leral.net | S'informer en temps réel

El Hadji Diouf sur l'équipe nationale : «Il y a beaucoup de choses à revoir»

Dans un entretien accordé à « L'Observateur », El Hadji Diouf a fait part de son sentiment sur les 10 premiers matchs de Aliou Cissé sur le banc de l'équipe nationale de football du Sénégal. Et l'ancien chouchou du football Sénégalais d'affirmer que : "la rivalité naissant entre Sadio Mané et Keïta Baldé Diao peut être bénéfique pour l'équipe".


Rédigé par leral.net le Jeudi 31 Mars 2016 à 14:08 | | 3 commentaire(s)|

Décryptage des 10 matchs d’Aliou Cissé
Son bilan est globalement positif. Il faut l’en féliciter. Maintenant, comme je le lui dis, c’est à améliorer. Il le sait. Les Sénégalais ne veulent que du bien à cette équipe parce que c’est la leur. Il doit en prendre conscience et chercher des solutions. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, il y a beaucoup de choses à revoir. Ce n’est pas dans les journaux que je vais détailler mon appréciation, je lui ferai directement part de mes remarques.

« Rivalité » entre Sadio Mané et Keïta Baldé Diao

Cela ne peut qu’être bénéfique à l’équipe nationale si les concernés sont intelligents. Prenez mon cas. Le public m’a mis en concurrence avec tous les joueurs offensifs avec qui j’ai joué en sélection : Khalilou Fadiga, Henri Camara, Mamadou Niang, Diomansy Kamara. Quand Diomansy est venu en sélection, certains se sont dits, voila le joueur qu’il nous fallait pour dégonfler El Hadji. Diouf, c’est un excellent joueur, un mec très bien, un grand ami. Mais, quand on est sur le terrain, je montre que c’est moi le patron. Cette compétition, que le public créait, me permettait toujours de m’améliorer. Ce n’est pas une spécificité du public sénégalais, d’ailleurs. Partout dans le monde, il faut ces dualités, sans quoi, les joueurs vont dormir sur leurs lauriers.

Conseils donnés à Keïta Baldé Diao
Je l’ai averti. Je lui ai dit que le public est libre. Aujourd’hui, il l’a accueilli en grandes pompes, demain, il ne se gênera pas de le huer s’il n’est pas convaincant. Le public sénégalais est très connaisseur. Il ne juge jamais un joueur sur 3 ou 4 minutes. Il ne faut pas qu’il croit qu’il a le public dans sa poche parce qu’il a été bien accueilli. Les gens ont bien voulu l’accueillir, le mettre dans le bain, peut-être comme je l’ai dit, ils avaient la nostalgie d’un autre joueur de teint clair. Ils voient en lui un autre El Hadji Diouf. Mais, c’est à lui de se battre pour ne pas décevoir.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image