Leral.net | S'informer en temps réel



EDITO : La belle leçon égypto-tunisienne !

Rédigé par Sahaba Net le 12 Février 2011 à 14:54 | Lu 607 fois

Kéba Diop et Penda Kébé. Deux Sénégalais aux fins de vie presque identiques. Ils se sont immolés par le feu. L’un, pour dire non à une injustice devant le Palais. L’autre, pour pouvoir rencontrer son président de passage à Rome. Deux actes produits sous l’Alternance. Malheureusement, ils n’ont pas permis d’alterner les pratiques anti-démocratiques et injustes qu’ont connu, à titre d’exemple, ces deux citoyens. Des pratiques qui persistent jusqu’à présent. Kéba et Penda avaient soif de justice et faim de démocratie et de liberté. Hélas ! Leur acte courageux n’a pas été bien saisi par leurs concitoyens. Des citoyens toujours à la recherche effrénée du gain et qui ne s’engagent que pour intérêts crypto-personnels. Jamais pour les intérêts du Peuple. C’est ça le Sénégal !


EDITO : La belle leçon égypto-tunisienne !
LERAL.NET - En Tunisie et en Egypte, la réalité est autre. Le feu a mis fin à des vies. Mais ces morts n’ont pas été vains. Ces martyrs ont marqué le début de la fin de deux régimes dictatoriaux. Les révolutions enregistrées dans ces deux pays du Maghreb sont une belle leçon de démocratie servie à toute l’Afrique. Elles démontrent encore une fois que rien ne peut prospérer sans la volonté du Peuple. La puissance aveugle et la violence inouïe d’un régime dictatorial, doublé d’une sauce monarchique, assaisonné d’une démarche méprisante, sont égales à mille fois zéro face la détermination d’une population oppressée. Ces jeunesses tunisienne et égyptienne sont nées sous la dictature et grandies avec. Elles ne pouvaient pas mourir sans une lueur de démocratie et de liberté. Elles ne pouvaient pas manquer le rendez-vous avec le futur prometteur. Elles ne pouvaient non plus rater le train de l’évolution des grandes Nations démocratiques. Chapeau bas à ces jeunesses dorées qui ont fait la fierté de tout un continent ! Vous avez lancé un signal fort à tous ces tyrans et monarques qui pullulent dans les quatre coins du continent africain.
L’Afrique des présidents à vie. L’Afrique des fils-présidents successeurs. L’Afrique des pères de la Nation. Cet ère nostalgique est révolue ! Ce continent qui a vécu toute sorte de tragédie a besoin d’un sang nouveau pour faire face aux défis du présent et du futur. Ce continent aspire à la liberté et la démocratie. L’injustice n’a plus sa raison d’être. Les Africains ont trop souffert du mépris de leurs gouvernants arrogants. Martine Aubry, la première secrétaire du Parti socialiste français, a raison quand elle dit que « le temps de l’Afrique est arrivé ». Il est temps que l’Afrique bouge. Il est temps que les gouvernants respectent la volonté populaire. Il est temps que les Constitutions soient des textes sacrés. Une charte fondamentale peut être tripatouillée et gommée à volonté par un homme, mais la volonté d’un Peuple ne s’efface pas ! S’il est dans la rue, c’est pour dire « J’en ai marre ! » et il finira toujours par chasser hors des Palais luxueux tout empêcheur de démocratiser en rond. Une leçon à méditer…
Thiedo


1.Posté par schwarzeraal le 12/02/2011 15:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la jeunesse senegalaise ne ménera aucune révolution pour se liberer,´histoire l´a montré car les lanceurs de pierres de et casseurs de 68 et ses heritiers sont les traitres d´aujourdhui alliés á tous les regimes,la jeunesse egyptiene et tuniesiene a reussi la oú la jeunesse court depuis pres de 50 ans á savoir ganer une coupe áfrique des clubs champions ou des nations.il lui manqur de references pour s´unir autour úne idée ou de personaltites pouvant la guider á la revolution.elle n´a jamais gagné de batailles elle a toujours decu les espoirs .la revolution n´aura pas lieu au senegal.laye wade3 connait bien sa jeunesse ce ést elle qui le fera tomber,mieux attendons encore les urnes pour elir un autre bourreau,

2.Posté par ko mine le 12/02/2011 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je ne souhaite pas le malheur a mon pays mais j'aimerai dire aux dirigeants de notre pays d'avoir un oeil sur l'UCAD, l'université de Dakar est une bombe a retardement

3.Posté par schwarzeraal le 13/02/2011 14:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

toutes les conneries avortées ont commencé á l´ucad bastion de ces incapables au pouvoir ,elle n´a jamais fourni ´hommes courageux et honnetes au service de la nation.,elle est le nid des corrompus de corrompus áujourdhui et de demain ,et á quoi bon sortir de l´ucad vu que nos institutions sont infestées d´analphabetes.baolbaolisation de l´etat ,mor yombalé ,tewemi tewe..le chaos et laisser faire ,la revolution áura jamais lieu,nous ne serons jamais ce peuple qui se libere , il nous faut un ndeupe national pour guerrir de nos maux pour revenir á la realité.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site