leral.net | S'informer en temps réel

ESCROQUERIE ET OUTRAGE A MAGISTRAT DANS L’EXERCICE DE SES FONCTIONS:Un chérif accusé d’avoir réclamé à une dame 22 millions aux fins de "graisser" le Procureur de la République Ousmane Diagne

Le Chérif Ibrahima Aïdara risque 6 ans de prison ferme et 25 millions d’intérêts civils ainsi qu’un million d’amende. Ce chef religieux est poursuivi pour escroquerie portant sur 22 millions de francs Cfa et outrage à magistrat dans l’exercice de ses fonctions


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Avril 2009 à 11:31 | | 0 commentaire(s)|

ESCROQUERIE ET OUTRAGE A MAGISTRAT DANS L’EXERCICE DE SES FONCTIONS:Un chérif accusé d’avoir réclamé à une dame 22 millions aux fins de "graisser" le Procureur de la République Ousmane Diagne
Il résulte des déclarations contenues dans le procès verbal que la plaignante, Fatou Diop, avait sollicité l’appui du prévenu afin de faire recouvrer la liberté à son père, détenu en prison depuis 2006, pour détournement de deniers publics. Devant la barre, la jeune dame, a déclaré, qu’Ibrahima Aïdara, qui est chef religieux, lui a fait croire que le Procureur de la République, Ousmane Diagne était son ami. Par conséquent, Ousmane Diagne pouvait octroyer la liberté provisoire à son père, moyennant 22 millions.

Soucieuse de la liberté de son père, Fatou Diop accepte de verser la somme réclamée par le chef religieux. Ce dernier, ajoute-t-elle, après versement lui avait demandé de patienter jusqu’à la fin des vacances judiciaires. Finalement, elle réalise qu’elle a été roulée dans la farine en voyant que son père était toujours emprisonné. Sur ce, elle décide de déposer une plainte déposée à l’encontre du marabout Ibrahima Aïdara. Arrêté par la brigade de gendarmerie de Hann, le mis en cause passe aux aveux tout en s’engageant à restituer l’argent dans un délai de trois mois.

Toutefois, devant la barre du tribunal des flagrants, le prévenu a nié les faits en faisant porter le chapeau à Cheikh Khadim Counta, un autre marabout. Entendu comme témoin, ce dernier l’a enfoncé davantage. Revenant même sur les détails de la remise, Cheikh Khadim Counta a expliqué que ce jour-là, le prévenu lui avait fixé un rendez-vous ainsi que la dame Fatou Diop au Bloc des Madeleines où l’argent devait être remis au Procureur de la République. Le témoin, ajoute que sur les lieux, Chérif Aïdara, leur a fait savoir qu’Ousmane Diagne était pris pour le moment qu’il devait les recevoir dans l’après midi à 16heures.

Et le témoin de déclarer qu’à 16heures, le prévenu est encore venu leur dire que la remise aura finalement lieu au domicile du magistrat, sis aux Almadies, Sur place, précise t-il, le prévenu leur a encore fait savoir que le Procureur n’était pas toujours disponible et que l’argent devait être remis à un certain Djiby, supposé être le fils aîné d’Ousmane Diagne. Poursuivant, le témoin a laissé entendre que trois jours plus tard, le chef religieux l’a appelé en lui faisant croire que le procès était prévu pour le lundi suivant. Depuis lors, il ne l’a plus revu.

Après les dépositions des différents témoins, l’avocat de la partie civile a réclamé la somme de 25 millions en guise de réparation du préjudice causé. Le substitut du Procureur a requis 6 ans de prison ferme (5 ans pour escroquerie et 1 an pour outrage à magistrat ), et a assorti sa décision d’une amende d’un million. Car, il estime qu’au-delà de la personne du Procureur Ousmane Diagne, le prévenu a osé attaquer l’institution judiciaire.

Quant aux avocats de la défense, ils ont demandé la relaxe pure et simple dans la mesure où leur client n’a pas reçu d’argent. Ils ont aussi sollicité une disqualification des faits en abus de confiance. Le tribunal rendra son verdict vendredi prochain.

- Par ZAHRA -
nettali






Hebergeur d'image