC, le CNAMS (Centre national anti-mines du Sénégal) pour le compte de l’Etat, Mechem, APRAN (une ONG locale), Appel de Genève (une ONG basée en Suisse), … Faudrait-il croire que cette position du MFDC, dite de la « ligne rouge », était aux yeux des autres parties au conclave un avis purement consultatif ? Auquel cas, le kidnapping des douze éléments de Mechem, par la faction incriminée du MFDC, que du reste nous déplorons, relèverait de leur responsabilité.

Certes, tout le monde, nous-mêmes y compris, convient de la nécessité et de l’urgence de dépolluer la Casamance. Mais, comment y parvenir ? Et, notamment, comment procéder à la dépollution des zones réputées litigieuses sans nous prévaloir, préalablement, d’un vrai accord de paix, négocié et reconnu comme tel par les deux parties en conflit ?...




Jean-Marie François BIAGUI
Président du Mouvement pour le Fédéralisme
et la Démocratie Constitutionnels (MFDC)




1.Posté par jock ewing le 08/05/2013 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'avais déjà dit une fois que les journaux de mon pays ne devaient plus être une tribune pour les âneries de ce vil Biagui qui ne cesse de nous pomper l'air.
Ce monsieur est un ennemie du Peuple, de l’État et de la Nation : c'est quand même un REBELLE c'est -à-dire un traitre qui a osé tiré sur son pays au nom d'une indépendance qui ne viendra jamais.
Je ne vois aucun intérêt à écouter ce guignol. Qu'il aille se faire voir !
Je suis de ceux qui pensent que le règlement de cette crise - qu'aucun Casamancais ne cautionne - viendrait du fait de déplacer la mort et la peur de l'autre côté c'est-à-dire du côté des dissidents, de leurs alliés Gambiens et Bissau Guinéens. Notre armée doit en avoir les moyens. Pour extirper de tels traîtres, nous ne devons pas avoir peur de mourir. Il n'y a pas de meilleur salut que de périr pour son Peuple, sa Nation.
Ce Biagui doit se taire ou bien se faire embastiller comme il se doit avec un traitre à sa Nation

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image