leral.net | S'informer en temps réel

Emprunt Obligatoire de la Ville de Dakar: Aliou Sall soutient Khalifa Sall

Dakar24sn-Politique Des inquiétudes par rapport au blocage de l’emprunt obligataire de la ville de Dakar. C’est ce qu’a exprimé, hier, le maire de la ville de Guédiawaye et non moins frère cadet du président de la République sur ce dossier qui pollue les relations entre le maire de Dakar et les autorités étatiques.


Rédigé par leral.net le Samedi 9 Mai 2015 à 16:44 | | 6 commentaire(s)|

Emprunt Obligatoire de la Ville de Dakar: Aliou Sall soutient Khalifa Sall
Le blocage constaté dans l’emprunt obligataire initié par la ville de Dakar avec le maire Khalifa Sall inquiète au plus haut niveau, le frère du président de la République. Aliou Sall qui s’exprimait, hier, en marge d’un atelier de lancement de la concertation sur les finances des collectivités locales dans le cadre de l’Acte III de la décentralisation a regretté le blocage de cette opération.

« Nous souhaitons que les collectivités soient en mesure aussi – quand la fiabilité de leur système budgétaire leur permet, ainsi que leurs ressources financières – que ces collectivités locales puissent aussi aller sur le marché lever des fonds pour faire face à leur besoin d’investissement », a d’abord informé Aliou Sall.

Il confirme par ailleurs qu' »il est donc naturel pour nous et c’est logique que nous ayons regretté que cette opération d’emprunt obligataire n’ait pas pu démarrer comme l’espèrent les élites de la ville de Dakar ». « Nous nous félicitons de l’esprit de dialogue et d’échange qui prévaut aujourd’hui entre la ville de Dakar et les services compétents de l’État et nous espérons que dans un avenir proche, cette opération pourra reprendre de plus belle », a-t-il ajouté.

Selon M. Sall, cet emprunt obligataire va permettre à la ville de Dakar de pouvoir lever des fonds mais prévient-il : »Il doit se faire dans des conditions qui sécurisent les ressources de l’État puisqu’au final, c’est l’État qui garantit toutes ces opérations ».

Sur un autre registre, le président de l’Association des maires du Sénégal (Ams) a plaidé pour une réforme de la fiscalité qui permettra aux collectivités locales de disposer de plus de ressources fiscales. Sur ce, il dira : « Si nous voulons réellement faire en sorte que les collectivités disposent de ressources importantes, nous ne pouvons pas nous limiter à la fiscalité classique ».

Pour cela, il propose: « Il nous faut des financements innovants et dans ce sens, nous avons pensé que la piste du transfert d’argent qui est une activité qui a connu un regain de croissance assez importante ces derniers années, que ces pistes-là soient explorées de sorte à pouvoir abonder les ressources des collectivités locales sans pour autant menacer l’équilibre financier de cette activité qui est aussi une activité qui participe à la croissance du pays ».

Revenant sur l’objectif de la rencontre, M. Sall renseigne l’atelier vise deux objectifs. Le premier objectif dit-il: « C’est qu’après tout cet exercice que le volume financier destiné aux collectivités locales par divers canaux soit sensiblement augmenté ». Et le second, « c’est un objectif d’équité, faire en sorte que les ressources du pays soient équitablement réparties entre les différentes collectivités locales »,renseigne t-il.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image