leral.net | S'informer en temps réel

Emmanuel Macron: “la France ne saurait être ce pays postcolonial …”

“La France ne saurait être ce pays postcolonial, hésitant entre un magistère politique affaibli et une repentance malsaine”, a déclaré le président français, Emmanuel Macron, dans son discours du mardi 29 août adressé aux ambassadeurs. Voici l’extrait qui concerne l’Afrique”.


Rédigé par leral.net le Jeudi 31 Août 2017 à 16:00 | | 0 commentaire(s)|

Emmanuel Macron: “la France ne saurait être ce pays postcolonial …”

 

..”Car l’Afrique n’est pas seulement le continent des migrations et des crises, c’est un continent d’avenir, c’est aussi, à ce titre, que nous ne pouvons pas le laisser seul face à ses défis démographiques, climatiques, politiques, nos entreprises, nos étudiants, nos chercheurs, nos artistes doivent s’y intéresser.

Je me rendrai prochainement à Ouagadougou pour porter ce message, à travers la sécurité, le développement, la diplomatie, les liens économiques et l’innovation, la stratégie que je veux mettre en œuvre consiste à créer un axe intégré entre l’Afrique, la Méditerranée et l’Europe. Axe dont les pays du Maghreb sont évidemment nos partenaires privilégiés, comme j’ai voulu le montrer lors de ma visite au Maroc et dans les échanges réguliers avec l’Algérie, comme la Tunisie.

Nous devons arrimer ensemble, enfin, les continents européens et africains, à travers la Méditerranée, le Maghreb restera pour cela une priorité centrale pour la France, dans tous les domaines de notre coopération, qu’elle soit économique, politique, mais également culturelle.

Les routes de la nécessité, qui déplacent tant d’Africains, qui font que, aujourd’hui, le désert en Afrique et la Méditerranée sont devenus les cimetières de millions d’Africains, laissés au dénuement et à la manipulation de ces réseaux de trafiquants que j’évoquais tout à l’heure, ces routes de la nécessité doivent devenir des chemins de la liberté, unissant l’Europe, la Méditerranée et l’Afrique.

Car c’est en Afrique que se joue largement l’avenir du monde. La France ne saurait être ce pays postcolonial, hésitant entre un magistère politique affaibli et une repentance malsaine, les pays d’Afrique seront nos grands partenaires. Et nous devons continuer à apprendre d’eux, comme ils peuvent apprendre de nous. Pour nourrir cet échange, je mettrai en place dans les prochaines semaines un Conseil présidentiel pour l’Afrique ; structure inédite, tournée vers les attentes de nos jeunesses.

Ce Conseil transformera la gouvernance de la politique africaine en réunissant auprès de moi un groupe de personnalités engagées et issues de la société civile, l’Afrique l’illustre parfaitement, une politique étrangère désireuse de rétablir la sécurité doit activer trois grands leviers, presque concomitamment, ces leviers sont ce que j’appelle en quelque sorte les trois D, Défense, Développement et Diplomatie.

Le Sahel est un excellent exemple de cette combinaison des leviers d’action, mais cela vaut partout. La Défense d’abord, j’ai commencé à l’évoquer, et nous pouvons et nous devons être fiers de nos armées, auxquelles j’ai réservé l’un de mes premiers déplacements à l’étranger, en rendant visite à nos forces à Gao…”




Financial Afrik









Hebergeur d'image