Leral.net | S'informer en temps réel



Élections américaines : c'est parti!

le 6 Novembre 2012 à 11:02 | Lu 1336 fois

Les 10 électeurs du village de Dixville Notch ont lancé le scrutin présidentiel américain en votant dans la nuit de lundi à mardi, mais pour la première fois de leur histoire, ils n'ont pas été en mesure de trancher et d'accorder la majorité à l'un des deux candidats.


Élections américaines : c'est parti!
Les premiers résultats à sortir, quelques minutes après minuit, auront été à l'image de la course serrée qui a caractérisé la campagne électorale et des sondages qui donnent les deux candidats américains au coude-à-coude.

Sur les 10 bulletins de vote de Dixville Notch, cinq voix sont allées au démocrate Barack Obama et cinq autres au républicain Mitt Romney. « Ça n'est jamais arrivé ici, nous avons une égalité », a déclaré le greffier lors de l'annonce des résultats de Dixville Notch.

Ce petit village isolé du New Hampshire est situé à une heure et demie de la ville de Sherbrooke, au Québec, dans les montagnes des Appalaches. Depuis 1960, son unique bureau de vote est le premier à ouvrir aux États-Unis, devenant une tradition de l'élection présidentielle. Les candidats républicains ont toujours obtenu la majorité, sauf en 2008, lorsque Barack Obama l'a remporté.

À chaque élection, le vote « symbolique » de ses 10 électeurs suscite un vif intérêt de la part des médias de partout dans le monde. « On compte les votes dès que les électeurs ont terminé, donc à minuit 1, minuit 2, minuit 5, on va non seulement avoir compté tous les votes, mais on va annoncer qui est le grand gagnant de l'élection », explique le spécialiste en politique américaine, Guillaume Lavoie.

La ville de Hart's Location a été la deuxième à se prononcer dans la nuit de lundi à mardi : le président sortant a emporté 23 voix, Mitt Romney en a reçu neuf et le libertaire Gary Johnson une. Au total, 33 personnes y ont voté en 42 secondes.

À l'exception de ces petits villages, les premiers bureaux de vote sur la côte est américaine ont ouvert à 6 h (11 h GMT). Les neuf États concernés - Virginie, Connecticut, Indiana, Kentucky, Maine, New Hampshire, New Jersey, New York et Vermont - seront également les premiers à fermer à 19 h(00 h 00 GMT).

Pas moins de 30 millions d'Américains répartis dans trois États ont déjà voté par anticipation au cours des derniers jours, mais ces votes ne seront pas dépouillés avant mardi. En 2008, un peu plus de 131 millions d'Américains avaient voté, et Barack Obama avait récolté l'appui de 365 des 538 grands électeurs.

La mécanique des grands électeurs
Les électeurs ne votent pas directement pour les candidats qu'ils veulent voir président et vice-président. Dans chaque État, ils votent plutôt pour des grands électeurs, à qui il incombera de désigner le président (même si, dans les faits, c'est souvent le nom des candidats qui apparaît sur la liste électorale). De façon simplifiée, disons que l'équipe présidentielle ayant recueilli le plus de voix dans un État remporte l'ensemble de ses grands électeurs.


On compte 538 grands électeurs. Le nombre de grands électeurs d'un État dépend de sa population et correspond au nombre d'élus dont il dispose au Congrès (soit deux sénateurs plus le nombre de ses représentants à la Chambre). Si la Californie en compte 55 par exemple, le Vermont n'en compte que 3. Il faut ajouter à ce nombre les trois électeurs du District de Columbia. Un candidat doit remporter 270 des 538 grands électeurs pour être déclaré vainqueur.
Au total, plus de 200 millions d'Américains sont appelés aux urnes pour choisir entre les deux candidats. Pour la soirée électorale, le démocrate Barack Obama se rend dans son fief de Chicago, dans l'Illinois, tandis que son adversaire Mitt Romney fait campagne en Pennsylvanie et dans l'Ohio avant de se rendre à Boston, dans le Massachussetts.

À la veille de la 57e élection présidentielle, Barack Obama et Mitt Romney courtisaient sans relâche les électeurs de certains États-clés qui décideront de l'issue du scrutin.

La plupart des sondages nationaux indiquent que les deux candidats sont à égalité dans les intentions de vote des Américains, mais la mécanique électorale américaine semble légèrement plus favorable à Barack Obama.