leral.net | S'informer en temps réel

Elle annonce son suicide sur Facebook, tous les internautes sont indifférents!

Une Britannique d’une quarantaine d’années est morte le jour de Noël d’une overdose de médicaments, après avoir prévenu ses 1048 «amis» sur le réseau social.


Rédigé par leral.net le Lundi 16 Juillet 2012 à 10:53 | | 1 commentaire(s)|

Elle annonce son suicide sur Facebook, tous les internautes sont indifférents!
Combien d’amis avons-nous réellement sur Facebook ? Une Britannique qui avait annoncé le jour de Noël son suicide sur Facebook est morte sans qu’aucun de ses 1048 «amis» n’intervienne ou n’appelle les secours, a rapporté vendredi le Guardian.

«Pris tous mes médicaments serai bientôt morte bye bye tout le monde», aura été le dernier «post» de Simone Back, 42 ans, à 22h53 le jour de Noël. Un texte qui sonne comme un appel au secours mais que son réseau d’amis n’a pas entendu de cette oreille. Sous le message de la désespérée, 148 commentaires ont bien été écrits. Mais aucun de leurs auteurs ne s’est déplacé ou n’a alerté les secours.

«Elle fait ça tout le temps et elle ment», dit même l’un des commentaires, écrit quelques minutes après le message d’origine. Le même «ami», plus bas, insiste: «Elle n’est plus une enfant». Et un autre d’enchérir: «Elle a le choix et une rupture n’est pas une assez bonne raison pour prendre des médicaments». Simone Back avait-elle déjà annoncé son suicide auparavant ? Si oui, cela justifie-t-il qu’aucun n’ait eu la présence d’esprit, malgré tout, de lui venir en aide ?

«C’est affligeant de voir que personne n’a rien fait», a réagi la mère de la victime, qui n’a appris la tragique nouvelle que 17 heures après l’envoi du message. Selon elle, certains des contacts de sa fille habitaient pourtant à quelques pas de chez elle.

«Si seulement une personne avait laissé son ordinateur pour marcher jusqu’à sa maison, sa vie aurait pu être sauvée», a regretté une amie de la victime dans la vie réelle. Mais c’est la police, alertée par la mère, qui trouvera finalement le corps sans vie de Simone à son domicile. Nul ne sait si elle a lu les réactions à son message avant de mourir.

Avec la popularisation de Facebook, les cas se multiplient de personne y annonçant leur suicide. La plupart du temps, un membre du réseau social alerte les secours et les rubriques «faits divers» des journaux regorgent d’histoires qui se sont bien terminées.

Dans un communiqué, le réseau social s’est dit «profondément attristé» par l’histoire de Simone Back. Et de rappeler que Facebook a un partenariat outre-Manche avec les Samaritains, une association britannique d’écoute qui vient en aide aux personnes désespérées.



1.Posté par Xalaas le 16/07/2012 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ca se sont ces oignons, nous on eut la belle vie jusqu'a ce que DIEU nous l'arrache

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image