leral.net | S'informer en temps réel

Ecroquerie au visa : Abdoulaye Mamadou Guissé, membre du Fpdr, relaxé

Après plusieurs renvois pour comparution de la partie civile et plaidoirie, c'est finalement hier que le leader du parti Mcss, membre du Fpdr, a été jugé. Abdoulaye Mamadou Guissé a été relaxé par le tribunal des flagrants délits de Dakar des fins de la poursuite concernant une escroquerie au visa qu'il aurait causé au plaignant Amadou Bécaye Diouf.


Rédigé par leral.net le Mercredi 16 Septembre 2015 à 12:49 | | 4 commentaire(s)|

Ecroquerie au visa : Abdoulaye Mamadou Guissé, membre du Fpdr, relaxé
Le Secrétaire permanent du Mouvement culturel pour le salut du Sénégal (Mcss) a, d'emblée, dénoncé un "coup monté" avant de nier totalement les faits qui lui sont reprochés. Selon le politicien, c'est à la date du 3 juillet qu'il a rencontré le plaignant qui lui a demandé son numéro de téléphone qu'il a d'ailleurs refusé de lui donner. "Je lui ai demandé de s'adresser au secrétariat mais, depuis ce jour, je ne l'ai pas revu", affirme le sieur Guissé qui précise, dans Le Populaire, qu'il n'a jamais eu de relations d'affaires avec la partie civile Amadou Bécaye Diouf.

Le sieur Diouf a réitéré ses propos de l'enquête préliminaire en indiquant qu'on l'a mis en rapport avec le mis en cause pour qu'il lui règle un visa Schengen pour une somme de 3,5 millions. C'est ainsi qu'il lui a donné un délai de 15 jours. Mais, depuis ce jour, le sieur Guissé a refusé catégoriquement de répondre à ses appels et s'il lui arrive de décrocher, il lui dit qu'il ne veut pas communiquer par téléphone. Il a également expliqué que c'est la femme de Guissé qui lui a malheureusement remis le visa qui était dans une enveloppe, au moment où il s'est rendu à la maison de ce dernier, ayant l'intention de récupérer son argent. Une version niée par la dame qui a indiqué que depuis l'enquête préliminaire, elle ne l'a jamais vu.

Aussi, l'avocat de la partie civile, Me Dieng, a-t-il demandé l'application de l'article 450 du Code pénal avant d'ordonner une réquisition au niveau de la Sonatel pour des preuves nécessaires. Dans sa plaidoirie, l'avocat a souligné que le sieur Guissé est un escroc et qu'il n'en est pas à son premier forfait. Pour cela, il a réclamé la somme de 10 millions pour toutes causes et préjudices confondus.

Le conseil de la défense a, quant à lui, estimé que son client est innocent et a indiqué que, vu le statut de politicien de son client, le plaignant a seulement l'intention de le nuire. "Dans ce dossier, il y a une incohérence et la preuve judiciaire est la preuve prouvée. Et ici, il y a un défaut de preuves", a indiqué l'avocat qui a demandé la relaxe pure et simple de son client et le rejet de l'application de l'article 450.

Le tribunal a finalement relaxé le prévenu des fins de la poursuite.






Hebergeur d'image