leral.net | S'informer en temps réel

Empoissement et charlantanisme: Un marabout, accusé d'avoit tué "sa patiente", risque 3 ans ferme

Après un an de détention préventive, Serigne Malick Fall a fait hier face au juge du Tribunal correctionnel pour empoisonnement et charlatanisme. Le représentant du parquet a demandé la disqualification en homicide involontaire et charlatanisme avant de requérir trois ans de prison contre le mis en cause. Délibéré le 17 décembre prochain


Rédigé par leral.net le Mercredi 20 Novembre 2013 à 15:51 | | 0 commentaire(s)|

Empoissement et charlantanisme: Un marabout, accusé d'avoit tué "sa patiente", risque 3 ans ferme
La mort de la dame M. Sylla en novembre 2012 ne serait pas naturelle ! C’est ce qui ressort des conclusions du certificat de genre de mort produit par le médecin légiste. La défunte, à en croire l’homme de l’art, souffrait d’insuffisance rénale et d’hypertension artérielle. Cependant, au lieu de ces pathologies, c’est une substance ingurgitée par la défunte qui aurait provoqué sa mort. Une substance composée de potion magique prescrite par le guérisseur Serigne Malick Fall.

C’est ainsi qu’il sera appréhendé avant d’être placé sous mandat de dépôt le 22 novembre dernier pour empoisonnement et charlatanisme. L’instruction aura duré une année avant que le mis en cause ne soit attrait hier à la barre du Tribunal correctionnel. Ce dernier, du haut de ses 54 ans, demeurant à Yarakh, dit être doté depuis 2008 de pouvoirs surnaturels. De ce fait, il est en mesure de venir à bout de certaines maladies maléfiques qui assaillent ses compatriotes, en usant d’incantations et d’autres potions magiques. De fil en aiguille, le voisinage a eu vent de ses pratiques.

C’est ainsi que les parents de la défunte, las de faire le tour des hôpitaux sans satisfaction, ont conduit la dame chez le mis en cause, à la recherche de la formule magique. Le premier jour, ces derniers ont constaté un léger mieux chez la patiente suite au breuvage administré par Serigne M. Fall. Le lendemain, la victime a fait une rechute et a été transportée chez le guérisseur. Cette fois-ci, la formule magique n’a pas eu l’effet escompté et la dame a rendu l’âme après avoir ingurgité la moitié de la solution.

Attrait hier à la barre, le mis en cause, revenant sur ce feuilleton malheureux, s’est lavé à grande eau en réfutant une quelconque implication de ses breuvages dans cette mort. Très confiant de ses attributs mystiques, il a expliqué que la dame a été envoûtée.

Une stratégie de défense décriée par le maître des poursuites qui considère que le prévenu n’a pas pris conscience de la gravité des actes qu’il a posés. Toutefois, il a demandé la disqualification des faits en homicide involontaire et charlatanisme, avant de requérir trois ans ferme contre le mis en cause.

Une réquisition jugée sévère par le conseil de la défense, d’autant qu’il n’a pas été rapporté que la substance administrée par l’homme de l’art est nocive. Poursuivant, l’avocat a déclaré que son client a agi pour soulager la défunte et sa famille qui étaient dans le désarroi. L’avocat de révéler que les parties civiles ont compris les motivations du mis en cause et ont pardonné, avant de solliciter la relaxe ne serait-ce qu’au bénéfice du doute. Délibéré le 17 décembre prochain.

L'AS






Hebergeur d'image