leral.net | S'informer en temps réel

Éditorial | Révolutions africaines

C'est le cauchemar des uns et le rêve éveillé des autres : que la lame de fond des révoltes populaires tunisienne et égyptienne traverse le désert et submerge, telle un tsunami, les bastions subsahariens de l’autocratie. Ce scénario, d’actualité pour ceux qui croient aux effets du mimétisme en politique, est-il crédible? Voire. Qu’à l’instar de la chute du mur de Berlin et de l’exécution du couple Ceausescu, il y a plus de vingt ans, la fuite de Ben Ali et le renversement de Moubarak aient donné des idées à bien des démocrates est une évidence. Qu’il faille espérer voir ces soulèvements nés au sein de pays émergents d’Afrique du Nord susciter ipso facto des émules dans des pays qui, eux, ne le sont pas (ou pas encore) est loin d’être acquis. Quitte à désespérer les sismographes, autant le dire: les répliques risquent de se faire attendre.


Rédigé par leral.net le Lundi 21 Février 2011 à 11:33 | | 1 commentaire(s)|

Éditorial | Révolutions africaines
Certes, bien des ingrédients qui ont fait exploser les chaudrons tunisien et égyptien se trouvent réunis au sud du Sahara. Usure du pouvoir, petits arrangements avec la Constitution, népotisme, corruption, mauvaise gouvernance, profondes inégalités sociales, atonie de l’opposition, poids démographique de la jeunesse… À cette aune-là, une bonne douzaine de régimes peuvent se sentir menacés, même si la persistance du communautarisme, ce facteur meurtrier de division inconnu en Tunisie et en Égypte et qui concerne ici toutes les couches de la société à commencer par les armées nationales, constitue entre les mains des pouvoirs en place un redoutable antidote. Mais, y compris dans les rares pays où ce virus ne sévit pas ou peu (le Sénégal par exemple), il manque pour que soient dupliqués les modèles de Tunis et du Caire un élément essentiel : les acteurs.

Sauf en Afrique du Sud, qui est déjà une vraie démocratie, aucun pays subsaharien ne dispose de cette masse critique de jeunes mondialisés armés de leurs smartphones et de leurs pages Facebook, diplômés-chômeurs interconnectés et étudiants à lunettes, en mesure de peser sur le rapport des forces de par leur seule mobilisation. Mohamed Bouazizi, vendeur de fruits et légumes à Sidi Bouzid, fréquentait les cybercafés : il savait donc qu’ailleurs dans le monde le mépris, la misère, la corruption et le favoritisme ne sont pas partout la règle. Ses camarades d’infortune de Matam, de Tcholliré ou de Mbandaka, là où le taux de pénétration d’internet est inférieur à 1 % de la population, n’en ont, eux, qu’une conscience diffuse. Sans parler de ces classes moyennes, omniprésentes au coeur des « révolutions arabes » d’aujourd’hui et encore embryonnaires dans ces pays africains où, entre les riches et les pauvres, il n’y a presque rien.

Ce qui fait qu’une émeute devient une révolution et non un simple coup d’État est le fruit d’une mutation et d’une maturation invisible et progressive de tout le corps social. L’Afrique subsaharienne n’en est pas encore là. Reste que, après les leçons de Tunis et du Caire, les successions de père en fils et les Constitutions prêt-àporter risquent de devenir partout de moins en moins supportables. C’est déjà ça de gagné...



1.Posté par khetalli goor le 21/02/2011 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

khetalli goor : Traitement des hommes présentant des troubles de l'érection, ce qui correspond à l'incapacité d'obtenir ou de maintenir une érection du pénis suffisante pour une activité sexuelle satisfaisante. Tel 77 481 02 14

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image