Leral.net | S'informer en temps réel

Elle élevait ses chevaux dans le noir complet et les maltraitait, le tribunal la condamne à un an de prison ferme et 13 500 euros d'amende !

le 7 Octobre 2016 à 09:08 | Lu 221 fois

Cheval maltraité, photo Apac17  —    Image publiée à titre strictement illustratif
Cheval maltraité, photo Apac17 — Image publiée à titre strictement illustratif

 

Elle enfermait ses bêtes dans le noir : Hier, mercredi 05 octobre, une éleveuse de chevaux âgée de 38 ans a été condamnée à un an de prison ferme et 13 500 euros d’amende pour maltraitance animale, par le tribunal correctionnel de la ville de Périgueux, rapporte France Bleu Périgord

Circonstances aggravantes, outre la maltraitance des chevaux, elle est également inculpée pour fausses déclarations, détention d’animaux sans autorisation, et travail dissimulé.
Cheval maltraité, photo Apac17  —    Image publiée à titre strictement illustratif

Avant son arrestation, cette femme originaire du Loiret (dont le nom n'a pas été communiqué) avait la charge de 120 chevaux. Mais après que des vétérinaires y ont constaté des maltraitances, à plusieurs reprises, ainsi que des manquements aux normes sanitaires, des mesures ont dû être prises afin de protéger les équidés.

 
Agonie, misère psychologique et « disparitions » d’animaux inexpliquées

Déjà interdite d’exercer son activité par le passé, elle a continué frauduleusement à élever des chevaux, faisant « disparaître » les animaux lorsqu’ils étaient menacés d’être saisis. 

Ainsi, sur les 60 animaux examinés par les services vétérinaires, 11 seulement ont été récupérés et vont être confisqués à cette éleveuse. Les autres sont, pour l’instant, introuvables... Ont-ils été tués, vendus au marché noir, ou simplement cachés ? Une enquête est en cours. 

Pour ce qui est des conditions de vie des chevaux, les vétérinaires parlent de « misère physiologique » et d’un état de santé « tout proche de l’agonie ».

« Les animaux étaient perturbés par la lumière parce qu’ils voyaient rarement le jour » a rapporté Emmanuel Le Guyader, technicien aux services vétérinaires de la Dordogne devant le tribunal. Les bêtes étaient constamment enfermées dans les granges, plongées dans le noir complet.

demotivateur