Leral.net | S'informer en temps réel



«Elizabeth II a rendu la monarchie plus accessible»

le 2 Juin 2012 à 09:44 | Lu 838 fois

Pour Carolyn Harris, historienne canadienne spécialiste des monarchies européennes, la souveraine britannique a davantage réformé la monarchie en 25 ans que tous ces prédécesseurs réunis au cours des cent dernières années. Décryptage.


«Elizabeth II a rendu la monarchie plus accessible»
LEFIGARO - En 60 ans de règne, comment a évolué la monarchie britannique sous Elizabeth II?

Carolyn Harris (1) - La Reine a en 25 ans bien plus transformé l'institution que tous ses prédécesseurs réunis au cours des 100 dernières années. Elizabeth II a redynamisé de manière remarquable la monarchie. Elle a l'a rendue accessible, l'a graduellement ouverte au peuple tout en protégeant sa mystique. Entre 2005 et 2010, le nombre d'événements publics et de garden party rendant hommage aux réussites individuelles, aux actions pour la communauté de Britanniques ordinaires et organisés au palais de Buckingham a augmenté de 50%. Or une des prérogatives du souverain, c'est bien de distribuer honneurs et récompenses. Cette politique de proximité se voit aussi dans l'ouverture des collections royales au public. Sur le plan dynastique, la souveraine a approuvé une réforme importante de la primogéniture autorisant l'aîné(e) du couple royal à monter sur le trône, que ce soit soit une fille ou un garçon.

Sous Elizabeth II, la monarchie a aussi dû réduire son train de vie: diminution de la liste civile, paiement d'impôts, ouverture des palais royaux au tourisme pour payer leur entretien et rénovation, voyage en train, abandon du yacht royal...

La monarchie est effectivement devenue bien plus économe! La souveraine est frugale et a accepté ces changements. Sur la question des impôts, son approbation n'était pas si surprenante que cela : l'exemption royale sur l'impôt sur le revenu ne remonte qu'à 1936 quand George VI a demandé des fonds supplémentaires pour verser une pension à son frère, Edward VIII qui avait abdiqué. En consentant à tous ces bouleversements, Elizabeth II s'inscrit dans la lignée de certains de ses aïeux. Au XVIIIe siècle, George III avait ainsi cédé des terres de la couronne à l'État en échange de l'établissement de la liste civile.

Ces bouleversements contrastent avec l'image que l'on se fait de nos jours d'Elizabeth II, celle d'une souveraine conservatrice.

Elizabeth II n'a pas toujours été vue comme telle. À son accession au trône, elle est au contraire considérée comme une moderniste. Elle retransmet mondialement à la télévision son couronnement en 1953, une première technologique. De même, elle est la première membre de la famille royale à traverser l'Atlantique non pas par bateau mais par avion lors de sa visite au Canada en 1951. Son image est devenue conservatrice au fur et à mesure que la souveraine a vieilli. Les années 60 marquent un tournant: le protocole, la formalité de la famille royale détonnent avec l'étiquette bien plus relaxée qu'adopte la société britannique. La minutie de la presse à l'égard des Windsor a aussi constitué une source de grande pression. Pour la jeune génération, la monarchie devient démodée et réticente à évoluer avec son temps. À la mort de Diana, l'institution s'est effectivement retrouvée en danger de perdre son soutien populaire

Pourquoi Diana a-t-elle été un révélateur de ce décalage?

La princesse de Galles avait une approche différente. Par exemple lors des tournées à l'étranger, elle était très informelle, elle s'agenouillait pour parler aux enfants ou aux personnes en fauteuil roulant pour être à leur hauteur. À sa mort, Elizabeth II a paru détachée du sentiment populaire. La Reine pensait qu'il valait mieux que William et Harry puissent faire le deuil de leur mère à l'abri des regards. Mais le public attendait de sa famille royale qu'elle pleure avec lui la princesse. Le discours de la Reine reconnaissant l'impact de Lady Di sur la société ainsi que sa présence lors de ses funérailles à Westminster Abbey ont aidé à combler le fossé qui s'était creusé entre la monarchie et ses sujets.

Depuis le mariage de Kate Middleton et du prince William, la monarchie britannique a connu un regain de popularité, quels sont les prochains défis qui l'attendent?

Cet enthousiasme montre que la monarchie continue à se moderniser au 21e siècle. La prochaine étape délicate sera l'accession au trône de Charles. Après 60 ans de règne, il est difficile d'imaginer un autre souverain qu'Elizabeth. Le fils de Victoria, Edward VII a dû faire face au même défi. Dans le futur, la monarchie continuera sûrement à réduire son train de vie. Par exemple, le nombre des membres appartenant à la famille royale assumant les obligations royales et recevant un traitement en échange pourrait diminuer.

(1) L'historienne Carolyn Harris est doctorante à la Queen's university du Canada. Son blog http://www.royalhistorian.com/


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage