Leral.net | S'informer en temps réel

Ebola : un médicament japonais prêt pour traiter 20 000 personnes

Rédigé par ( Les News ) le 25 Août 2014 à 16:16 | Lu 685 fois

Ebola : un médicament japonais prêt pour traiter 20 000 personnes
L'Avigan est un traitement encore au stade expérimental, mais il est prêt à être distribué et présente l'avantage de se prendre sous la forme d'un comprimé.
Le Japon a dit lundi pouvoir fournir un traitement expérimental mis au point par une entreprise nippone pour lutter contre le virus Ebola dont la pire épidémie jamais enregistrée frappe quatre pays d'Afrique de l'Ouest. "Notre pays est disposé à livrer le médicament en coopération avec le fabricant si l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en fait la demande", a déclaré le secrétaire général du gouvernement, Yoshihide Suga. Il n'existe actuellement aucun vaccin ou antiviral homologué contre le virus Ebola, qui figure parmi les plus contagieux et mortels chez l'homme dont il peut provoquer la mort en quelques jours. Face à la gravité de l'épidémie actuelle, la pire depuis la découverte du virus il y a une quarantaine d'années, la communauté médicale internationale a cependant approuvé à la mi-août l'emploi de traitements non homologués.
Une lueur d'espoir est venue d'un sérum expérimental américain, le ZMapp, un cocktail de trois anticorps "monoclonaux" disponible en très petites quantités : deux praticiens traités avec ce sérum sont sortis guéris de l'hôpital la semaine dernière. Un prêtre espagnol qui en avait bénéficié était cependant décédé quelques jours plus tôt. Le médicament japonais est appelé favipiravir (ou "T-705"). Il est commercialisé sous le nom Avigan par Toyama Chemical, filiale du spécialiste des techniques de l'image FujiFilm Holdings. Par rapport au ZMapp, il présente l'avantage d'avoir été homologué en mars au Japon en tant qu'antiviral contre la grippe et est actuellement en phase de tests cliniques aux États-Unis.
Son administration sous forme de comprimés peut également faciliter le traitement dans des zones aux infrastructures médicales limitées. "
Source : LePoint.fr