leral.net | S'informer en temps réel

EBOLA - Guérison du malade guinéen : Awa Marie Coll Seck donne la recette-miracle

Les résultats des dernières analyses effectuées sur le cas importé de fièvre à virus Ebola sont négatifs. Ces résultats attestent la guérison du patient qui n’est plus contagieux. Il est actuellement en convalescence dans le Service des maladies infectieuses de l’Hôpital de Fann, avant de rentrer dans son pays d’origine. Les soixante-sept (67) personnes ayant été en contact avec ce malade continuent d’être suivies, selon les procédures établies et aucune d’elles n’a jusqu’à présent développé de signes de la fièvre à virus Ebola. Par ailleurs, toutes les alertes enregistrées ces derniers jours se sont révélées négatives aux tests réalisés par l’Institut Pasteur de Dakar. En conséquence, à la date d’aujourd’hui, le Sénégal ne compte aucun cas de maladie à virus Ebola. Le gouvernement en appelle à la Communauté internationale pour la prise en compte de cette nouvelle situation. C’est en substance la teneur de la déclaration du ministre de la Santé hier, au cours d’une conférence de presse. Rencontre en marge de laquelle, Awa Marie Coll Seck a accordé une interview au journal Le Quotidien, pour revenir en détail, sur ce qui a pu sauver le malade.


Rédigé par leral.net le Jeudi 11 Septembre 2014 à 15:00 | | 29 commentaire(s)|

EBOLA - Guérison du malade guinéen : Awa Marie Coll Seck donne la recette-miracle
Maintenant que le Sénégal a vaincu le cas de virus Ebola importé, n’est-ce pas un ouf de soulagement pour vous ?

Vous savez, il y a dans la lutte contre ce virus, plusieurs domaines, dans lesquels nous devons intervenir. C’est vrai que quand un des domaines disparaît, c’est un ouf de soulagement, parce que ça vous fait moins de charge. Il y avait comme domaine : la prise en charge du malade, la prise en charge des contacts, on devait aussi s’assurer que le niveau de surveillance, est tel que si on avait ce genre de situation, tout de suite des mesures seront prises. On devait également travailler sur le corridor humanitaire, pour aider les pays les plus atteints. Il y avait en fait, plusieurs domaines à régler et donc quand un de ces domaines est réglé, c’est déjà mieux. Vous savez, si ce monsieur (le malade guinéen) était décédé, il nous aurait créé d’autres problèmes : la gestion d’un corps d’un malade d’Ebola, où l’enterrer ? Est-ce que les gens qui vont s’occuper de lui ne vont pas se contaminer ? Etc… Dieu merci, il va mieux et il n’est plus contagieux, donc encore une fois, je peux dire ouf !!!!!

Comment est-ce que le Sénégal est parvenu à guérir ce malade ?

En réalité, nous avons fait le traitement de tous les symptômes qu’il avait. C’est-à-dire qu’à chaque fois qu’un signe était là, on faisait un traitement. Les équipes qui se sont relayées à son chevet, sont passées par des perfusions, par le traitement des vomissements, le traitement de la diarrhée, à quelques antibiotiques, même avec la fièvre, il avait un traitement anti-palustre. Bref, on a tout fait, pour le traiter et traiter ses symptômes, mais on savait pertinemment qu’en lui donnant cette possibilité de résister, ça lui donnait aussi la possibilité de vaincre le virus. Parce que, si on vous laisse vomir jusqu’à ce que vous n’en pouviez plus, vous n’aurez même plus de force pour vous battre. C’est pour dire que le traitement symptomatique est important, parce qu’il n’y a pas encore de traitement, pas de médicaments, pas de vaccins. Il faut donc forcément traiter les symptômes et c’est ce que nous avons fait.

Comment est-ce que vous allez organiser son retour en Guinée ?

Il y a eu beaucoup d’interprétations, de suggestions et même d’énervement des Sénégalais d’une manière générale, sur le retour du malade chez lui. Mais plus on va, plus on se rend compte que c’était émotionnel, les gens se disent finalement : «C’est un jeune qui a fait une bêtise, maintenant qu’est-ce qu’on va faire ?» En fin de compte, le gouvernement aussi qui voit les choses avec maturité, a décidé d’aider le jeune homme à rentrer chez lui, parce qu’il n’habite pas ici. Il n’a pas de maison ici, la famille dans laquelle il habite, est une famille avec des contacts, donc qui n’a pas envie que quelqu’un revienne chez elle. Lui-même (le malade) n’a pas intérêt à retourner là bas, il vaut mieux qu’il rentre. Les autorités de son pays sont prêtes à collaborer avec nous, pour que cela se fasse dans les meilleures conditions. Monsieur le ministre des Affaires étrangères a maintenant pris ce dossier en main pour étudier les possibilités de retour du malade, quelque soit le moyen de transport. On a même pensé à un avion, l’essentiel est qu’il soit dans de bonnes conditions. Ce qui fait d’ailleurs que les autorités guinéennes sont très contentes du comportement du gouvernement sénégalais.

Qu’en est-il de l’état de santé du Sénégalais atteint par le virus et suivi actuellement à Hambourg en Allemagne ?

Ce Sénégalais est dans un état stationnaire, c’est-à-dire qu’il est toujours dans des conditions de prise en charge extrême et en isolement. En réalité, on a juste des informations qui font état d’un état stationnaire et non aggravé, ce qui est déjà une bonne chose, parce que plus vous restez dans un état stationnaire, plus vous avez des chances de survie. Sans vouloir trop m’avancer là dessus, je pense qu’il va beaucoup mieux et nous espérons tous pouvoir avoir de bonnes nouvelles le concernant, dans quelques jours.

Le Quotidien






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image