Leral.net | S'informer en temps réel



EN DIRECT: Charlie Hebdo, jour 2: Deux policiers blessés par des coups de feu porte de Châtillon... Valls estime que la menace n'a pas été sous-estimée...

le 8 Janvier 2015 à 08:02 | Lu 282 fois

EN DIRECT: Charlie Hebdo, jour 2: Deux policiers blessés par des coups de feu porte de Châtillon... Valls estime que la menace n'a pas été sous-estimée...
Intervention des policiers du RAID, à Reims, le 7 janvier 2014, après l'attaque contre «Charlie Hebdo». - F.NASCIMBENI/AFP

20 Minutes

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

A lire pour tout comprendre: 
-Qui sont les frères Kouachi, recherchés par la police?
-Que sait-on du troisième homme?

-Vidéo: Les dessinateurs contre-attaquent.
-Qui sont les douze victimes?
-Diaporama: Les Unes de la presse française et étrangère

  • 8h51: Un suspect interpellé selon l'AFP
    Toujours impossible de faire le lien avec l'attaque de Charlie-Hebdo
  • 8h48: La police confirme la fusillade
    La police vient de confirmer à 20 Minutes que deux policiers dont un agent municipal sont blessés. Ils ont été victimes d'arme d'assaut.
  • 8h44: Un lien avec la traque des tireurs de Charlie?
    Impossible pour le moment de faire le lien avec l'attaque de Charlie-Hebdocomme le rappelle Le Monde.
  • 8h41: Le tireur serait en fuite dans le métro parisien
    Sur Twitter, des informations circulent assurant que le tireur se trouve sur la Ligne 4 (information non confirmée).
  • 8h38: Deux policiers municipaux «à terre»
    L'AFP confirme l'information et assure, en se basant sur des sources syndicales, que deux policiers sont «à terre». 
  • 8h37: Deux coup de feu ont été échangés. Une agent en cours de réanimation
    Sur place, la journaliste Carrie Nooten assure que deux coups de feu ont été entendus et qu'une agent municipale est en cours de réanimation.

  • 8h35: Une kalachnikov utilisée
    Selon plusieurs sources, c'est une kalachnikov qui aurait été utilisée porte de Châtillon.
  • 8h33: Un tireur serait en fuite dans le métro
    Les informations arrive au compte-goutte sur le réseau social Twitter. Une femme policier aurait été la cible de coups de feu, porte de Châtillon. Le tireur serait en fuite dans le métro.
  • 8h32: Selon BFM TV, un policier municipal serait blessé
    Il se passe quelque chose aux abords de la porte de Châtillon.
  • 8h28: Des coups de feu auraient été entendus, Porte de Chatillon
    C'est «France-Info» qui vient de l'annoncer, sans que l'on sache si cette information a un lien avec l'attaque à Charlie-Hebdo
  • 8h21: «Non, la menace n'a pas été sous-estimée»
    «Je comprends cette question. Mais non, la menace n'a pas été sous-estimée. Nous avons fait deux lois. Il y aura une réponse à toutes ces questions. Aujourd'hui, la mobilisation autour de nos valeurs et la mobilisation pour interpeller ces hommes.»
  • 8h19: D'autres attentats ont été déjoués ces dernières semaines
    Manuel Valls rappelle que la France a déjoué plusieurs attentats «ces dernières années, ces derniers mois et ces dernières semaines». «Nous faisons face à une menace terroriste sans précédent, comme tous les grands états. En Belgique, encore, il y a quelques semaines...
    «La France est en guerre contre le terrorisme.»
  • 8h17: Les tueurs ne sont pas arrêtés
    «Il faut être prudent, rappelle le Premier ministre. Laissons la police faire son travail. Toute information divulguée aujourd'hui peut nuire au travail de l'enquête.» Manuel Valls reconnaît qu'on ne sait pas si les deux hommes ont séjourné et se sont entraînés en Syrie.
  • 8h15: Manuel Valls passe sur France Inter
    «La France est touchée en son cœur comme nous l'avons dit, attaque le Premier ministre. En même temps, je suis touché par la formidable réaction des Français. Il faut que cela dure. Nous avons besoin de nous rassembler, de dire ''non''».
  • 8h13: «Des hommes sont recherchés, deux sans doute», déclare Valls
    «Je vois qu'il y a beaucoup d'informations sur les médias, sur internet, il ne faut pas que cela nuise au travail des enquêteurs», a relevé le chef de gouvernement et ex-ministre de l'Intérieur. «J'en appelle à la responsabilité. C'est aux enquêteurs, à la police, à la gendarmerie, la justice, de mener» l'enquête «pour appréhender ceux qui ont commis cet attentat abominable».
     
  • 8h06: Les auteurs de l'attentat «étaient sans doute suivis», déclare Manuel Valls
    «Les service de police et de justice ont démantelé de nombreux groupes, contrariés des projets d'attentat. C'est bien la preuve que nous agissons. Ce sont des centaines d'individus qui sont suivis, des dizaines de personnes qui ont été interpellées, des dizaines de personnes qui ont été incarcérées. Cela montre la difficulté devant laquelle sont placés nos services: le nombre d'individus qui représentent un danger. Ces individus étaient sans doute suivis mais il n'y a pas de risque zéro. C'est terrible à dire parce qu'il y a des victimes, un attentat terrible et nous sommes tous touchés, bouleversés», a déclaré le Premier ministre sur RTL.
     
  • 8h03: Valls: «Non la France ça n'est pas la soumission, la France ce n'est pas Michel Houellebecq»
  • 8h00: Sept personnes en garde à vue
    Sept personnes ont été placées en garde à vue selon une source judiciaire. Hommes et femmes, ces personnes ont été placées en garde à vue tard mercredi soir. Les lieux d'interpellation n'ont pas été précisés dans l'immédiat.
  • 7h50:  Manuel Valls annonce «plusieurs interpellations» et «des gardes à vue»
    «Il y a plusieurs interpellations cette nuit, il y a des gardes à vue», a déclaré le Premier ministre sur RTL, sans vouloir citer de chiffre alors qu'on lui demandait avec insistance s'il s'agissait de deux ou trois individus arrêtés.


     
  • 7h48: Les présentateurs de talk-shows américains rendent hommage aux victimes
    Une minute sérieuse dans les talk-shows nocturnes à la télévision américaine. Mercredi soir, les présentateurs Conan O'Brien et Jon Stewart ont évoqué dans leurs émissions respectives l'attentat contre le journal français, rendant hommage aux victimes et rappelant leur attachement à la liberté d'expression.

  • 7h33: Un millier de personnes rassemblées à Papeete
    La Polynésie a rendu hommage aux victimes de l'attentat dans le centre-ville de Papeete mercredi soir. «On ne peut répondre à la critique par les armes, même si les crayons de Charlie Hebdo étaient eux-mêmes des armes», a estimé Marcel Tuihani, le président de l'Assemblée de la Polynésie, qui s'est joint au mouvement.
  • 7h29: Le président afghan condamne un «acte terroriste de haine»
    Dans un communiqué, Ashraf Ghani, dont le pays est confronté quasi-quotidiennement à des attentats talibans, a condamné «fermement l'attaque terroriste contre Charlie Hebdo».

    «Tuer des gens sans défense et des civils est un acte terroriste de haine, il n'y a pas de justification à cet acte de haine», a ajouté le président afghan, qui a présenté ses condoléances au président français, aux familles des victimes et au «peuple de France».
    En septembre 2012, entre 200 et 300 personnes avaient marché à Kaboul pour dénoncer la publication par Charlie Hebdo de nouvelles caricatures de Mahomet et la diffusion du film américain anti-islam L'innocence des musulmans.
     
  • 7h24: Jour de deuil national en France

    Jeudi a été «déclaré jour de deuil national» en hommage aux douze personnes tuées dans l'attentat contre Charlie Hebdo.
    François Hollande a précisé mercredi dans une allocution télévisée que les drapeaux seront mis en berne pendant trois jours et qu'un «moment de recueillement dans tous les services publics» sera observé à midi jeudi. Au même moment, une cérémonie d'hommage et de recueillement aux victimes de l'attaque se déroulera dans la cour d'honneur de l'Assemblée nationale.
    La cathédrale Notre-Dame de Paris fera sonner le glas, puis une messe sera célébrée, a de son côté annoncé le diocèse.
     
  • 6h30: Le point au réveil

    Bonjour à tous. Alors que la presse française et internationale est sous le choc après l'attentat contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts, l'enquête a avancé pendant la nuit. La police a lancé un avis de recherche contre deux frères, Saïd et Chérif Kouachi, 32 et 34 ans, soupçonnés d'avoir participé à l'attaque terroriste de mercredi. L’aîné est bien connu des autorités: en 2008, il avait été condamné à à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour sa participation à la filière irakienne du 19e arrondissement, une cellule de recrutement et d'envoi de djihadistes en Irak. Une intervention du RAID, à Reims, n'a pas permis d'arrêter les suspects, qui sont toujours en fuite. Soupçonné d'avoir aidé les frères Kouachi, Hamyd Mourad, 18 ans, s'est rendu à Charleville-Mézières  dans la nuit. Ses camarades affirment qu'il était en classe mercredi matin.