Leral.net | S'informer en temps réel



Egypte : le copte Alber Saber jugé pour blasphème

le 27 Septembre 2012 à 11:48 | Lu 298 fois

Pour avoir diffusé sur sa page Facebook le fameux «film» islamophobe qui a embrasé le monde arabe, il apparaît comme le parfait bouc émissaire des nouvelles autorités du Caire.


Egypte : le copte Alber Saber jugé pour blasphème
Soudain, le silence. Dans la salle d'audience du tribunal de Tagamoa Khamis, l'accusé vient de faire son entrée sous escorte rapprochée. Pyjama blanc de prisonnier, menottes aux mains et la boule à zéro, Alber Saber ose un discret «V» de la victoire derrière les grilles de la cage qui lui est réservée. Quelques minutes plus tard, le réquisitoire tombe, incisif, comme un coup de poignard dans le dos des révolutionnaires de sa trempe, éternels rêveurs d'une Égypte libérée des chaînes de la censure. «Alber Saber est coupable de blasphème (…) Je requiers contre lui la peine la plus élevée» (soit cinq à six ans), annonce, sans détour, le procureur général. Son «crime»? Avoir, entre autres, publié sur sa page Facebook le fameux «film» islamophobe à l'origine du déferlement de colère antiaméricaine dans le monde arabe. Au fond de la salle, une petite dame aux cheveux auburn retient ses larmes. Kariman Mesiha Khalil, la mère du jeune blogueur, est effondrée. «Quelqu'un peut-il m'expliquer ce qui nous arrive? Qui peut me prouver qu'Alber a diffusé le film? Et si c'est le cas, mérite-t-il la prison pour des images qu'il n'a pas produites?»

Cette femme au regard brisé a des raisons de s'interroger sur le sort réservé à son fils. À 27 ans, Alber Saber a tout du parfait bouc émissaire dont semblaient avoir besoin les nouvelles autorités égyptiennes, à tendance islamique, pour justifier l'attaque du 11 septembre dernier contre l'ambassade américaine du Caire, et les débordements qui ont suivi. Jeune, actif sur les réseaux sociaux, Copte, et, qui plus est, ouvertement athée, il colle au profil idéal du «mauvais gars», souvent évoqué à mots couverts dans les rangs des Frères musulmans, dont le président est issu. «Il est la victime malencontreuse des circonstances actuelles de notre pays», souffle Karim Abdel Radi, un de ses avocats.

Le cauchemar du jeune homme débute dans la nuit du 13 au 14 septembre. Le soleil est couché depuis longtemps quand un bruit sourd et confus monte de la rue. À une vitesse éclair, une foule se rue jusqu'au deuxième étage du petit immeuble du quartier défavorisé d'Al-Marag, où Alber Saber vit avec sa mère et ses deux sœurs. Menacé de mort, le jeune homme s'empresse d'appeler la police. Mais c'est lui qui repartira dans le fourgon sous les huées. «Allah Akbar! (Dieu est grand). Fils de chien!», hurlent des hommes en furie. Délogée de chez elle, dès le lendemain matin, par la même horde de contestataires, la mère d'Alber n'a, depuis, pas remis les pieds chez elle. «Je change quotidiennement de logement», dit-elle. Les jours suivants, elle les passe à retrouver la trace de son fils. De tribunal en prison, elle finit par atterrir, samedi dernier, au centre de détention de Tora, où elle l'entrevoit pendant deux petites minutes. «Son cou était parcouru d'ecchymoses, ses mains étaient rouges d'égratignures», confie-t-elle. C'est la première et la dernière fois qu'elle le verra, avant l'ouverture de son procès.

Pourquoi Alber fait-il l'objet d'un tel acharnement? Ce jeune diplômé en informatique, accroc aux nouvelles technologies et adepte des réseaux sociaux, aurait-il franchi, sans le savoir les lignes rouges encore mal définies du nouveau pouvoir égyptien? «Contre toute attente, et malgré les craintes de représailles contre la minorité copte, il est le seul chrétien égyptien à avoir été inquiété après la diffusion du film anti-islam, à l'exception des poursuites engagées par la justice contre sept coptes résidant à l'étranger», relève Youssef Sidhom, le directeur de l'hebdomadaire chrétien Watani, tout en tenant à rappeler que sous Moubarak, les chrétiens n'étaient pas mieux lotis. Et de citer le cas ultramédiatisé de Gergis Baroumi, «un Copte de la Haute-Égypte injustement accusé du viol d'une jeune fille, qui croupit en prison depuis deux ans». Pour lui, l'affaire Saber constitue un test pour le nouveau président Mohammed Morsi: «Pendant sa campagne électorale, il a promis de traiter équitablement les musulmans et les chrétiens. Or, on peut s'étonner qu'Alber ait été si mal traité, tandis qu'un cheikh salafiste, également accusé d'avoir diffusé la vidéo islamophobe, n'a pas été inquiété.»

«Il était de toutes les manifestations»
Présents à l'audience d'hier, les amis du jeune homme restent, eux aussi, perplexes. Ils le décrivent comme «une personne engagée», animée par un «souci de justice sociale». «Il était de toutes les manifestations pendant la révolution de janvier 2011. Il a même été blessé. Et voilà comment il est aujourd'hui récompensé!», s'insurge Iostena, une de ses sœurs. Sur la page Facebook «free Alber Saber» qui lui est dédiée, on le voit également poser place Tahrir, sur une photo datant du 27 mai 2011, avec une pancarte qui dit: «Nous sommes les vrais révolutionnaires, pas les Frères musulmans.» Un pas de trop? Mais c'est son athéisme affiché qui semble, plus que tout, lui avoir joué des tours. Un des plaignants, Mahmoud Rafat, l'accuse «d'insulte à toutes les religions, y compris le christianisme», en citant une autre vidéo dans laquelle Saber s'attaquerait directement à Dieu. Des accusations difficiles à prouver, les publications du jeune homme sur ses comptes Twitter, Facebook et YouTube ayant été mystérieusement effacées.

Par Delphine Minoui


1.Posté par cherif aidara le 27/09/2012 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chérif aidara le petit fils de cheikh sadibou aidara grand marabout
est la aujourdhui pour aider ce qui on besoin de lui pour tout les domaines
amour chance reussite travail mariage santé succés dans vos entreprises basé sur le saint coran incha allah kou gneuw sa adio fadiou
thi barké cheikhna cheikh sadibou thi barké yonentebi mouhamad salalahou aleyhi wa salam wa salatou wa salam hairou leumbiya badar ak ouhout
contact ;00221 77 921 57 39 ou sur skype aidara61 merci

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site