leral.net | S'informer en temps réel

EdF : Koscielny raconte ses pires cauchemars de défenseur

Pour L’Équipe, le défenseur d'Arsenal et de l'équipe de France Laurent Koscielny a évoqué les attaquants les plus coriaces qu'il a eu à prendre depuis le début de sa carrière.


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Octobre 2012 à 12:15 | | 0 commentaire(s)|

EdF : Koscielny raconte ses pires cauchemars de défenseur
Mardi, à Madrid, l’équipe de France comptera sur Laurent Koscielny (27 ans) pour défendre les cages d’Hugo Lloris des assauts répétés de l’Espagne. Les Bleus sont en de bonnes mains parce que le haut niveau, le Gunner connaît. Pour L’Équipe, le défenseur central a d’ailleurs donné sa vision du métier. « Il faut réfléchir de plus en plus vite pour agir et trouver la meilleure solution. C’est aussi un duel mental avec ton attaquant. Dès le premier ballon, si le défenseur met de l’intensité physique, bouge son attaquant, celui-ci doit se dire que ça va être dur ; Il faut se montrer le plus fort », a-t-il confié.

Et pour impressionner les attaquants ibériques, l’ancien Lorientais compte sur son vécu, lui qui a déjà dû se coltiner pas mal de clients. « Le plus impressionnant ? C’est Didier Drogba, il est costaud, il est bon dos au jeu, fort de la tête, dans la profondeur. C’est le premier défenseur, il court partout. On l’a vu contre le Barça. À lui tout seul, il a fait chavirer le navire barcelonais », a-t-il avoué avant de poursuivre. « Ibrahimovic ? La saison dernière, contre l’AC Milan, lors du 1/8e de finale aller de Ligue des champions, il avait été fort, toujours servi. Au retour, on l’a bien pris. Il est donc parti sur les côtés chercher les ballons. Et il a été moins dangereux, souvent hors jeu. On avait réussi à l’isoler », a-t-il expliqué.

Mais le pire souvenir de l’international tricolore c’est son duel avec Luis Suarez (Liverpool) la saison passée. « Il est pénible à prendre, il est truqueur. Il tire le maillot, met des petits coups. Tu as toujours envie de lui mettre un peu plus, mais il faut faire attention au rouge », a-t-il conclu. Des petits gabarits mobiles et provocateurs balle au pied, Laurent Koscielny en aura plusieurs devant lui sur la pelouse du Vicente Calderon. À lui de se montrer plus à son avantage que face à l’Uruguayen. Le salut de l’équipe de France de Didier Deschamps en dépend en partie...

Alexis Pereira






Hebergeur d'image